Archives de Tag: ferme

Tom à la ferme, un thriller époustouflant

Par défaut

Thriller franco-canadien de et avec Xavier Dolan. Avec Xavier Dolan, Pierre-Yves Cardinal, Lise Roy

          Un jeune publicitaire voyage jusqu’au fin fond de la campagne pour des funérailles et constate que personne n’y connaît son nom ni la nature de sa relation avec le défunt. Lorsque le frère aîné de celui-ci lui impose un jeu de rôles malsain visant à protéger sa mère et l’honneur de leur famille, une relation toxique s’amorce bientôt pour ne s’arrêter que lorsque la vérité éclatera enfin, quelles qu’en soient les conséquences.

tom-a-la-ferme-onesheet_fre_hr

         De Xavier Dolan, je n’avais vu que Les amours imaginaires qui m’a laissé un souvenir pour le moins marquant. En effet, ce film tourné avec très peu de moyens m’avait totalement fascinée. J’étais tombée dessus un soir sur Canal+ et malgré l’heure tardive, je n’avais pu me détacher de cet ovni cinématographique. J’avais honteusement raté Laurence Aniways et quand j’ai vu qu’il sortait son 4° film, Tom à la ferme, j’étais aux anges, pressée de découvrir ce que le petit génie québécois nous avait réservé. Ici, le jeune réalisateur change un peu de registre avec un film moins axé sur les sentiments (quoi que ce soit discutable) pour virer plus vers le thriller (dont on trouvais déjà les prémices dans certains passages des Amours imaginaires). J’avoue avoir été très surprise par ce film et je ne sais trop comment vous en parler sans trop en dévoiler.

TOM A LA FERME PHOTO5

          Je ne sais pas au juste à quoi je m’attendais sachant que Xavier Dolan n’est pas du genre à faire dans le classique mais en tout cas certainement pas à ça. Je savais qu’on sortait du côté sentimental de ses précédents films et je crois que je pensais avant tout avoir affaire à une histoire de deuil, même si je me doutais un peu que ça n’allait pas être aussi simple… Certes il y a de ça, mais c’est aussi (et surtout) tellement plus ! Le deuil est le point de départ de ce film et reste très présent, toutefois, on retrouve aussi la « marque » de Xavier Dolan avec une réflexion sur le regard de l’autre et l’acceptation qui est très subtile et donne une belle profondeur à l’ensemble. Mais surtout, ce film est avant tout un excellent thriller !

TOM A LA FERME PHOTO1

         Je n’en dirai pas plus sur l’histoire pour ne pas gâcher le suspens mais la mise en scène est extrêmement réussie. Il ne se passe finalement pas grand chose d’exceptionnel mais chaque détail est pensé pour laisser songer au pire. Une force de suggestion redoutablement efficace. Le film est sobre mais très réfléchi : chaque scène est construite intelligemment et on monte peu à peu en puissance, chaque plan est millimétré et il y a quelques images fortes même si on est très loin d’une réalisation esthétisante. Il y a au milieu une scène de toute beauté, éblouissante dans ce décor assez chiche (oubliez la ferme bucolique, la réalité est plutôt un grand hangar mal entretenu au milieu de champs d’une platitude déconcertante). La musique est à mon sens le point faible de bien des films, ici, bien que très présente, elle souligne parfaitement les sous-entendus de l’histoire et contribue grandement à créer l’angoisse ou l’émotion.

tom-a-la-ferme

          J’ai vu ce film en avant-première et il était présenté de manière originale. Dans l’esprit ciné-club, avant la projection, l’oeuvre est analysée, sans bien sûr en dévoiler le contenu, mais de manière à offrir des pistes de lecture. Pour cela, différents extraits étaient proposés dont une chanson de la Reine des neiges, des extraits de Witness avec Harrison Ford ou de Misery. Le point commun a tous ces extraits est le travail ou la ferme. Toutefois, la présence de Misery dans cette sélection m’avait un peu interpellée. Finalement, chaque extrait était très bien choisi et venait éclairer différents aspects du film de Xavier Dolan. J’ai trouvé cela tout à fait passionnant et ça met en avant la manière dont ce film entre en résonance avec une certaine forme de cinéma et se la réapproprie.

TOM-A-La-FERME-Xavier-Dolan-@clara-palardy-1024x678

          Le moins qu’on puisse dire c’est que ce film ne laisse pas indifférent et les commentaires ont été pour le moins nombreux à la sortie. J’y suis allée avec une amie et j’ai été heureuse de pouvoir en discuter avec elle tant nous étions sonnées. Nous avons passé une grande partie du film accrochées à nos fauteuils en état de stress intense. Xavier Dolan crève l’écran, il est presque aussi bon acteur que réalisateur, ce qui n’est pas peu dire ! Ce film est fait avec peu de moyens : une poignée d’acteurs et Xavier Dolan à peu près partout au générique restreint, mais on oublie vite cet aspect tant on se retrouve plongé dans cet univers dépouillé et un rien sordide. Il y a là quelque chose qui tient de l’exploit. Je ne pense pas que tout le monde accrochera avec cette ambiance très noire mais ce qui est certain, c’est que le cinéma de Xavier Dolan ne laisse pas indifférent ! A 25 ans, il confirme son statut de petit génie du cinéma avec une inventivité et une maîtrise qui forcent le respect. Un film sombre et angoissant, impeccable de bout en bout, dont on ne ressort pas tout à fait indemne : âmes sensibles s’abstenir.

Le Démantèlement

Par défaut

Drame familial canadien de Sébastien Pilote avec Gabriel Arcand, Gilles Renaud, Lucie Laurier

21047023_20131007094159905.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx          Gaby est éleveur de moutons dans la ferme familiale où il vit seul depuis que ses filles sont parties s’installer à Montréal. Alors que de plus en plus d’agriculteurs sont contraints de vendre, lui résiste malgré les difficultés. Mais un jour l’une de ses filles lui demande une aide financière importante et il va être confronté à un choix impossible.

21001522_20130425112919921.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

          Quand j’ai entendu parler de ce film, j’ai de suite su qu’il était de ceux que je ne pouvais rater ! Venant moi-même d’une famille de petits agriculteurs, je suis particulièrement intéressée par ce type de sujets dans lesquels je me retrouve un peu. J’avais donc hâte de découvrir de quelle manière la délicate question de la transmission allait ici être abordée. Je m’attendais à un film sensible et émouvant sur la famille et les racines mais il est finalement sobre voire même un rien austère. Le rythme est assez lent. On suit le personnage dans son quotidien et si je m’attendais à des doutes, des hésitations et des remords quant à la vente de sa ferme, il n’en est rien. C’est troublant de le voir ainsi tourner le dos à son passé presque trop facilement.

21001519_20130425112917108.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

          Pourtant c’est justement ce qui rend ce film intéressant. C’est je trouve une manière de traiter le problème éloignée des clichés et du pathos et, si on n’est pas forcément dans l’émotion, cette vision assez sombre me semble surtout terriblement réaliste. Le réalisateur n’embellit pas les choses pour nous livrer une belle histoire mais nous montre ce qui est le quotidien de beaucoup. Ca peut sembler banal, terne mais je trouve cette technique parfois proche du documentaire assez appréciable. Les acteurs rendent émouvants ces personnages dont la vie est sur le point de basculer. Quant à l’image, elle est très maîtrisée tout en restant naturelle. C’est ce qui ressort de l’ensemble : une impression de naturel et de sincérité pour un film réussi et touchant.