Archives de Tag: café

Les deux magots

Par défaut

          Cette institution du quartier Saint-Germain a vu passer les plus grands noms du XX° siècle. La célèbre photo de Camus lisant son journal a été prise à sa terrasse. Un lieu mythique où je me devais de m’arrêter.

          La café ne semble pas avoir bougé depuis le siècle dernier. Brasserie populaire, la décoration est sobre, loin des dorures de ses voisins. La grande salle a échappé aux modes. Un café populaire qui a su traverser les années sans changer de décor, un fait suffisamment rare pour être noté. Les Deux Magots a vu le jour en 1885 et doit son nom de l’enseigne d’un magasin de nouveautés qui se trouvait à son emplacement avant sa création. Deux statues sont restées de cette époque. Verlaine, Rimbaud et Mallarmé avaient l’habitude de s’y retrouver. Depuis 1933, le café organise son propre prix littéraire et de très nombreux artistes y sont passés en plus d’un siècle.

          Un café qui ne semble pas avoir subi l’effet de mode suivi par le reste du quartier depuis bien longtemps. Cependant, si le décor n’a pas bougé, on ne peut pas en dire autant des prix. Le café à 4€ n’est pas le moins cher de Paris… Dommage car les plats (croques-monsieur, sandwichs, salades) sont à des tarifs assez abordables pour le coin et plutôt copieux. Les desserts sont hors de prix, mais viennent de chez Hermé, alors on leur pardonne (à ce sujet, j’ai enfin goûté ses pâtisseries après des mois à baver devant et ça vaut sacrément le détour !). La prochaine fois, je m’attaquerai sans doute à leur plateau de pâtisseries à l’heure du goûter, tant pis pour le porte-monnaie ! Un lieu agréable où le service impeccable, dans la plus pure tradition, dénote de la traditionnelle grise-mine parisienne. Un lieu à découvrir.

Les Deux Magots

6 place Saint-Germain-des-Prés

75006 Paris

http://www.lesdeuxmagots.fr

Club-lecture février : William Shakespeare

Par défaut

          Ce mois-ci, après une petite interruption, nous nous sommes retrouvés autours de William Shakespeare. Malheureusement des difficulté d’accordage des emplois du temps ont rendu difficile la rencontre et réduit sérieusement notre comité. J’ai donc peu d’avis à vous fournir, d’un autre côté ça ira plus vite. L’une d’entre nous avait lu Roméo et Juliette  mais pas trop récemment et avait bien aimé (ben oui, mais on est obligé quand même…). Une 2° convive a choisi Le marchand de Venise. La pièce est enlevée et agréable à lire. Le déroulement est imaginatif et les jeux de mots nombreux (même si la traduction ne leur fait pas toujours honneur). Toutefois, le côté antisémite a paru choquant aujourd’hui et difficile à remettre dans son contexte. Une bonne lecture dans l’ensemble.

          Pour ma part, j’ai choisi Hamlet dans une traduction qui m’a semblée terriblement mauvaise. Une grosse déception. J’avais lu il y a quelques temps Jules César que j’avais trouvé brillant mais aride. Mais ayant vu quelques pièces de Shakespeare sur scène et les ayant toutes aimées, je n’ai pas dit mon dernier mot ! Je compte donc m’attaquer aux traductions de Philippe Jaccottet qui j’espère retranscriront plus l’ambiance général que le vulgaire mot à mot (ce dont je ne doute pas étant donnés ses talents de poète). Dans l’ensemble, on eut quand même dire que Shakespaere, on peut difficilement ne pas aimer, un théâtre universel et intemporel.

          Cette fois nous avions changé de lieu et choisi Les éditeurs, dans le quartier chic et intello du l’Odéon. Les prix sont un peu prohibitifs mais le lieu est magnifique. Typiquement ses vieux cafés bourgeois parisiens avec leurs boiseries et leurs fauteuils en cuir. Le décor fait la part belle aux livres. Un lieu chaleureux et agréable. Le service est sympathique et on y mange plutôt bien. L’adresse me semble toutefois plus indiquée pour un thé l’après-midi que pour un repas.

Le café Ménilmontant

Par défaut

         Je continue dans ma série « je découvre le 20° arrondissement » (non, on ne se moque pas, je vis à l’autre bout de Paris, il m’a fallu 2 ans pour me décider à traverser la capitale pour aller voir ce qu’il s’y passait…). Le café Ménilmontant, situé sur la place du même nom, à la sortie du métro, du même nom toujours, pour faire original (et en bas de la rue pareillement nommée, évidemment), est un café sympathique, avec une belle terrasse ensoleillée et une décoration typique des brasseries parisiennes. Le service y est agréable. L’happy hour, de 17 à 21h est extrêmement intéressant : les pintes de bière au prix du demi, le kir à 1€75, et des réductions sur les verres de vin. Vous pouvez accompagner l’apéritif de planches de fromage et/ou charcuteries, pas données mais très bonnes. Les plats proposés à la carte sont assez chers mais délicieux, je recommande particulièrement aux gourmands la sublime charlotte aux fruits rouges… Un endroit où il fait bon se retrouver l’été entre amis à la sortie du travail.

Café Ménilmontant

143 Boulevard Ménilmontant

75011 Paris

01 47 00 08 98

La cagnote, Paris

Par défaut

          Un petit bar sympathique au nord de Paris, rue de Belleville, tout près de la station Pyrénées. Enfin un endroit où les prix sont abordables !!!  Les tarifs défient toute concurrence (pour la capitale tout du moins). Le lieu ne paie pas de mine, un de ces vieux troquets parisiens fréquentés essentiellement par des habitués. Ici, on rencontre essentiellement des siciliens. L’ambiance y est très festive le vendredi soir, idéal pour aller boire un verre entre amis autour d’une planche de fromage ou de charcuterie. Je vous recommande chaudement de goûter pour 3€ les cocktails maison à base d’alcools italiens. La terrasse semble aussi agréable le matin pour boire un café.

La Cagnotte

13, rue Jean-Baptiste Dumay

75020 Paris

Le fumoir

Par défaut

          Le fumoir est un vieux bistrot parisien (version très chic tout de même). Situé face au Louvre, c’est un lieu splendide à la décoration raffinée avec son vieux comptoir, ses fauteuils club et sa magnifique salle bibliothèque. Le matin, on y trouve essentiellement des habitués, le midi, des touristes, et le soir, la jeunesse dorée parisienne. Un lieu où tout le monde se croise et où on se sent bien, malgré un côté assez bourgeois.

          Si les consommations sont un peu chères, le midi le restaurant propose un menu à 22€ entrée/plat/dessert qui aux vues de la finesse des mets est d’un excellent rapport quantité/qualité/prix. Le soir c’est un peu plus cher (32€) mais encore valable pour la capitale. Un lieu à découvrir pour tous les amateurs de bonne cuisine.

Pour plus d’informations : www.lefumoir.com