Hijacking

Par défaut

Drame danois de Tobias Lindholm avec Pilou Asbæk, Søren Malling, Dar Salim

Hijacking-Affiche-France

          Le « MV Rosen », un navire danois, est pris d’assaut par des pirates somaliens en plein Océan Indien. Ils prennent en otage l’équipage et demandent une rançon de 15 millions de dollars. Parmi les sept hommes à bord, Mikkel, le cuisinier, va se retrouver au centre des négociations. A terre, c’est Peter, le PDG de la compagnie qui va avoir la lourde charge de ramener ses hommes sains et saufs.

A-Hijacking-004

            La bande-annonce de ce film me tentait bien. J’aime généralement ces sujets difficiles et il me semblait qu’en quelques minutes déjà des tensions intéressantes étaient mises en place, j’avais donc hâte d’en voir un peu plus. Je dois admettre que si sur le fond, ce film a tout a fait répondu a mes attentes, sur la forme, il m’a sans doute laissée plus mitigée. En effet, le réalisateur ne s’attarde pas trop sur les sentiments et la psychologie de ses personnages. Je n’aime pas qu’on sombre dans le larmoyant, pourtant, un minimum d’émotion est bienvenue, un équilibre difficile à trouver, j’en conviens. Ici nous avons affaire à un film froid comme un iceberg, tant par la manière dont est traitée l’histoire que par l’esthétique, par ailleurs intéressante et typique du cinéma nordique. Un cinéma qui me surprend à chaque fois par sa sobriété, quelque soit le type de film à l’écran !

HIJACKING+PHOTO3

          Toutefois, si cette distance peut s’avérer surprenante, on ne eut nier la qualité de la réalisation. L’histoire est centrée essentiellement sur le cuisinier du bateau et le meneur des négociations. Ce parti pris permet de ne pas trop perdre le spectateur dans le foule des personnages et de voir une évolution subtile des protagonistes au fil du temps, qui passe plus par la physionomie qui par la parole. Les acteurs sont d’ailleurs excellents et le personnage du cuisinier, remarquablement campé, est le véritable atout sympathie du film. Les pirates sont constamment dans la brutalité et on craint le pire à tout instant. Pourtant, si je m’attendais à une véritable tension, tout à fait palpable dans la bande-annonce, je la trouve un peu diluée dans le film. La violence est très présente on peine à imaginer une issue favorable sans pour autant que le suspens soit constant. Cette mise en scène tout en retenue, loin du mélodrame à la française, peut surprendre ; si cette distance peut s’apparenter à de la froideur, elle permet aussi au spectateur une prise de recul intéressante et qui finalement est peut-être bien la force de ce film autant que sa faiblesse. Une histoire forte, de très bon acteurs, une belle réalisation ; malgré une certaine froideur, un très bon film.

Une réponse "

  1. Pingback: Juillet, le bilan | Madimado's Blog

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s