Archives de Tag: enfants

Le guide du mauvais père

Par défaut

          Oublier le passage de la petite souris, traumatiser sa fille avec une terrifiante histoire d’arbre qui pousse dans l’estomac, dénicher des conseils peu avisés pour encourager fiston à taper plus fort sur le punching bag… Guy Delisle, un mauvais père ? Non, un auteur de bande dessinée qui sait puiser l’imagination là où elle se trouve, avec un sens aigu de l’observation et une bonne dose d’autodérision.

Couverture du Guide du mauvais père T1

          De Guy Delisle j’avais adoré Pyongyang (l’article qui me vaut une véritable inondation de ma boîtes de spams). Son humour avait fait mouche et j’avais bien envie de voir ce qu’il avait fait d’autre. Sheng-Zen m’a moins convaincue mais j’avais toujours autant envie de continuer ma découverte de ses BD. Quand j’ai voulu faire un cadeau à des amis sur le point d’adopté, la libraire m’a conseillé « Le guide du mauvais père ». Bon, certes, c’était très éloigné de ce que je cherchais mais bon, je trouvais ça plutôt drôle alors… Alors j’ai pris les 2 premiers tomes (il semblerait qu’il y en ait 3 mais j’ai fait avec qu’il y avait en rayon). Et comme ils sont gentils, ils m’ont même laissé les lire, ce qui me donne l’occasion de vous en parler.

Le guide du mauvais père

          Je dois avouer que ces deux premiers tomes m’ont souvent fait sourire. Même si au fond ce n’est pas si horrible que ça. Ca sent même terriblement le vécu ! La plupart des histoires sont décalées et certaines sont vraiment drôles. J’ai bien peur que beaucoup de parents ne se soient déjà retrouvés dans certaines des situations décrites par l’auteur que ce soit l’oubli du passage de la petite souris ou s’emballer totalement et raconter des choses horribles à ses enfants sans s’en rendre compte, créant un vent de panique. Ma préférée est le père qui oublie de faire faire les devoirs à son fils pour jouer aux jeux vidéo. De petites scènes du quotidien où beaucoup pourraient bien se retrouver. Bref, ce petit livre sans prétention est agréable à lire et devrait décomplexer bien des parents.

L’ours et l’enquiquineuse

Par défaut

L’ours n’aime pas les enquiquineurs. D’ailleurs, pour être tranquille, il a même affiché un panneau sur sa porte :
NE PAS DÉRANGER.
Mais voilà qu’un jour une souris frappe à sa porte.
Une souris minuscule, grise et les yeux malicieux !

Couverture de l'album L'ours et l'enquiquineuse

Allez, en cette période bien morose d’entre deux tours, je me suis dit qu’un mini article sur un album tout mignon ne nous ferait pas de mal. Et puis ça faisait longtemps que je n’avais pas parlé jeunesse. Ce petit livre pour enfants n’a pas été sans me rappeler Ernest et Célestine, que j’adorais étant petite. Un ours et une souris, forcément… Bon, évidement, pas facile de faire le poids face à pareille référence mais bon, ce n’est quand même pas si mal. Ne serait-ce que parce que l’ours bourru et la souris hyper sociable sont attachants.

L’histoire est très mignonne. Vraiment très mignonne. J’ai beaucoup aimé. Pour le reste, le dessin à l’aquarelle est plus coloré et moins poétique que dans Ernest et Célestine mais l’histoire est suffisamment choupinette pour nous faire oublier un peu nos attentes en matière de style. Je pense aussi que ça s’adresse à des enfants un peu plus jeunes (même si je suis très mauvaise jauger). Finalement, ce que j’ai le moins aimé, c’est le titre, même s’il colle pas mal au contenu. D’autres tomes sont disponibles, que je n’ai pas eu l’occasion de découvrir. Une petite lecture qui fera passer un bon moment aux enfants mais aussi à leurs parents.

Des albums jeunesse à la pelle

Par défaut

          Une petite sélection de livres jeunesse lus ces derniers mois et dont je ne vous ai pas parlé. Il y en a un peu pour tous les âges et dans tous les styles. Faites votre choix !

32694383_7020524La belle et la bête : J’aime bien ce conte mais je ne l’avais jamais lu, je n’en connaissais finalement que les adaptations cinématographiques. Quand on m’a offert ce petit livre, j’ai été ravie de pouvoir découvrir la version originale. Je dois dire que j’ai été assez surprise par le côté hyper moralisateur de ce conte. Pas vraiment ma tasse de thé mais ça ne fait pas de mal de connaître ses classiques. J’ai beaucoup aimé les illustrations, vraiment très belles.

BOUCLE-D-OR-A-TOUCHER_ouvrage_largeBoucle d’or : cette histoire me fascinait quand j’étais petite. J’aurais tellement voulu goûter à la bouillie des ours moi aussi ! J’ai donc été ravie de relire ce grand classique. Les illustration ne m’enchantaient pas outre mesure, en revanche, les textures différentes à chaque page sont extrêmement inventives et réussies. J’aurais adoré avoir le même !

couv_haikusIl était une fois… Contes en haïkus : les contes traditionnels revisités sous formes de haïkus, saurez-vous les reconnaître ? Pour la peine ce n’est pas vraiment un album mais ça reste un livre illustré. Il y en a que j’ai eu un peu de mal à trouver mais condenser les contes en 17 syllabes est un tour de force que l’auteur réussit à merveille. Une bonne initiations à l’art du haïku et une révision ludique de nos classiques.

la-legende-du-cerf-volantLa légende du cerf-volant : ce livre est juste splendide. Les illustrations sont très belles, elles sont à la fois douces et colorées. Comme les dessins, l’histoire est tout ce que j’aime, une légende empreinte de sagesse et de poésie. Le genre de classique dont on ne se lasse pas. J’ai passé un excellent moment avec ses pages magnifiques.

9782912080615Papa barque : ce livre qui parle de l’absence du père m’a agréablement surprise. Je n’ai pas vraiment accroché avec les illustrations mais elles font vraiment sens avec le texte et le complètent parfaitement. Un livre émouvant qui parle d’amour et d’absence aux enfants avec justesse et sensibilité.

9782748512861FSSato lapin et la lune : je dois admettre que ce n’est pas mon album préféré mais il faut dire que je préfère généralement les livres pour les un peu plus grands. Les illustrations ne m’ont pas emballée, j’avoue préférer les choses un peu plus classiques. Toutefois l’histoire est pleine de poésie et plaira surement aux plus petits.

ZOU Zou : Zou, c’est un petit zèbre tout mignon. Les illustrations sont très jolies et toutes douces, je les aime vraiment énormément. L’histoire quant à elle est particulièrement mignonne et les parents l’apprécieront surement autant que les enfants. Un très joli livre plein d’humour et de tendresse à offrir aux jeunes parents. Un gros coup de cœur.

9782226040558-XLe premier œuf de maman poule : ce livre a été un gros de coup de coeur. Un de mes chouchous que j’ai lu et relu. Les illustrations sont sympa, il y a plein de textures différentes pour les petits avec des volets à soulever et autres choses du genre. Le texte est plein d’humour et de tendresse. Un vrai bonheur !

caroline-aux-sports-d-hiver-242955-250-400 Caroline aux sports d’hiver : un de mes préférés de la série Caroline que j’aimais tellement quand j’étais enfant. J’aimais tellement suivre les frasques de ces adorables petits chiens et je pouvais passer des heures à regarder les illustrations pour inventer des détails à l’histoire. Sans doute mes premiers fous rire de lecture – et ils sont encore bien rares ! Je me le suis fait offrir à Noël et même si j’ai été déçue de trouver l’histoire plus courte que dans  mon souvenir, ça reste un énorme plaisir de lecture.

Vie sauvage

Par défaut

Drame de Cédric Khan avec Matthieu Kassovitz, Céline Sallette, David Gastou

          Quand Paco perd la garde de ses enfants, il décide de ne pas les ramener chez leur mère. Va s’en suivre une longue cavale. Ils vivront cachés sous une autre identité avec la peur d’être découverts. Une vie hors du système et proche de la nature qui va durer 11 ans.

Affiche de Vie sauvage          J’avais suivi l’histoire des Fortin au moment où elle est sortie. D’une part, parce que c’est mon travail, d’autre part parce que je suis originaire de la vallée dans laquelle ils se cachaient et que j’avais déjà eu l’occasion de les croiser. J’ai trouvé qu’ils avaient extrêmement bien géré tout ça, profitant de l’occasion pour vendre leur première interview à Paris Match (enfin, si ma mémoire est bonne), écrire un livre qui a connu un certain succès et enchaîner avec ce film, avec Matthieu Kassovitz tout de même. Pour des enfants qui ont grandi au fin fond des bois, je trouve qu’ils maîtrisent très bien le système médiatique. Les critiques étaient plutôt bonnes et j’étais assez curieuse de voir ce que ça allait donner au cinéma même si je me doutais que ça allait forcément être un peu bizarre comme expérience. Etant donné que le film n’a pas été filmé là où se sont déroulés les faits, difficile de le faire coller à mes attentes.

Extrait de Vie sauvage          Dans l’ensemble j’ai bien aimé ce film qui évoque des aspects intéressants de cette vie hors normes. Les relations entre ces enfants et leurs parents sont complexes et plutôt bien traitées. La thématique de la séparation n’est pas facile et je trouve que ça sonne assez juste. La vie dans la nature pose un certain nombre de questions sur le bonheur, l’éducation ou l’intégration à la société. On voit finalement rarement ce type de modes de vie au cinéma. Je suppose que le côté enfants sauvages doit surprendre quand on est citadin mais dans mon coin reculé de l’Ariège, nombreux sont les enfants qui vont à l’école à dos de cochon, ou même qui n’y vont pas du tout. Les Fortin ne faisaient donc pas tâche dans le paysage et y étaient même plutôt plus « civilisés » que la moyenne, ce que le film ne montre bien sûr pas, mettant l’accent sur le côté marginal de leur mode de vie et la difficulté qu’il peut représenter pour des adolescents qui rêvent d’être comme tout le monde.

Extrait de Vie sauvage          Ce qui est étrange quand on connaît un peu l’histoire, c’est qu’on s’attend à tout moment à voir les paysage que l’on connaît, les gens auprès de qui on a grandi, et on est forcément un peu déçu de ne pas les trouver là où ils auraient dû être s’il s’était agit d’un documentaire. Mais c’est une fiction, il est objectivement ridicule de s’attendre à y retrouver la réalité. J’ai toutefois trouvé que les acteurs étaient très bien choisis. Matthieu Kassovitz et Céline Sallette y sont excellents. Je dois avouer que j’ai regardé ce film avec la curiosité de voir comment serait faite cette adaptation, j’ai du mal à imaginer comment on doit l’envisager avec un regard extérieur. J’ai toutefois trouvé que la manière dont les enfants vivaient cette situation intenable était bien mise en lumière. Un film assez réussi sur la famille, la séparation et les choix de vie marginaux.

Que faire à Paris ce week-end ? – 19/20 juillet

Par défaut

          Paris se vide en été, le rythme ralentit et la capitale prend un air de fête. Avec un peu de retard, voici de quoi s’occuper à Paris ces jours-ci :

DSC_0825

Loisirs de plein air : Paris plages revient sur les berges cet été encore, découvrez les nombreuses animations prévues tout au long de l’été sur la page dédiéeL’été du canal, festival de l’Ourcq du 5 juillet au 24 août, des bals, de l’art de rue, des parcours sonores ou des croisières découverte, autant de manières de découvrir le canal autrement. Pour la programmation, c’est ici.

Cinéma : Paris l’été, c’est l’occasion de profiter du cinéma en plein air, avec la chaleur de ces derniers-jours, le temps est idéal ! Cette semaine, Ciné quartier 13 propose Sita chante le blues le 19 juillet à la tombée de la nuit au square Paul Grimault. Courez-y, c’est gratuit !

Musique : le Festival Fnac live a commencé sur le parvis de l’hôtel de ville et c’est jusqu’à dimanche. Des concerts gratuits d’artistes comme Jeanne Cheral, Mademoiselle K ou Bernard Lavilliers – et de nombreux autres ! Retrouvez la programmation ici. Découvrez aussi le Black summer festival au Cabaret sauvage, de nombreux concerts funk, soul, reggae jusqu’au 02 août. Pour la programmation et les tarifs, c’est par-là.

Arts de la scène : théâtre, danse, musique, le festival Paris quartiers d’été revient pour une nouvelle saison. De nombreux spectacles à travers la ville pendant tout l’été, dont certains sont en accès libre. Découvrez la programmation ici.

Jeunesse : Pestacles 2014, un festival pour les petits qui propose tous les mercredi des concerts à petits prix au jardin botanique du bois de Vincennes. Une programmation riche pour leur faire découvrir les musiques du monde. La liste des concerts par-là. Au jardin d’acclimatation du Bois de Boulogne, c’est Jardin-Plage qui s’installe pour l’été, avec de nombreuses animations. Les jardins d’été du Quai Branly reviennent également pour l’été avec des animations pour petits et grands.

Retrouvez également les bons plans de la semaine dernière pour compléter ce programme.