Archives de Tag: Guillaume Gallienne

Lucrèce Borgia, une mise en scène grandiose à la Comédie Française

Par défaut

          Lucrèce Borgia est une femme incestueuse, cruelle et avide de pouvoir. Avec son frère, elle a eu un fils, Gennaro, qui ignore tout de l’identité de ses parents. Elle l’aborde lors d’un bal masqué mais les amis du jeune homme la reconnaissent et l’humilient. Son mari quant à lui la soupçonne d’infidélité. Elle ne pense plus alors qu’à se venger et conquérir l’amour de son fils.

borgia_2

© Christophe Raynaud de Lage.

         Je n’avais pas entendu dire que du bien de cette pièce, jugée trop fade par la critique qui ne semblait de plus guère apprécier que le rôle de Lucrèce Borgia soit tenu par Guillaume Gallienne. Connaissant son art pour le travestissement, même si je me méfie beaucoup des rôles de femmes joués par des hommes (ou l’inverse d’ailleurs), j’étais assez confiante sur ce plan-là. Pourtant, même si je partais plutôt optimiste, je n’imaginais pas du tout ce qui m’attendait ! Denis Podalydès a frappé très fort avec un univers qui fascine dès les premières secondes. En effet, s’il peut y avoir à redire sur certains points, ce qui fascine dans cette pièce, se sont avant tout les somptueux décors et les magnifiques costumes signés Christian Lacroix.

3917035_wikispectacle-14052201-rdl-0766

© Christophe Raynaud de Lage.

          Dès que le rideau s’est levé, j’ai été subjuguée par la beauté du décor ! Une grande gondole au centre de la scène mais surtout un fond imitant le ciel avec un éclairage comme je ne me rappelle pas en avoir déjà vu au théâtre. Le jeu des clairs/obscurs est de toute beauté et crée une ambiance réellement féerique. La pièce est accompagnée par une musique qui souligne agréablement le propos. Les costumes quant à eux sont admirables. Ils restent relativement sobres, étant essentiellement noirs, mais les coupes sont magnifiques. Je dois avouer que j’aime un théâtre assez classique avec de grands décors et de beaux costumes qui nous mettent dans l’ambiance autant qu’ils nous font rêver : j’ai été servie !

© Christophe Raynaud de Lage.

© Christophe Raynaud de Lage.

          J’aime beaucoup l’histoire des Borgia, que je trouve tout à fait fascinante ! Il faudrait d’ailleurs que je me trouve quelque chose à lire sur le sujet. Les acteurs sont convaincants, avec une mention spéciale à Eric Ruf que je trouve toujours aussi formidable ! Guillaume Gallienne est assez juste dans le rôle de Lucrèce Borgia même si j’aurais aimé une interprétation plus en retenue. Je ne crois pas que la colère ou la douleur doivent nécessairement passer par les cris. Mais cette tendance à en faire trop est coutume à la Comédie Française et reste ici somme toute assez discrète. L’interprétation, plus puissante qu’émouvante, n’en demeure pas moins de qualité. Je me suis laissée embarquer par cette histoire très forte malgré quelques scènes qui manquent un brin de subtilité dans le jeu. Tout m’a ravie dans cette pièce : des décors aux costumes en passant par le magnifique éclairage. C’est tellement beau que j’ai été déçue de voir le rideau retomber et que j’hésite à reprendre une place pour l’année prochaine. Du théâtre comme je l’aime !

gp1314_lucreceborgia2

Lucrèce Borgia de Victor Hugo

Mise en scène de Denis Podalydès avec :

Comédie Française

Salle Richelieu

Place Colette – 75001 Paris

Jusqu’au 20 juillet

Yves Saint Laurent

Par défaut

Biopic français de Jalil Lespert avec Pierre Niney, Guillaume Gallienne, Charlotte Le Bon

245119.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

          En 1957, à à peine 21 ans, Yves Saint Laurent est appelé à diriger la grande maison de haute couture de Christian Dior. Il fait la connaissance de Pierre Bergé lors de son premier défilé triomphal, un véritable coup de foudre. Il vont devenir amants mais décident aussi de créer ensemble la maison Yves Saint Laurent dont les modèles vont révolutionner les codes de la mode.

21055845_20131107160110306.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

          Ceux qui me connaissent le savent, je ne suis loin d’être une accro à la mode. Certes, j’aime bien m’habiller (enfin un minimum quoi) mais j’ai un style classique (si on peut parler de style à ce niveau !), ne suis pas les tendances dont j’ignore jusqu’à l’existence et ne rêve pas de robes de grands créateurs. Bien sûr, j’ai quand même vu quelques créations d’Yves Saint Laurent mais je n’étais que moyennement convaincue à l’idée d’aller voir un film sur sa vie. Mais bon, Pierre Niney et Guillaume Gallienne ont su me convaincre, avec un tel casting, je ne pouvais qu’être intriguée ! Très honnêtement, j’ai été agréablement surprise par ce film que j’ai trouvé très agréable à regarder. Pas besoin d’être une férue de mode pour apprécier le talent d’Yves Saint Laurent et admirer son parcours.

MCDGEDO EC002

          Ce film est extrêmement bien réalisé, avec une image très travaillée. J’ai trouvé les deux acteurs parfaits dans leur rôle. Lorsque je vois Pierre Niney, que ce soit sur scène ou à l’écran, j’ai toujours un peu de mal avec sa diction durant les premières minutes, et puis finalement je m’habitue à cette manière de parler qui peut sembler un peu précieuse et je trouve qu’elle lui donne un charme incroyable et une certaine classe, elle me transporte dans un autre temps. Quant à Guillaume Gallienne, il est parfait en Pierre Bergé. Je ne connaissais pas vraiment l’histoire d’Yves Saint Laurent et j’ai aimé découvrir son parcours de jeune prodige de la mode un rien névrosé. Incroyable mais vrai, j’ai adoré les scènes de défilés, pourtant très longues parfois, qui sont très bien filmées et réellement émouvantes (si, si !). Le film n’est pas d’une grande originalité – et on peut peut-être lui reprocher un côté un peu sage qui ne fait que suggérer les côtés sombres de l’artiste – mais il est impeccable de bout en bout. Délicat et élégant comme une robe de Saint Laurent.

Cette année, sortira également une version de la vie de Saint Laurent par Bertrand Bonello. Le réalisateur livrera sans doute un film autrement plus musclé, connaissant son goût pour la subversion. Deux visions d’un même artiste qu’il me tarde de confronter. Rendez-vous le 1° octobre.

Les Garçons et Guillaume, à table !

Par défaut

Comédie française de et avec Guillaume Gallienne avec André Marcon, Françoise Fabian et Nanou Garcia

20529833_20131017171932686.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx          Guillaume est très proche de sa mère, il l’admire tellement et voudrait être comme elle. En revanche, ses rapports avec son père ses deux frères sont plus compliqués. Quand elle appelle ses enfants, sa mère dit souvent « les garçons et Garçons et Guillaume, à table ! », et quand elle l’a au téléphone, il lui arrive de l’appeler « ma chérie ». Difficile avec tout ça d’y voir clair dans son identité.

21053874_20131030102745287.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx          Certains parlaient de ce film comme de la comédie de l’année et je dois admettre que j’avais hâte de la voir. Finalement, s’il y a certes bien des passages qui prêtent à sourire, j’ai été assez surprise de constater qu’elle étaient bien plus douce-amère que je ne m’y attendais. En effet, Guillaume Gallienne ne se contente pas de nous faire rire avec les petits travers de sa famille mais permet de faire naître une réelle réflexion sur les rapports familiaux et la recherche d’identité notamment. On l’entend d’ailleurs en voix-off se parler à lui-même et auto-commenter sa propre vie, comme pour nous faire partager les bénéfices de sa psychanalyse (qui visiblement n’était pas de trop quand même). Bien que le personnage soit haut en couleurs et qu’il y ait peu de chances pour que le spectateur se retrouve en lui – pour la très grande majorité en tout cas – je pense que les rapports à cette mère aimante mais très possessive en toucheront plus d’un. Je les ai pour ma part trouvé très justes. J’aimerais être capable de dire déceler de la sorte ce qui pêche, sans pour autant sombrer dans l’amertume. En effet, il le fait avec une tendresse, voire une vénération, que j’ai trouvé émouvante et qui est pour moi sans nul doute un des gros point forts du film.

21047258_20131007143654613.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx          Les autres principaux atouts de ce film, ce sont sa mise en scène et l’incroyable prestation de son acteur principal. La mise en scène est particulièrement déroutante. Avant d’en faire un long métrage, Guillaume Gallienne avait fait de ses relations familiales une pièce de théâtre. Il la reprend habilement ici, dans une sorte de mise en abîme constante : il se filme sur scène et pendant qu’il nous parle, on semble plonger dans ses souvenirs. Mais le Guillaume d’aujourd’hui est adulte, ainsi, dans les scènes où il a 12 ans, on se retrouve avec un grand dadais de 40 pour jouer son rôle. Déroutant je vous dit. Terriblement original, jouissif pour les amoureux de théâtre et absolument génial. Quand à Guillaume Gallienne, non seulement il joue son propre rôle – à tous les âges donc – mais aussi celui de sa mère avec un naturel assez troublant. Une performance assez stupéfiante qui est pour beaucoup dans la réussite de cette OVNI cinématographique. J’ai ri parfois devant ce film, souri souvent, été émue par certaines réflexions qui me touchent. J’ai adoré la mise en scène et admiré la performance de Guillaume Gallienne qui pour son premier film met la barre haut. En sortant de la salle, je ne savais pas trop à quel point j’avais aimé tant j’étais déstabilisée dans mes attentes mais il y avait une chose dont j’étais sure : ce film-là, il ne fallait pas le rater.