Archives de Tag: gâteaux

Acide dépoussière la pâtisserie

Par défaut

          Acide, c’est la nouvelle pâtisserie que a eu la curieuse idée de venir s’installer au cœur des Batignolles. Après une boutique de macarons, le chef propose un salon de thé avec formule repas le midi, goûter, brunch le dimanche et quelques douceurs à emporter. Vous vous doutez que je n’ai pas pu résister !

acide-macaron

          L’offre de gâteaux à emporter est assez limitée avec 5 ou 6 choix chaque jour qui évoluent au fil des saisons. J’ai commencé par tester un cheesecake au cassis : d’une légèreté incomparable, j’avais l’impression de manger un nuage. Pour mon deuxième essai, j’étais un peu sceptique, rien ne me tentait mais j’ai quand même emporté un mont-blanc griotte. Venant de moi qui n’aime pas le crème de marron, le choix peut sembler surprenant mais je me suis dit que venant d’un bon chef, je pourrais être surprise. Eh bien ç’a été le cas ! C’était absolument délicieux. La crème de marron en mousse était aérienne et peu sucrée et s’alliait parfaitement à l’acidité des griottes. Une belle réussite.

Matoso_20111209_7198_portraitweb

          Après ce gros coup de cœur, j’ai décidé d’aller plus loin et d’y manger un midi. Une carte très réduite avec une salade du jour, croque, focaccia ou fregola (ça hume bon l’Italie tout ça). J’ai opté pour la salade du jour avec du quinoa et plein d’ingrédients que j’ai oubliés depuis. C’était copieux, bien présenté et très bien assaisonné. Simple, sain et efficace. En dessert j’ai pris un gâteau à la mangue délicieux accompagné d’un thé tout aussi bon. La couleur et le goût sont au rendez-vous ! La formule  plat-dessert-café ou thé est à 15€. Plutôt honnête, surtout que les pâtisseries à l’unité ne sont pas données.

IMG_1454

          La maison propose également des viennoiseries, des glaces, un goûter et un brunch le dimanche, un peu cher (comme ailleurs quoi…) mais qui semble tellement bon et en plus change toutes les semaines. Je pense que je vais finir par craquer et le tester. La maison propose aussi des macarons qui sont réputés pour être parmi les meilleurs de Paris. Je n’irai pas jusque-là. Ils sont certes très bons, avec une texture intéressante mais côté goût ils sont un peu inégaux. Il y a du moyen comme de l’excellent. N’hésitez quand même pas à les tester, ça reste plutôt le haut du panier en la matière. Jonathan Blot propose des pâtisseries légères et inventives dans un lieu accueillant. Un jeune pâtissier prometteur au coin de ma rue : une chance dont je ne me lasse pas.

gâteau-teaser-1024x724

Acide

24 rue des Moine
75017 Paris (salon de thé)

10 rue du Bac
75007 Paris (boutique uniquement)

Fou de pâtisserie, le magazine qui porte bien son nom

Par défaut

          Il y a quelques mois, je découvrais « Fou de pâtisserie« , un magazine de pâtisserie positionné haut de gamme. Vous allez me dire « Encore un magazine de cuisine… » Certes, ils ont fleuri ces dernières années et l’offre est des plus vaste. J’aime bien ce type de magazine pour trouver des idées (je suis d’ailleurs abonnée à Cuisine et Vins de France) mais je leur reproche parfois de verser dans la facilité avec des recettes rapides qui utilisent des éléments tout prêts. Genre pour une pizza rapide et pas chère achetez de la pâte à pizza, de la sauce tomate et quelques olives. Oui autant l’acheter tout prête quoi… Ici on est très très loin de la cuisine de ménagère rapide et facile. Presque trop même. Je sais, je sais, je suis pénible, jamais contente.

M1477

          Les plus grands chefs pâtissiers collaborent à chaque numéro et nous dévoilent leurs secrets. Autant vous dire qu’à chaque page on en prend plein les yeux avec des gâteaux plus impressionnants les uns que les autres ! Tout fait envie. Et me semble absolument irréalisable. Les recettes sont regroupées autour d’un thème, mais chaque numéro propose aussi des variations autour d’une recette et d’autres surprises. Les recettes de chefs sont splendides et semblent irréalisables mais à y regarder de plus près, si c’est très technique et délicat, certaines recettes sont expliquées pas à pas et semblent finalement à la portée de pâtissiers moyens, même si je me doute que le rendu ne doit pas être aussi parfait.

fou-de-patisserie2

          Je n’ai pas encore eu l’occasion de tester ces recettes mais j’en garde quelques unes en tête pour des occasions particulières. En effet, la plupart comportent de nombreuses étapes et demandent beaucoup de temps. Toutefois, certaines sont aussi beaucoup plus accessibles comme par exemple dans le dernier numéro celles sur le goûter à l’heure américaine. J’aime beaucoup le côté très détaillé des recettes et cette impression qu’avec un peu de patience on peut réaliser de belles choses. Je vous confirmerai ça à l’occasion. J’ai envie de me mettre à une pâtisserie moins « rustique » et je ne sais pas trop par quel bout commencer mais quelques chose me dit que ce magazine pourrait m’y aider.

89831030_p

          J’aime beaucoup la maquette claire et colorée qui donne vraiment envie. Les petits plus comme les convertisseurs de mesures, les fiches de lexique ou encore les adresses où trouver les ingrédients rares sont très appréciables. Dans l’ensemble, je trouve ce magazine très bien conçu. Les recettes sont nombreuses et variées. Pour la plupart, elles sont plutôt complexe, le magazine s’adresse donc à un public averti. Il permet également de découvrir des chefs pâtissiers assez peu médiatisés ou de jeunes talents. Pour ma part, plus que pour réaliser les recettes, je l’achète car il me vend du rêve avec ses recettes incroyables et ses photos magnifiques. Je le recommande en tout cas à tous les fous de pâtisserie.

Pâtisserie / Salon de thé Sandyan, l’adresse toulousaine qui rend accro

Par défaut

          Il y a peu, ouvrait à Toulouse une nouvelle pâtisserie salon de thé, tout près de Jeanne-d’Arc. Un endroit luxueux où les gâteaux sont exposés dans des vitrines tels des bijoux. Et il faut dire que c’est du grand art ! Il fallait que j’aille déguster ces petites merveilles…

DSC_0072

          Yannick Delpech est connu dans la région toulousaine car il officie à L’amphitryon, l’un des rares restaurants étoilés de la région. On pouvait donc s’attendre à du haut niveau avec cette nouvelles adresse uniquement consacrée à la pâtisserie. Contrairement à Paris où elles sont légion, il y a peu de grandes pâtisseries à Toulouse (où alors je ne les connais pas) et si certaines sont très bonnes, rares sont celles qui peuvent prétendre à l’excellence. Sandyan vient donc étoffer une offre un peu maigre en gâteaux haut de gamme, d’autant plus que l’enseigne propose une pâtisserie résolument moderne. Je suis allée plusieurs fois à Toulouse récemment, ce qui m’a permis de tester une bonne partie de leur carte, pour mon plus grand plaisir.

20140111_164420

          Le salon de thé à l’étage est minuscule et donc vite plein. La déco est très épurée mais une jolie vaisselle japonaise colorée vient la réchauffer un peu. Le choix de pâtisseries est très large et la carte des thés généreuse. Le service de celui-ci est impeccable, avec un sablier pour chaque théière afin que l’infusion soit parfaite. Les prix élevés comparés à la concurrence pourraient en revanche décourager. Toutefois, cette légère contrariété sera effacée dès la première bouchée : c’est tout simplement divin ! Ma maman qui m’accompagnait a pris une tarte aux pommes caramélisées qui était parfaite, quant à moi, j’ai choisi une création plus originale à base de génoise pistache, mandarine et sirop épicé : que c’était bon ! La texture était surprenante et le goût explosif, un vrai régal.

DSC_0465

          Après un tel plaisir à la dégustation, nous avons donc voulu goûter d’autres créations afin de confirmer cette première impression plus qu’enthousiaste. Au programme, thé vert matcha et mangue, cachou-citron ou ananas-coco. Certaines formes sont très originales, d’autres plus classiques, il y en a pour (presque) tous les goûts ! La présentation est particulièrement soigné, avec notamment deux très belles présentations en trompe l’œil. En revanche, ici la pâtisserie est quasi-exclusivement individuelle. Toutefois, les formes choisies permettent de rassembler plusieurs petits gâteaux pour donner l’illusion d’une grosse pièce si vous souhaitez un format plus familial. Si certains m’ont forcément un peu moins convaincue que d’autres, ces pâtisseries sont de vraies réussites, aussi bien visuelles que gustatives. On trouve des jeux de textures intéressant dans la plupart de ces créations et les saveurs sont équilibrées. De plus, une partie de la carte varie régulièrement et, pour ne rien gâcher, le personnel est charmant. Côté tarifs, comptez environ 6€ pour un gâteau individuel. Cela peut paraître excessif à certains mais c’est teeeellement bon ! Une très bonne adresse qui rivalise avec les plus grands et m’a totalement conquise !

boutiquehaut

Sandyan

54 bis rue Alsace-Lorraine

31 000 Toulouse

Le café Pouchkine

Par défaut

          Le café Pouchkine, un nom qui évoque un rêve de voyage. Le célèbre établissement de luxe moscovite n’a pourtant ouvert qu’en 1999 mais a acquis très rapidement une renommée internationale. Il faut dire qu’au début du siècle dernier, de grands intellectuels russes se retrouvaient dans un café du même nom, depuis longtemps fermé. Il a toutefois laissé quelques traces dans les mémoires, créant une certaine confusion qui ajoute à la magie de l’adresse. A Moscou, le café Pouchkine est situé dans un très bel immeuble ancien ; c’est une maison luxueuse où l’on peut déguster le meilleur de la cuisine russe. Un lieu où j’espère avoir la chance de dîner un jour. Mais ce n’était bien sûr qu’un rêve lointain, inscrit quelque part sur la liste des lieux féériques que je souhaitais visiter…

403750_350967211580199_1925950593_n

          Et puis, on m’a parlé du café Pouchkine de Paris ! Ici, pas de grande gastronomie, de lieu chargé d’histoire et de repas somptueux mais un stand de pâtisserie de luxe, au rez-de-chaussée du Printemps. Quelques rares tables et une petite terrasse permettent d’y boire un thé pour accompagner les gâteaux vendus sur place. Le lieu est exigu mais que de merveilles rassemblée en si peu d’espace ! Les pâtisseries sont de toute beauté, de vrais bijoux ! Les tarifs sont bien sûr élevés – il faut compter 7€ pour un gâteau individuel – mais pas plus que chez la concurrence. D’autant plus que les portions sont pour le moins généreuses ! Les créations sont originales et pour la plupart rendent hommage à la culture culinaire russe. La maison propose aussi des macarons, viennoiseries et petits fours salés typiquement slaves. Ainsi on trouve des préparation à base de confiture de lait ou d’airelles aux noms exotiques.

285626_503353076341611_1261445051_n

          J’ai pour ma part goûté quelques uns de leurs macarons et deux de leurs créations pâtissières. Les macarons sont un délice ! Les seuls que j’aie découverts à ce jour rivalisant avec Pierre Hermé. Si Hermé reste imbattable avec ses saveurs surprenantes qui me feraient traverser tout Paris pour goûter une de ses merveilles (j’ai encore en bouche le goût du macaron mandarine/huile d’olive de l’année dernière…), Pouchkine le concurrence sérieusement sur les parfums plus classiques, que j’aime généralement assez peu. Le macaron Pouchkine – caramel et chocolat – est étonnamment léger et équilibré, la vanille généralement trop fade explose en bouche sans paraître ni trop grasse ni trop sucrée et le morse (aux airelles) à l’acidité surprenante restera l’un de mes favoris. Côté pâtisseries, j’ai goûté le Napoléon – une pâte à l’orange surmontée de crème vanille, enrobée de feuilles caramélisée et surmonté de fruits rouges – et le Belizna – une dacquoise noix de coco, confit de framboise, crémeux framboise et crémeux coco.

DSC_0107

          Si le Napoléon me faisait de l’œil depuis un moment, j’ai un peu regretté qu’il n’y ait pas plus de fruits rouges. La pâte orange est délicieuse mais un peu dure à manger et la crème vanille est très bonne mais il faut une grosse faim vu les quantités, un rien plus de fruits rouges aurait amené un peu plus de fraîcheur à ce dessert gourmand et savoureux qui a un côté réconfortant. A conseiller par grand froid ou un jour de déprime pour se remonter le moral. Le Belizna est dans un tout autre style, plus raffiné. La portion est d’ailleurs moindre. Le mariage coco/framboise est très réussi, à la fois frais et délicat. Je sais qu’il rejoindra régulièrement ma table lorsque j’aurai envie d’un bon dessert. D’autres pâtisseries sont très tentantes, d’autant que les présentations sont très soignées et souvent spectaculaires. La prochaine fois, je testerai sans doute le gâteau au citron meringué et la rose Pouchkine (pistache, amaretto, fruits rouges), à moins que je ne me laisse plutôt tenter par le tutti frutti avec ses magnifiques boules de fruits frais et le Snegourochka (roulé pavot griotte).

DSC_0171

          Vous l’aurez compris, entre les macarons légers et goûteux, la finesse des pâtisseries aux noms exotiques et la promesse de viennoiseries originales, j’ai été totalement séduite par cette maison. Les produits sont frais et le service adorable. Cela peut sembler un peu cher de prime abord mais reste dans les tarifs de la concurrence et offre finalement un très bon rapport qualité/prix. J’ai ouï dire qu’une petite salle à l’étage permettait de déjeuner sur place, avec quelques spécialités russes à la carte. A tester à l’occasion. Face au succès de l’enseigne, la maison a également ouvert une petite pâtisserie tout près de la Place des Vosges. On regrette simplement qu’elle ne dispose pas d’une adresse plus spacieuse pour déguster ses créations sur place, dans un écrin à leur hauteur. Je ne doute cependant pas de devenir une fidèle des lieux. Une excellente adresse qui vend du rêve et nous fait voyager.

cafe-pouchkine (7)

Café Pouchkine

64, boulevard Hausmann – 75009 Paris

et

2, rue des Francs-Bourgeois – 75003 Paris

O Thé divin – Toulouse

Par défaut

          Le Thé Divin est un petit salon de thé toulousain, niché dans une ruelle du centre ville et qui propose des formules goûter pour le moins alléchantes. Il y a même une petite terrasse pour profiter des beaux jours. Présentations.

528630_384038258295794_973051774_n

          La ville rose compte une multitude de salons de thé (au passage, je lance un appel, si vous connaissez des salons de thé sympa et pas trop chers à Paris, je peine à en dégoter et les goûters entre copines manquent…). J’en connais quelques uns mais voilà maintenant quelques années que je suis partie et il ne cesse de s’en ouvrir de nouveau, impossible d’en faire le tour lors de mes brefs passages dans le Sud ! Toutefois, j’ai pu tester cette adresse et sa formule goûter : un thé et une pâtisserie pour 6€. La carte des thés est assez fournie et les gâteaux, faits maison, sont absolument délicieux !

O thé divin patisseries toulouse

Et pour l’article d’Emilie, c’est par là : http://maidenversuscaudalie.blogspot.fr/2013/03/the-perfect-saturday.html

          Nous avons pris deux boissons (un thé et un chocolat chaud) avec une part de tourte aux fruits rouges. La tourte était absolument délicieuse, pas trop sucrée, très riche en fruits, et surtout, la part était des plus généreuses : une pour deux s’est avérée amplement suffisante. Le chocolat était également très bon, et le service est très sympathique. L’adresse propose également des formules déjeuner avec des tartes salées qui, paraît-il, valent le détour. Attention, les lieux sont très exigus et sont pris d’assaut le midi. Une adresse sympathique et un bon rapport qualité/prix, à découvrir !

O Thé Divin

O Thé Divin

6, rue Baour Lormian

31 000 Toulouse