Archives de Tag: pédophilie

La petite fille sur la banquise

Par défaut

           J’ai neuf ans. Un dimanche de mai, je rentre seule de la fête de l’école, un monsieur me suit. Un jour blanc. Après, la confusion. Année après année, avancer dans la nuit. Quand on n’a pas les mots, on se tait, on s’enferme, on s’éteint, alors les mots, je les ai cherchés. Longtemps. Et de mots en mots, je me suis mise à écrire.

           Voici un de mes gros coups de cœur de ce printemps. Je ne savais pas exactement a quoi m’attendre. Le titre un peu enfantin ne m’inspirait pas plus que ça, en revanche le thème m’intéressait. J’en avais un peu entendu parler et toujours en bien, j’étais donc curieuse de découvrir ce texte. Dès le début, j’ai beaucoup aimé. Le style est en apparence simple mais plus travaillé qu’il n’y paraît, il crée de suite une empathie avec le personnage tout en gardant une certaine légèreté. C’est d’ailleurs une des grosses réussites de ce roman. L’autre gros point fort étant bien sûr l’histoire.

Couverture de La petite fille sur la banquise, Adélaïde Bon

           On entre de suite dans le vif du sujet, puisque le roman commence de suite après qu’une petite fille ait subi des attouchements. Toute sa vie va s’en trouver bouleversée et elle va se construire sans en avoir conscience autour de ce traumatisme, mettant en place des mécanismes qu’elle-même ignore et qui la détruisent. C’est sa propre histoire que raconte ici Adélaïde Bon. Ses difficultés à l’adolescence, ses problèmes relationnels, l’image faussée qu’elle a d’elle-même, ses relations souvent compliquées avec les hommes, sa quête de réponses… Toutes ces choses qui vont peu à peu se décanter quand on retrouve l’homme qui l’a agressée.

           C’est un parcours long et difficile qu’elle nous livre. J’ai retrouvé dans ce texte des choses qui me parlent et qui pourraient s’appliquer à beaucoup de femmes autour de moi qui pourtant n’ont pas vécu des traumatismes de cette ampleur. Il y ait des schémas récurrents qui se mettent en place après des agressions sexuelles, qui sont d’autant plus importants que la victime était jeune. Le constater a été une prise de conscience assez rude. Un soulagement aussi. L’auteur a un recul incroyable sur sa propre histoire et il s’en dégage une forme de douceur qui fait un bien fou. J’ai conseillé ce roman à de nombreuses femmes autour de moi qui, je le sais, s’y retrouveront et se sentirons un peu moins seules après ça. Un roman magnifique et juste à mettre entre toutes les mains. Essentiel, salutaire.

Portrait d'Adélaïde Bon

Je suis ce qu’il reste d’une femme après qu’on l’a violée. Et de l’écrire me renoue, me relie, me répare.

_______________

Sourire, dissimuler, s’épuiser. Passer chaque journée en dehors de soi. Se vivre déportée, sans que nul ne sache. Elle rit toujours, peut-être un peu plus qu’avant, c’est qu’elle a le cœur si lourd que quand la joie lui vient, elle s’y jette.

Cet été-là, Lee Martin

Par défaut

          Tout ce qu’on a su de cette soirée-là, c’est que Katie Mackey, 9 ans, était partie à la bibliothèque pour rendre des livres et qu’elle n’était pas rentrée chez elle. Puis peu à peu cette disparition a bouleversé la vie bien tranquille de cette petite ville de l’Indiana, elle a fait la une des journaux nationaux, la police a mené l’enquête, recueilli des dizaines de témoignages, mais personne n’a jamais su ce qui était arrivé à Kathy. Que s’est-il réellement passé cet été là ?

couverture

          En ce moment, je peine un peu à lire. Après une année de boulimie de lecture, j’ai beaucoup de mal à me concentrer plus de 5 min depuis quelques semaines. Mais ce roman a fait exception : je l’ai dévoré ! J’ai de suite accroché avec le style, pourtant assez classique. Les personnages aussi m’ont bien plu, alors qu’ils ne paraissent pas forcément très fouillés au premier abord. Parfois, ça ne s’explique pas, la magie opère, tout simplement. J’ai trouvé que l’intrigue était très bien menée, avec un suspense qui se met en place rapidement et ne cesse de croître, alors même qu’on a une grande partie des éléments en main depuis le départ.

          Au fil des pages, on en découvre plus sur les petits (ou les gros) travers des uns et des autres. Leurs torts, leurs peurs, leurs vices. Le moins qu’on puisse dire c’est que ce n’est pas joli joli… Le point de vue alterné d’un chapitre sur l’autre permet à la fois de connaître les pensée intimes des personnages, mais aussi de savoir comment les autres les voient. Le décalage entre les deux est assez délectable. Pour le reste, ce roman est assez classique mais fonctionne très bien. Plus on avance, plus l’ambiance devient malsaine, pourtant on ne peut s’empêcher de comprendre comment les personnages en sont arrivés là. Un constat qui met assez mal à l’aise. C’est je trouve la grande force de ce roman. Un texte très prenant qui ne laisse pas indifférent.

portrait

Relève la tête, me disait ma mère. Il n’y a rien par terre que tes pieds.
_______________
Certaines personnes ne peuvent pas cacher les choses. Elles ne possèdent pas assez, pas assez d’argent, ou d’influence, ou de honte.

Enregistrer

Littérature : les sorties du mois d’avril

Par défaut

Daddy Love, de Joyce Carol Oates

 

Robbie a cinq ans quand il est enlevé sur le parking d’un centre commercial sous les yeux de sa mère. Un long calvaire va commencer pour lui auprès de son ravisseur. Adapte des petits enfants, celui-ci se fait appeler Daddy love. 

Daddy Love, Joyce Carol OatesSi j’entends parler de cette auteur depuis longtemps, j’ai découvert Joyce Carol Oates sur le tard, avec son roman paru cette été, Carthage, que j’avais beaucoup aimé. J’ai donc été ravie d’apprendre qu’elle en sortait un nouveau (elle publie à un rythme effréné d’environ 2 romans par an !) et je me suis jetée dessus. Ca parle cette fois aussi d’enlèvement d’enfant. Mais sur un tout autre ton. Si on suit un peu la famille, c’est surtout sur l’enfant et les sévisses qu’il subit qu’est centré le texte. Autant vous dire que c’est très sombre et difficile comme roman, malgré un style fluide et agréable. C’est pourtant très prenant, on ne peut s’empêcher de vouloir savoir jusqu’où ça va aller et comment ça va finir. La fin justement m’a beaucoup surprise. Elle m’a mise très très mal à l’aise et je n’ai absolument pas su quoi en penser. Il y avait longtemps que je n’avais pas été aussi bloquée sur le sens à donner à un roman – c’est d’ailleurs bien le but ! Et si c’est très frustrant, c’est aussi agréable de tomber sur un texte d’une telle maîtrise ! J’ai adoré ce roman au sujet difficile qui se lit comme un thriller. Ames sensibles s’abstenir.

Elle n’avait pas cessé d’espérer – naturellement. Les désespérés ne cessent pas d’espérer, c’est une preuve de leur désespoir.

L’envers de l’espoir, de Mechtild Borrmann

 

Matthias Lessmann doit faire un choix difficile quand une jeune fille atterrit un matin d’hiver devant sa ferme. Doit-il la recueillir ? Pendant ce temps, dans la zone interdite de Tchernobyl, Valentina attend le retour de sa fille qui a disparu.

L'envers de l'espoir, Mechtild BorrmannJe dois avouer que le titre de ce roman ne m’inspirait pas des masses et au moment de commencer ma lecture je me suis demandée ce qui avait bien pu le pousser à le demander en service de presse. Je m’attendais à quelque chose d’assez mièvre et je n’étais pas franchement d’un enthousiasme débordant en attaquant ce roman, sur ma liseuse qui plus est. Finalement, j’ai été mauvaise langue parce que j’ai assez vite accroché. Dans l’ensemble le style est agréable, même s’il y a parfois quelques tournures un peu faciles, peut-être dues à la traduction. L’histoire est particulièrement prenante et j’ai vraiment dévoré ce livre qui met vite en place une certaine tension. Ce n’est qu’après l’avoir refermé que je me suis posé la question de la vraisemblance mais ça n’avait plus guère d’importance. Si certains personnages sont stéréotypés, tous sont attachants et on se prend à vouloir connaître leur histoire. Le contexte est intéressant et le côté historique et social du récit ajoute à son charme. Sans être un grand roman, il évoque avec une certaine légèreté des sujets assez lourds. Une lecture agréable et une bonne surprise.

Ces pauses qui la distraient, les ménage-t-elle dans le but d’arrondir les angles et les coins des vieilles images, pour leur donner une allure satisfaisante sur le papier ?

Le destin funeste de Michael Rockefeller, de Carl Hoffman

 

Le 21 novembre 1961. Michael C. Rockefeller disparaît lors d’une expédition en Nouvelle-Guinée néerlandaise. Son corps ne sera jamais retrouvé. S’est-il noyé ou a-t-il fini dévoré par les cannibales Asmat ? 50 ans après, les rumeurs continuent de courir et cette histoire de fasciner.

Le destin funeste de Michael Rockefeller, Carl HoffmanCe livre est présenté comme un roman, pourtant j’ai beau tourner et retourner ça dans tous les sens, c’est à mes yeux une biographie. Romancée sans doute, mais une biographie tout de même. Ou en tout cas un témoignage sur une enquête en vue d’écrire ladite biographie, ce qui revient plus ou moins au même. Maiiis, il y a écrit « roman » sur la couverture et qui suis-je pour contredire l’auteur (où plus probablement l’éditeur qui se prémunit ainsi contre d’éventuelles poursuites de la famille Rockefeller) ? A vrai dire, mon article sur la non-fiction débordait déjà un peu et il me restait de la place alors finalement, ça m’arrangeait plutôt comme ça. Roman, enquête, témoignage, le tout saupoudré d’un peu d’anthropologie (d’anthropophagie aussi tant qu’on qu’y est) et d’histoire des civilisations : aucun doute, on ne s’ennuie pas dans ce livre ! Ca se dévore plus que ça ne se lit ! Au début, on fait quelques grimaces de dégoût devant les descriptions de cannibalisme, puis, on laisse peu à peu de côté ce que ça peut avoir de fascinant et de dérangeant à la fois pour comprendre un peu mieux l’histoire de ces sociétés si différentes des nôtres. C’est clairement ce que j’ai préféré dans ce livre. Cette évolution qu’on sent aussi bien dans le regard de l’auteur que dans le nôtre. Si on ne peut prétendre comprendre ses sociétés en quelques pages, au moins ressortons-nous de cette lecture époussetés de quelques-uns de nos clichés d’occidentaux. C’est déjà un premier pas vers l’autre que je ne m’attendais pas à trouver dans un livre sur le rejeton d’une des familles les plus riches des Etats-Unis. Plus qu’un roman sur la mort de Michael Rockefeller, une rencontre touchante avec la culture asmat. Une belle découverte.

Les histoires les plus fascinantes ne portent pas sur les gens qui entrent dans le moule mais sur ceux qui accomplissent des choses imprévisibles.

La grande panne, de Hadrien Klent

 

Une mine de graphite explose en Italie, avec des conséquences inattendues : le nuage s’enflamme au contact des lignes haute-tension. Le gouvernement français décide une coupure d’électricité et installe sa cellule de crise sur l’île de Sein. Voyage au cœur du pouvoir.

La grande panne, Hadrien KlentLe résumé de ce roman avait attisé ma curiosité pourtant, je n’étais pas sure du tout d’apprécier. Ce n’est pas le type d’histoire que je lis habituellement et j’avais peur de ne pas accrocher avec cette sorte de « politique fiction ». Durant les premières pages, ça m’a semblé mal parti. Le style est comment dire… très très particulier… J’ai bien cru que je n’y arriverai jamais. J’ai toutefois continué histoire de laisser une petite chance à ce roman et j’ai bien fait ! Passées les premières pages un peu étranges, je l’ai dévoré ! Bon, ça reste assez particulier, aussi bien du côté de l’histoire que du style, mais au moins ça a le mérite d’être original. Les chapitres sont courts et alternent entre plusieurs personnages hauts en couleurs. Ca rend la lecture assez facile. L’idée de départ est originale est plutôt bien menée. Mais ce qui fait la force de ce roman, c’est son écriture qui sort des sentiers battus, même si l’auteur se perd parfois en digressions qui traînent en longueur, il se dégage de l’ensemble une belle énergie. Le roman propose quelques réflexions intéressantes sur des sujets de société parmi lesquels l’écologie ou le pouvoir. Je ne suis pas absolument certaine d’avoir saisi où ce roman voulait en venir mais j’ai trouvé son petit côté anarchiste plutôt plaisant. Une « politique-fiction » au style agréable qui m’a un peu changée de mes lectures habituelles.

Vladimir NABOKOV, Lolita

Par défaut

          Humbert Humbert est un homme dans la fleur de l’âge qui n’aurait bien de bien remarquable si ce n’était son amour des nymphettes : petites filles prébubères à la grâce ingénue. S’il n’est jamais passé aux actes, c’est par manque de courage mais quand il rencontre Lolita, toute sa vie bascule.

          En 2011 je n’ai pas lu mon traditionnel classique russe annuel (généralement un Dostoïevski). Je me rattrape donc début 2012 même si cette fois j’ai donné un peu plus dans la modernité. J’ai donc choisi Lolita comme première lecture pour cette nouvelle année. L’épaisseur du morceau explique l’absence de nouveauté sur le blog ces derniers jours. Après deux semaines de lecture intensive, verdict.

          J’ai adoré ce livre dès les premières lignes. L’écriture est tellement brillante ! C’est à la fois frais et érudit. Le style est vraiment magnifique. Et cette histoire de pédophilie tellement novatrice. Je me suis délectée de chaque ligne. Du moins pendant les 200 premières pages : la description du personnage, sa rencontre avec Lolita. La première partie est un chef-d’oeuvre. La deuxième m’a malheureusement bien moins emballée. Le temps de la séduction est passé et nous entrons dans le quotidien du personnage, fait de jalousies et de faits insignifiants.

          Si je comprends qu’on puisse y trouver un certain charme, ça a eu sur moi un effet lénifiant. Cependant, le personnage écrivant de prison, on attend une fin tonitruante, ce qui interdit d’arrêter sa lecture en route. Le roman retrouve de son dynamisme dans les dernières pages sans pour autant retrouver la fougue du début. Malgré ces petits bémols on ne peut que s’incliner devant le génie de Nabokov et son esprit si délicieusement torturé. Un grand roman et plus encore, un mythe.

Lolita, lumière de ma vie, feu de mes reins. Mon péché, mon âme. Lo-li-ta.

_______________

J’y découvris, en effet, l’enchantement capiteux et inépuisable que l’on éprouve à mystifier les psychiatres. Le jeu consiste à les mener habilement en bateau, en leur cachant avec soin que l’on connaît toutes les ficelles du métier.

_______________

Je suis assez fier de savoir quelques petites choses pour avoir la modestie d’admettre que je ne sais pas tout.

_______________

Je présume que le lecteur parcourt cet ouvrage, sous sa forme imprimée; dans les premières années du troisième millénaire.

Lolita, c’est aussi 2 adaptations cinématographiques. L’une de Stanley Kubrick en 1962 avec James Mason et Sue Lyon, l’autre d’Adrian Lyne en 1997 avec Jeremy Irons et Melanie Griffith.