Archives de Tag: pâtisserie

Petits gâteaux poire-sésame à la farine de chanvre

Par défaut

Pour 6 personnes

80 g de beurre

4 œufs

80 g de sucre

30 g de farine de chanvre

70 g de farine de blé

2 c. à soupe de graines de sésame

1 sachet de levure

3 petites poires

DSC_1561

Préchauffez le four à 180° C (th. 6).

Mettez le beurre à fondre dans une petite casserole.

Battez les œufs et le sucre jusqu’à ce que le mélange blanchisse.

Ajoutez les farines peu à peu. Versez le beurre fondu sur la préparation et mélangez bien.

Si vous souhaitez donner à vos gâteaux un goût de sésame prononcé, faites-le revenir à sec quelques instants dans une poêle, jusqu’à ce qu’il soit bien doré. Pour un goût plus discret, intégrez-le directement à la pâte.

Diluez la levure dans un peu d’eau puis versez-la dans la préparation.

Pelez les poires et coupez-les en petits dés. Intégrez-les dans la pâte en mélangeant doucement.

Beurrez si nécessaire de petits moules (ici des moules à tartelettes) et remplissez-les aux 3/4.

Enfournez pour 15 à 20 min. Si vous utilisez un grand moule assez profond, comptez le double en temps de cuisson.

Attendez quelques minutes pour démouler vous gâteaux et dégustez-les tièdes ou froids.

Gâteau poire-sésame-chanvre

          Je n’avez jamais goûté la farine de chanvre et je lui ai trouvé un goût assez intéressant qui fonctionne bien avec le mélange poire-sésame. Elle est plus légère que ce que j’aurais cru, la couleur, elle, est en revanche très prononcée (et pas très forcément très belle). Elle particulièrement riche en protéines et sans gluten.

Une recette facile et originale qui met de la couleur dans vos assiettes.

Bon appétit !

Colorova, la pâtisserie/salon de thé colorée

Par défaut

          Ca faisait un petit moment que j’entendais parler de Colorova et de ses pâtisseries. Moi qui suis toujours à l’affût d’un salon de thé pour mes goûters, j’ai fini par le tester. J’y suis allée avec Laura du De ma plume à vos oreilles : une très chouette rencontre. Mais c’est une autre histoire. Comme le nom le laisse supposer, le lieux est très coloré : bois clair et tissus bariolés au programme. Nous nous sommes installées à une petite table et avons commandé chacune un thé et une pâtisserie. J’hésitais à prendre un gâteau aux fruits exotiques (quelque chose comme mangue/passion/coco) mais j’ai finalement – sans grande surprise – craqué pour une tarte au citron et sésame noir : un vrai délice. La nougatine au sésame adoucit la crème au citron très acidulée pour un résultat tout en légèreté très convainquant. Ca avait un sérieux goût de reviens-y.

10543623_786805708042767_2053870105748667590_n

          Le service était agréable et on nous a laissé papoter tranquillement jusqu’à l’heure de fermeture sans nous pousser à la consommation. Les prix sont corrects pour le quartier et la maison propose également une petite formule le midi ainsi que des petits déjeuners et brunchs. Le choix de pâtisseries est limité mais nous n’avons eu aucun mal à trouver notre bonheur (c’est même plutôt le choix qui a été difficile) et on peut également déguster des cakes et autres gourmandises. J’ai été très agréablement surprise par la qualité des pâtisseries proposées et je n’hésiterai pas à y retourner si je suis de passage dans le quartier. J’ai également beaucoup aimé pouvoir observer ce qui se passait en cuisine. Une adresse très sympa avec des pâtisseries de haut vol : idéal pour un goûter chaleureux et coloré.

Colorova

47 Rue de l’Abbé Grégoire

75006 Paris

01 45 44 67 56

Acide dépoussière la pâtisserie

Par défaut

          Acide, c’est la nouvelle pâtisserie que a eu la curieuse idée de venir s’installer au cœur des Batignolles. Après une boutique de macarons, le chef propose un salon de thé avec formule repas le midi, goûter, brunch le dimanche et quelques douceurs à emporter. Vous vous doutez que je n’ai pas pu résister !

acide-macaron

          L’offre de gâteaux à emporter est assez limitée avec 5 ou 6 choix chaque jour qui évoluent au fil des saisons. J’ai commencé par tester un cheesecake au cassis : d’une légèreté incomparable, j’avais l’impression de manger un nuage. Pour mon deuxième essai, j’étais un peu sceptique, rien ne me tentait mais j’ai quand même emporté un mont-blanc griotte. Venant de moi qui n’aime pas le crème de marron, le choix peut sembler surprenant mais je me suis dit que venant d’un bon chef, je pourrais être surprise. Eh bien ç’a été le cas ! C’était absolument délicieux. La crème de marron en mousse était aérienne et peu sucrée et s’alliait parfaitement à l’acidité des griottes. Une belle réussite.

Matoso_20111209_7198_portraitweb

          Après ce gros coup de cœur, j’ai décidé d’aller plus loin et d’y manger un midi. Une carte très réduite avec une salade du jour, croque, focaccia ou fregola (ça hume bon l’Italie tout ça). J’ai opté pour la salade du jour avec du quinoa et plein d’ingrédients que j’ai oubliés depuis. C’était copieux, bien présenté et très bien assaisonné. Simple, sain et efficace. En dessert j’ai pris un gâteau à la mangue délicieux accompagné d’un thé tout aussi bon. La couleur et le goût sont au rendez-vous ! La formule  plat-dessert-café ou thé est à 15€. Plutôt honnête, surtout que les pâtisseries à l’unité ne sont pas données.

IMG_1454

          La maison propose également des viennoiseries, des glaces, un goûter et un brunch le dimanche, un peu cher (comme ailleurs quoi…) mais qui semble tellement bon et en plus change toutes les semaines. Je pense que je vais finir par craquer et le tester. La maison propose aussi des macarons qui sont réputés pour être parmi les meilleurs de Paris. Je n’irai pas jusque-là. Ils sont certes très bons, avec une texture intéressante mais côté goût ils sont un peu inégaux. Il y a du moyen comme de l’excellent. N’hésitez quand même pas à les tester, ça reste plutôt le haut du panier en la matière. Jonathan Blot propose des pâtisseries légères et inventives dans un lieu accueillant. Un jeune pâtissier prometteur au coin de ma rue : une chance dont je ne me lasse pas.

gâteau-teaser-1024x724

Acide

24 rue des Moine
75017 Paris (salon de thé)

10 rue du Bac
75007 Paris (boutique uniquement)

La meilleure d’entre nous, plongez au coeur d’un concours de pâtisserie

Par défaut

          En Angleterre, le concours pour devenir la nouvelle Kathleen Eaden est lancé. Cinq candidats s’affrontent pour ce titre prestigieux. Cinq personnalités ben différentes qui ont comme point commun leur passion pour la pâtisserie. Mais derrière les façades souriantes se cachent bien des failles. 

9782253191070-X

          Je dois bien avouer que quand l’éditeur m’a envoyé ce livre j’étais un peu septique. La quatrième de couverture me laissait présumer du pire. L’histoire me rappelait étrangement celle de L’école des saveurslivre qui m’étais tombé des mains dès les premières pages tant il dégoulinait de mièvrerie et de bons sentiments. J’ai quand même décidé de m’y atteler par acquis de conscience, parce que je ne croule pas sous les services de presse et que j’essaie de lire tous les livres qu’on m’envoie. J’étais persuadée de le refermer au bout de quelques pages, la conscience tranquille, me disant que je ne ferais probablement même pas d’article dessus vu le retard que j’ai pris pour le blog (plus de 40 articles qui attendent d’être écrits, c’est une catastrophe !). Eh bien, j’avais tort ! Ce n’est franchement pas si mal. L’écriture n’est pas exceptionnelle mais elle est agréable et l’histoire s’avère finalement assez prenante avec des personnages un brin caricaturaux mais attachants. Ca se lit tout seul et non sans plaisir.

          J’ai suivi ce concours de pâtisserie avec une certaine curiosité, un peu comme je le fais pour ceux que je regarde à la télé. Bizarrement je n’ai pas vraiment eu l’impression d’un suspens autour du résultat ou d’une tension grandissante au fur et à mesure des semaines. On s’attache aux personnages peu à peu, ils dévoilent leurs failles et deviennent plus intéressants même si certains sont un peu stéréotypés. Leur psychologie est clairement le point de ce roman. On peut peut-être regretter qu’il n’y ait pas un seul célibataire sans enfants dans le tas, comme si seuls les chargés de familles étaient incollables en douceurs en tous genres. Bien sûr, je suis sans doute un peu plus indulgente face à ce roman parce que le sujet me parle et que les gâteaux m’évoquent de suite des choses agréables. Toutefois, même s’il n’y a là rien d’exceptionnel et qu’il n’est pas exempt de défauts, ce roman m’a assez plu. Un livre léger et agréable qui donne envie de se mettre aux fourneaux.

AVT_Sarah-Vaughan_2154

Il existe de nombreuses raisons de cuisiner : pour nourrir, pour inventer, pour impressionner, pour atteindre une forme de perfection… Mais aussi pour répondre à une simple faim : celle d’aimer et d’être aimé.

_______________

L’épouse parfaite, l’enfant parfait, la mère parfaite ? Aucune de nous ne peut être cela. Ce sont de purs fantasmes.

Crèmes noix de coco, litchi et citron vert : une recette immaculée pour les fêtes

Par défaut

Pour 6 verrines

20 litchis

500 ml de lait de coco

3 c. à soupe de sirop d’agave

4 c. à soupe de Maïzena

2 citrons verts

Un peu d’agar-agar

1 pincée de noix de coco râpée

DSC_0690

Pelez les litchis et émincez-les finement. Mettez-les à égoutter et conservez le jus.

Répartissez les litchis au fond de 6 verrines.

Dans une casserole, mélangez le lait de coco, 2 c. à soupe de sirop d’agave et le jus de litchi. Je sucre peu mes préparations, vous pouvez ajouter du sirop d’agave selon votre goût – on peut bien sûr utiliser du sucre, à vue de nez, je dirais entre 30 et 50g.

Faites chauffer le mélange. Lorsqu’il est frémissant, hors du feu, ajoutez la Maïzena et fouettez énergiquement pour éviter les grumeaux puis faites cuire environ 2 min. Le mélange doit être bien homogène et avoir la consistance d’une crème anglaise un peu épaisse (ou d’une crème pâtissière un peu liquide, c’est selon…). La crème fige en refroidissant.

Versez la crème sur les litchis.

Dans une petite casserole, versez le jus des 2 citrons verts, 1 c. à soupe de sirop d’agave et 4 c. à soupe d’eau. Portez à ébullition puis ajoutez une pointe de couteau d’agar-agar. Laissez frémir quelques secondes. Si vous tenez à goûter et que vous trouvez ça ultra acide, c’est normal. Répartissez le jus de citron sur les crèmes et réservez au frais.

Au moment de servir, saupoudrez de noix de coco râpée.

DSC_0696

          Une recette simple qui fait voyager. La citron vert compense le côté un peu fade du lait de coco et le tout se marie très bien à la finesse du litchi. La préparation en elle-même n’est pas très esthétique, servez-la dans de jolis verres, son blanc immaculé est très hivernal.

Bon appétit !