Archives de Tag: enfants

Les trois soeurs du Yunnan

Par défaut

Documentaire franco-hongkongais de Wang Bing

          Trois sœurs de 10, 6 et 4 ans, dans une contrée reculée de la Chine, grandissent dans des conditions précaires. Leur père se voit dans l’obligation d’aller travailler en ville pour survivre. Elles sont filmées dans leur quotidien. 

468567.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

          Dans l’idée, aller voir ce documentaire me tentait assez. C’est typiquement le genre de cinéma que j’affectionne, celui qui enrichit et ouvre de nouveaux horizons. Et puis les critiques étaient tellement bonnes, la presse s’est enflammée pour ce petit documentaire sur la vie dans les campagnes chinoises. Pourtant, je n’ai pas du tout, mais alors, pas du tout aimé ce film. Je me sens horrible de ne pas m’y être intéressée une seconde, après tout, la vie de ses petites filles est bien réelle et ça aurait dû m’interpeller, me toucher, me faire réagir d’une façon ou d’une autre. Mais non, ça m’a laissée de marbre. Totalement. A tel point que j’ai plongé du nez à plusieurs reprises et ai fini par fuir avant la fin.

521218.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

          Sans grande surprise, leurs conditions de vie sont extrêmement difficiles : une grande pauvreté, des travaux continuels et de la boue absolument partout. Bien sûr, c’est important de savoir que des gens vivent encore comme ça de nos jours mais j’en avais déjà conscience et je pense même que c’est bien moins rare qu’on ne le croit. La pauvreté est présente partout et dès qu’on s’éloigne un peu des villes, que ce soit en Asie, en Afrique ou en Amérique du Sud, on trouve des familles dans un pareil dénuement. En Europe aussi d’ailleurs, même si c’est sans doute moins fréquent. Ca nous semble d’un autre âge mais il y a 50 ans de cela – ou à peine plus, cette manière de vivre très chiche et basée sur les travaux de la ferme était également courante dans certaines régions françaises. On s’étonne aujourd’hui, mais n’est-ce pas parce qu’on est totalement déconnecté de nos propres racines et coupé du monde depuis nos appartements surchauffés ?

506374.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

          Mais ce n’est pas cela qui m’a dérangée, simplement, ça ne m’a pas suffit suffit pour être éblouie, comme le critique parisien plein de bons sentiments qui n’a jamais vu le cul d’une vache et se laisse impressionner par le premier brin d’herbe venu. Le pittoresque ne me parle guère si rien ne vient en prime me faire rêver ou réagir. D’autant plus qu’il n’y a rien de très bucolique dans ces images baignées d’un épais brouillard (ceci dit, quand il ne pleut pas, ce qui est visiblement rare, le Yunnan doit être splendide). C’est vraiment une histoire de vision du cinéma qui entre en jeu dans l’appréciation de ce film. Pour moi, un documentaire doit amener une réflexion. Il doit enrichir le spectateur, lui donner des clefs pour comprendre ce qu’il voit ; et ici, la vie de ces fillettes est montrée nue, sans artifices mais sans explications non plus. Sans valeur ajoutée. Il m’a manqué le regard du cinéaste ou du journaliste pour aimer ce documentaire.

284340.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

          Ce sont restées pour moi des images vides de sens. J’ai regardé la vie de ses enfants et j’aurais aimé que que quelqu’un m’aide à comprendre leur quotidien, connaître leurs rêves. Au lieu de cela, je n’ai vu qu’une succession de scènes de ce qui est le quotidien de bien des familles et je me suis vite ennuyée à périr. J’ai eu la terrible impression d’être dans un épisode de Strip tease, où on ne sait jamais s’il faut rire des sujets ou en avoir pitié. Ici bien sûr, rien ne porte à rire, mais j’aurais voulu pouvoir aimer un peu ses gens, ne pas avoir la désagréable impression qu’on étalait simplement leur misère. C’est toujours difficile de trouver le juste milieu entre les images brutes – comme ici – et des documentaires qui à force de bons sentiments tirent presque sur la fiction et perdent de leur portée. Pourtant, j’ai le sentiment (tout personnel) qu’au cinéma comme en littérature, la réalité ne suffit pas, et l’artiste doit y amener sa touche, si infime soit-elle. A grand regret, j’ai trouvé ce documentaire totalement dénué d’intérêt, le réalisateur ne parvenant pas à transmettre ce qui l’a touché chez ces enfants et lui a donné envie de nous les faire connaître. 

Les Trois Petits Loups et le Grand Méchant Cochon – Eugène TRIVIZAS et Helen OXENBURY

Par défaut

          Trois gentils petits loups voudraient bien vivre tranquilles ensemble dans une jolie maison et pouvoir s’amuser. Mais c’est sans compter sur le Grand Méchant Cochon qui est vraiment diabolique et ne cesse de mettre à mal leurs plans, trouvant toujours un moyen de détruire ce qu’ils ont eu tant de mal à construire. Qui sera finalement le plus malin ?

          J’ai beaucoup aimé la première partie de ce livre. j’ai trouvé ça très marrant d’inverser un peu les rôles traditionnels et l’inventivité que déploie le cochon pour détruire les maisons dernier cri des petits loups m’a beaucoup fait rire. J’ai trouvé que ce détournement du célèbre conte était plein d’humour et de bonnes idées. Dans la deuxième partie, on retombe un peu plus sur un schéma traditionnel et sa fin heureuse, ce que j’ai presque trouvé dommage étant donné le côté décalé du début. On sombre un peu dans les bons sentiments et c’est de suite beaucoup moins drôle. Dommage que l’auteur ne soit pas allé plus loin dans le détournement en trouvant une fin un peu plus originale. Un livre qui m’a toutefois bien fait rire.

9782227705593

Non, non et non, dirent les trois petits loups. Par les poils de notre barbiche-barbichette-et-barbichou, tu n’entreras pas chez nous, par toutes les feuilles de thé de notre plus belle théière de Chine !

Du vent dans mes mollets

Par défaut
              Comédie française de Carine Tardieu Agnès Jaoui, Denis Podalydès, Isabelle Carré.

          Rachel a 9 ans et n’est pas très populaire dans son école. Et puis elle va rencontrer Valérie, une petite fille extravertie qui va devenir sa meilleure amie et changer le cours de sa vie. Ensemble, elles feront les 400 coups et multiplieront les fous rires. Que serait l’enfance sans une bonne copine ?

          La bande-annonce de ce film adapté d’un roman du même nom, très fraîche, m’avait séduite, ainsi que le casting des plus tentants. Cette comédie s’annonçait légère, intelligente et teintée d’un brin de nostalgie. Avec juste le recul et la tendresse nécessaire pour en faire autre chose qu’une carte postale superficielle et nous livrer un film à la fois drôle et intelligent. Bon, visiblement, je me suis emballée pour rien. Ce film est d’un ennui mortel. Honnêtement, j’ai à peine souri face à cette comédie tristement banale.

          Certes, les acteurs font de leur mieux pour sauver ce film de la catastrophe. Ils le tiennent tant bien que mal à bout de bras et si les adultes ne s’en sortent pas trop mal, les fillettes livrent quant à elles une prestation médiocre. Le scénario aurait pu être intéressant mais aurait mérité d’être un peu plus creusé. On reste à la surface des choses et finalement, même si tout ça est bien mignon, c’est surtout du réchauffé. Le décor début des années 80 et les couleurs légèrement sépias ne suffisent pas à donner du charme. Tout comme un sourire d’enfant et quelques étourderies de petite fille ne peuvent à eux seuls faire une bonne comédie. Une bonne idée, mais un film qui parvient à en faire à la fois trop et pas assez pour un résultat bien fade et convenu.

           Première le dit mieux que moi, je me permets donc de reprendre leur critique : « C’est au tour de la malheureuse Carine Tardieu de nous horripiler avec sa comédie émotionnelle saturée de chichis visuels et musicaux, de compositions esthétisantes calculées jusqu’à la névrose et de péripéties où l’humour sonne aussi faux que le drame. » Et pour faire bonne mesure, reprenons le bon mot du Parisien : « Il y a des histoires qui font sans doute d’excellents livres mais qui, une fois portées à l’écran, peuvent provoquer de l’urticaire (…) ce film, comme son final, nous a donné froid aux mollets. »

Mes géants, mes parents – Agnès de Lestrade et Mayalen Goust

Par défaut

          Quand on est enfant, ils sont bien mystérieux ces géants qui sont nos parents. On ne les comprend pas toujours eux qui avec leurs grandes jambes ne font jamais de balançoire ni de toboggan. 

          J’ai beaucoup aimé les illustrations très douces et poétiques de ce livre. Le texte est aussi sensible. J’ai été agréablement surprise par la douceur de ce livre. Je regretterais simplement une chute un peu légère. Petite déception sur la fin donc mais une lecture malgré tout très agréable.

Les géants ce qu’ils préfèrent,

c’est escalader les montagnes…

traverser les mers…

et regarder les étoiles…

Pico Bogue, La vie et moi

Par défaut

          Pico est un petit garçon plein de vie. S’il n’est pas franchement doué à l’école, il est pourtant sacrément futé. Il a une petite soeur, Ana Ana, qui le fatigue parfois mais qui quand même, a des bons côtés. Et puis il y a papa et maman, et les copains bien sûr ! Tout un programme…

          Pico Bogue est finalement un petit garçon comme les autres. Il a un sacré caractère, et sa soeur aussi, tous les deux ne sont jamais à court de réparties déconcertantes. La vie du petit garçon se partage entre sa famille et ses copains, et puis l’école, dont il se passerait bien. On se reconnaît forcément tous un peu dans les états d’âmes de ce bout de chou si attachant.

          Les dessins sont vifs et agréables, même si les couleurs un peu ternes me semblent plus adaptées à un public adulte qu’à des enfants. Les saynètes sont très parlantes, les scènes décrites en peu de mots. Le style est percutant, on ne peut que sourire devant la justesse des situations esquissées. Un humour léger dont on se délecte. Une BD tendre et divertissante, je compte bien me jeter sur la suite !

Ce livre faisait parti du Swap BD et chocolat. Un très bon choix !