Amargi, anti-tragédie de la dette

Par défaut

          Bon soyons honnêtes, le sujet de cette pièce ne me tentait pas du tout. J’y suis allée parce que mon copain avait adoré la précédente pièce de l’auteur – Judith Bernard – et que pour une fois que c’est lui qui voulait me traîner au théâtre je ne pouvais décemment pas refuser. Sans être totalement nulle en économie, on ne peut pas dire que je maîtrise le sujet ou que je m’y intéresse outre mesure. Je m’y intéresse juste assez pour trouver le monde de la finance abject et avoir envie de m’enfouir sous ma couette, mais je ne suis clairement pas assez calée pour envisager une issue optimiste. Le sujet est ardu et franchement obscur pour le néophyte. La seule pièce que j’aie vu qui traitait plus ou moins d’économie, c’était La septième vague que j’avais détesté. Je n’y allais donc pas avec un enthousiasme débordant cette fois. Direction la Manufacture des Abbesses pour la dernière représentation.

Amargi, affiche

          Certes, le sujet n’est très drôle mais il y a finalement pas mal d’humour dans la manière dont c’est traité et c’est fait de manière très pédagogique. C’est clair, complet (enfin, autant que ça peut l’être en 1h30 bien sûr) et bien expliqué. On comprend tout, ce qui est déjà énorme. C’est même intéressant. J’ai eu un peu de mal à rentrer dedans au début. On commence par le fonctionnement des prêts et des banques, ce qui n’est pas la partie la plus palpitante – ni la plus simple ! Ensuite on passe à l’histoire de la dette, et là, ça devient passionnant. J’avoue que je n’y connaissais rien en histoire de la dette, quand c’était né, comment, comment ça avait évolué : autant de questions que je ne m’étais jamais posées ou très vaguement. Le nom de la pièce vient de là. Amargi c’est l’annulation de la dette en Mésopotamie. De toutes les dettes, pour éviter les révoltes. Il semblerait que depuis le système ait été légèrement perverti.

Amargi, photo de Vincent Blanqui

Amargi, photo de Vincent Blanqui

          La mise en scène manque malheureusement de moyens mais est très inventive et permet de visualiser assez bien des problèmes somme toute plutôt abstraits. C’est d’ailleurs ce qui fait que la partie historique fonctionne mieux, il y avait encore un aspect un minimum concret et logique à la chose. Il y a un musicien qui joue essentiellement des percutions (mais pas que), ce qui ajoute de la profondeur au texte en en soulignant le rythme. J’ai également été assez convaincue par la performance des cinq acteurs qui parviennent à nous embarquer dans cet univers difficile. Si j’ai trouvé que la partie historique était la plus intéressante, j’ai également bien aimé qu’une solution pour sortir de l’impasse dans laquelle nous semblons être soit apportée, même si elle semble forcément un peu utopiste. Inutile de dire que cette pièce au sujet ardu est très engagée et je l’ai finalement beaucoup appréciée. On en ressort moins bête et plus optimiste, c’est assez rare pour être souligné.

"

  1. Pingback: Janvier, le bilan | Madimado's Blog

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s