Théâtre

Festival Circa à Auch

Vous l’aurez remarqué en ce moment ça parle pas mal de cirque contemporain par ici. J’en vois beaucoup depuis quelques années et bien que je voie moins de spectacle qu’avant j’essaie de continuer à suivre un peu. Quand l’office du tourisme d’Auch m’a proposé de venir un week-end pour assister à quelques spectacles du festival CIRCa, j’ai donc sauté sur l’occasion. Cette 35° édition se déroulait du 20 au 29 octobre. C’est parti pour un week-end dans le Gers. Je ne m’étendrai pas ici mais si vous avez l’occasion, Auch est une très jolie ville ancienne avec une cathédrale classée à l’UNESCO au titre des chemins de Saint-Jacques de Compostelle.

La cathédrale d'Auch, de nuit

Dédié à l’origine aux écoles de cirque, le festival a vu le jour en 1988, il se déroule à l’époque sous un seul chapiteau et est porté par des bénévoles. Il se développe au fil des années et se professionnalise. En 2001, il fusionne avec la saison culturelle de la ville d’Auch avec rapidement des partenariats et certains spectacles présentés en centre-ville. En 2011, CIRCa devient pôle national des arts du cirque (il y en a 11 en France) et s’installe dans la foulée au au CIRC, le Centre d’Innovation et de Recherche Circassien où se tient une grande partie du festival aujourd’hui avec de très belles installations. Le festival est devenu un rendez-vous incontournable de la scène circassienne avec chaque année 15 à 20 spectacles sur 10 jours et environ 80 représentations. Ca reste également un lieu de rencontre privilégié pour les différents écoles de cirque qui s’y retrouvent chaque année.

Circa, Auch

De nombreux spectacles me tentaient mais entre ceux qui étaient complets et ceux qui passaient en semaine, j’ai réussi à en voir 3 auxquels s’ajoutent une représentation gratuite en extérieur et un documentaire.

La lévitation réelle, compagnie L’immédiat

Lévitation permanente, Circa Auch

Petit spectacle gratuit présenté à plusieurs moments du festival. J’avoue ne pas l’avoir vu en entier mais j’en ai vu une partie devant la cathédrale, à la fin du marché, dans un cadre incroyable, et un autre morceau sur le site de Circa. Je n’ai pas grand chose à dire de ce spectacle étant donné que je ne l’ai pas vu en intégralité, si ce n’est que c’était très agréable d’avoir accès à ces pause acrobatiques gratuites. C’est toujours surprenant de voir ce genre de choses en pleine ville et j’ai beaucoup aimé.

Du coq à l’âme, Esacto-Lido

Du coq à l'âme, Circa Auch

Le spectacle des jeunes diplômés de l’école toulousaine, promotion 2019/2022. C’est un peu inégal. Certains numéro sont originaux et très chouettes, d’autres moins réussis. J’ai notamment trouvé que ça avait parfois recours à des ressorts comiques assez lourds de manière répétée et abusive, même si ça avait l’air d’amuser le jeune public. Le niveau de ces jeunes artistes est très bon, c’est plutôt par l’écriture que ça pèche mais c’est aussi normal étant donné leur jeune âge. Toutefois j’ai apprécié la place que prend leur engagement politique sur scène (écologie, féminisme…) même si ce n’est pas toujours abouti. Prometteur.

In bilico, La sociale K

Un spectacle de funambulisme pour le moins original. Une grande structure avec plusieurs fils qui s’enchevêtrent sur laquelle trois artistes évoluent au son d’une musique live très rock voire carrément expérimentale par moments. J’ai aimé la lumière tamisée qui donne par moment à la scène des airs de navire viking. Ce n’est pas ma discipline préférée et j’ai tendance à préférer les choses plus en légèreté mais j’ai beaucoup apprécié cette proposition pour le moins originale et vitaminée. Malgré quelques petites longueurs l’ensemble fonctionne plutôt très bien, surtout dans la deuxième partie où la lumière tamisée et la musique entêtante créent une ambiance à part que j’ai beaucoup appréciée.
Les photos étant interdites durant le spectacle, je vous mets leur bande-annonce qui donne une idée de la structure et de leur talent.

Pic, Cirque inextrémiste et Surnatural orchestra

Gros coup de cœur pour ce spectacle complètement déjanté. Dès l’entrée dans le chapiteau, lorsque j’ai vu des gens danser tête en bas au plafond, j’ai eu des étoiles plein des yeux. Ca s’agite dans tous les sens, c’est drôle, c’est poétique : j’ai adoré. Peu de numéros réellement spectaculaires mais beaucoup d’inventivité et d’énergie. L’orchestre est pour beaucoup dans cette ambiance festive. J’ai aimé le côté participatif et engagé. S’il fallait chipoter je dirais qu’il y a peut-être quelques longueurs mais il y avait beaucoup d’enfants dans la salle qui semblaient conquis et nous ont transmis leur enthousiasme lors des petites baisses de régimes. Si je n’avais pas déjà été amoureuse du cirque contemporain, je crois bien que ça aurait commencé là, avec eux.
J’ai pris beaucoup de photo parce que tout était très photogénique. Je n’ai pas pu en choisir qu’une

Et pour un fils d’ouvrier ce sera déjà pas mal,
ou la grande aventure du cirque Plume

Affiche docu cirque plume

J’aime beaucoup le cirque Plume (comme tout le monde me direz-vous). Les précurseurs du cirque contemporain. Je les ai vus enfant, puis pour leur dernier spectacle, toujours très admirative de leur univers. Ce documentaire regroupe surtout des témoignages des fondateurs et d’artistes qui ont travaillé avec eux. C’est parfois un peu long et redondant. C’est très sympa de découvrir des images d’archives des coulisses mais j’ai regretté qu’il n’y ait pas plus d’images des spectacles. Ca m’a donné l’impression d’être assez peu tourné vers le public, presque comme s’il s’agissait plus de recueillir les sentiments des copains sur la fin de Plume et leurs souvenirs. Il y a des choses intéressantes dans ce film mais il est il s’adresse plutôt à des spécialistes.

Pendant toute la durée du festival, il y a également des spectacles gratuits proposés en ville. Je dois dire qu’admirer des acrobaties devant la cathédrale est un moment magique. J’ai apprécié le fait que le festival soit ainsi rendu accessible à tous, au moins en partie. Les spectacles gratuits sont proposés devant la cathédrale, en haut de l’escalier monumental ou au moment des marchés. Ou pour l’un d’eux dans un quartier plus populaire où la population a participé à son élaboration. Pour les spectacles en salles ou sous chapiteau, il faut compter entre 9 et 25€ selon les représentations. Il n’existe malheureusement pas de pass pour le festival, il faut prendre toutes les places à l’unité, ce qui peut vite revenir assez cher. Si vous comptez voir au moins 5 spectacles, il est possible de prendre un abonnement pour la saison culturelle qui offre des réductions.

Si vous souhaitez vous rendre sur le festival, je ne saurais que trop vous conseiller de vous y prendre à l’avance. Les places partent vite, tout comme les logements, et ça peut vite devenir un vrai casse-tête d’assister aux représentations qui nous tentent, surtout les week-ends. N’attendez donc pas la dernière minute si vous le pouvez et réservez au plus tard en septembre si vous en avez l’occasion afin d’avoir à la fois des places et un logement à un tarif abordable. J’ai dormi à l’Hôtel de France, au centre, qui a été une très bonne surprise. J’ai essentiellement mangé sur le festival où on trouve un bar et de nombreux food truck. J’ai également fait une visite guidée de la ville qui était très intéressante. Les spectacles commençant à 14h, ça permet de faire un peu de tourisme le matin. Vous l’aurez compris, c’est un gros coup de cœur pour ce festival qui met le cirque contemporain à l’honneur. Je pense d’ailleurs déjà à y retourner l’année prochaine !

Auch, les bords du Gers et la cathédrale au fond

Toutes les informations sur le CIRC, le festival ou les autres spectacles proposés durant la saison sont à retrouver ici : http://www.circa.auch.fr/fr/festival-du-cirque-actuel
N’hésitez pas à faire également un tour sur le site de l’office de tourisme d’Auch pour préparer votre venue. J’en profite pour les remercier pour cette très belle découverte.

Théâtre

Les agrobatiques

Début septembre, j’ai été invitée à passer une journée à Auch. Une très jolie ville que je connais trop mal et que j’ai été ravie d’avoir l’occasion d’explorer un peu plus. Le programme était plutôt axé nature avec la découvert d’un lac, une dégustation chez un vigneron bio et la visite d’une ferme. Et c’est là qu’une surprise nous attendait. En effet, la ferme pédagogique organise tous les deux ans un festival de cirque. Difficile de me faire plus plaisir qu’en m’amenant voir du cirque contemporain. J’étais aux anges.

Lire la suite « Les agrobatiques »
Patrimoine

Culture occitane : Péire Godolin

          Après Frédéric Mistral, on continue avec la littérature occitane, en retournant en arrière dans le temps. Pèire Godolin (à la française, Pierre Goudouli) est un poète baroque toulousain né en 1580 et mort en 1649. Il écrivait en occitan et une statue à son effigie trône Place Wilson. Présentations avec ce grand nom de la culture occitane.

Pierre_Godolin

          Fils d’un barbier, Péire Godolin est devenu avocat après avoir étudié chez les jésuites. Mais il s’intéresse également à la poésie et s’affirme au début du XVII° siècle comme un poète inventif, utilisant différents registres de la langue. Il participe plusieurs fois aux jeux floraux et abandonne rapidement le français au profit de l’occitan. Choix surprenant dans une société où cette langue est dépréciée. Il devient célèbre en 1610 suite à l’écriture d’un poème en hommage à Henri IV, admiré pour la subtilité de son langage et la force de ses idées. Il est alors repéré par des personnages influents, ce qui lui permettra de concevoir des spectacles populaires pour le carnaval de Toulouse et de publier des pièces diverses. Il évolue durant de nombreuses années dans la haute société toulousaine avant de sombrer dans la misère en 1640 quelques années après la mort de son protecteur et mécène, Montmorency. Il se voit dans l’obligation de faire l’aumône et une pension lui est versée par les Capitouls, lui permettant de continuer à vivre de son art.

          Péire Godolin publie en langue d’oc, et plus précisément en languedocien, le dialecte utilisé à Toulouse. Il a toujours refusé de quitter sa ville natale pour faire carrière à Paris. Poète baroque reconnu au XVII° siècle, ses textes ont été régulièrement réédités et il a inspiré de grands noms comme Molière ou Cyrano de Bergerac. Toutefois, son oeuvre est peu à peu tombée dans l’oubli, à la fois en raison de la perte de goût pour le baroque et de la barrière de langue. Il a toutefois été remis à l’honneur par Frédéric Mistral et le félibrige. De statues à son effigie trônent à Toulouse salle des illustres au Capitole mais aussi sur la place Wilson, dans le square qui porte son nom. Un poète oublié qui mérite qu’on découvre ou redécouvre son oeuvre.

290px-PierreGodolin-Toulouse

Bèlas de qui le Cèl manlèva le visage – Belles dont le ciel emprunte le visage
Quand vòl brodar de lums son grand abilhament, – Quand il veut broder de lumière son grand habit,
E dont la galhardiá fòrça tan doçament – Et dont la galanterie force si doucement
Que tot còr va bocar jos l’arquet d’un mainatge ; – Que de tout coeur se soumet sous l’archet d’un enfant ;

Guinholet e Lirís, perleta del vilatge – Guinholet et Liris, petite perle du village
Vos desiran far part de lor contentament, – Veulent vous faire part de leur contentement,
Quand pifres e clarins, d’ungai resonament, – Quand fifres et hautbois résonnent ensemble,
Cercan de gratilhons les pès e le coratge ; – Ils cherchent à chatouiller les pieds et le courage ;

Sense nos mespresar per n’èstre que Pastors – Sans nous mépriser de n’être que des bergers
Venètz tastar le gaug de vòstres servitors, – Venez goûter le bonheur de vos serviteurs,
E guimbar bravament sur l’erbeta florida. – Et sauter allègrement sur l’herbe fleurie.

Un Decembre d’afars non nos tòrra jamai, – Un décembre d’affaires ne nous gèle jamais,
A l’An de nòstra umor non se tròba que Mai – A l’An de notre humeur il n’y a pas que Mai
Que de mila plasers nos corona la vida. – Que mille plaisirs couronnent notre vie.

_______________

Nous sommes quittes avec ceux qui se moquent de la langue de Toulouse, autant pour ne pas être capables d’approfondir la connaissance de ses grâces, que pour nous faire croire qu’ils ont trouvé la fève dans le gâteau de leur suffisance. Mépris contre mépris : et de toutes leurs paroles gonflées et moqueuses, faisons autant de meubles de bulle : RIEN. Vraiment oui, car la Rose muscade continue de charmer notre nez et nos yeux, bien que le Frelon dans ses plongeons amoureux cache son aiguillon dans la fleur. Enfant de Toulouse il me plaît de maintenir son beau langage capable d’exprimer n’importe quel concept ; et à cause de cela bien digne de se redresser sous un panache de prix et d’estime.

Culture en vrac·Patrimoine

Culture occitane : les cathares

          C’est aujourd’hui un grand pan de la culture occitane que je vais vous présenter. Une histoire tragique, celle d’une religion qui a été éradiquée dans un bain de sang : le catharisme. Issu de la foi chrétienne, il est né en Europe vers la fin du XI° s. et s’est propagé dans le Sud de la France, notamment sur les territoires des comtes de Toulouse. Combattu par l’Eglise et le Roi, il a disparu après une croisade sanglante au début du XIV° s. Voici son histoire.

cathares

          Le catharisme est une religion issue de la chrétienté qui s’est surtout propagée dans le Sud de la France au XI° s. S’il s’est implanté dans de nombreux pays d’Europe, s’est dans le Languedoc, et particulièrement au sud d’Albi, qu’il a pris le plus d’importance. Les cathares souhaitent s’approcher du message originel du Christ. Leur mode de vie est proche de celui des premières communautés chrétiennes et s’appuie essentiellement sur les enseignements du Nouveau Testament. Leur idéal est basé sur une vie ascétique et ils refusent les lieux de cultes, la parole de Dieu pouvant être enseignée partout. On est ainsi dans un idéal de simplicité qui sera plus tard à l’origine de la Réforme et à la naissance du protestantisme.

          Toutefois, le mode de vie cathare se distingue du christianisme sur d’autres plans. Ils ne mangent pas de viande. Pour eux, toute créature ayant du sang est susceptible d’accueillir une âme céleste, selon le principe de la réincarnation. Sur le plan des croyances, les cathares dissocient de manière très nette le Bien et le Mal. Le premier et l’oeuvre de Dieu, le second celle de Satan. Ainsi, la création est divisée en deux parties : le monde spirituel et invisible relève de Dieu et le monde matériel et visible relève au contraire du Diable ; concernant l’homme, son âme divine est donc prisonnière de son corps, création du Malin. Les âmes divines ne sont pas périssables et se réincarnent donc jusqu’au salut final.

castle-of-Montsegur-1

          L’organisation de la hiérarchie est simple et bien organisée. Les croyants s’appellent « bons chrétiens » ou « bons hommes ». Quand au clergé, il est formé de « parfaits » qui ont reçu l’unique sacrement de cette religion, « lo consolament ». Le territoire est ensuite divisé en évêchés qui comporte un évêque assisté d’un Fils majeur et d’un Fils mineur. Les Parfaits mènent une vie dure et dépouillée et se consacrent entièrement au salut de leur prochain, notamment par le biais de la prédication : une vie à l’opposée des excès du clergé catholique. Les femmes peuvent accéder à ce statut. Les cathares souhaitant avant tout être proches du peuple, il n’y a pas de lieux de culte et la bonne parole est dispensée en langue régionale (en l’occurrence l’occitan). La messe catholique était alors en latin et souvent incompréhensible pour le peuple. C’est cette proximité qui a valu au catharisme son succès, et l’a amené à sa perte.

          La Croisade contre les albigeois (nom donné au Cathares pour l’occasion) a été initiée par le pape Innocent III. Il n’admet pas les idées cathares – souhaitant que rien de ce qui se passe dans le monde ne lui échappe – et bien sûr, il ne goûte guère les critiques contre l’Eglise… Plusieurs seigneurs répondent à son appel, dont le célèbre Simon de Montfort, et se croisent contre les hérétiques en 1209. Si la Croisade est née de revendications religieuse, elle se transformera rapidement en guerre de territoire et mettra le pays littéralement à feu et à sang. Les cathares étaient invités à renier leur foi, en cas de refus, la torture puis le bûcher les attendaient. Une forte résistance s’est organisée via un réseau de Parfaits clandestins et certains cathares ont trouvé refuge dans des forteresses de montagne.

cathares

          Parmi les évènements majeurs qui ont marqué cette période sanglante, on trouve le sac de Béziers (1209 à 1213), où après sièges et batailles, la population a été exterminée et les cathares refusant de renier leur foi brûlés. Quand les croisés ont envahi la ville, ils demandent au légat du pape, Arnaud Amaury, comment reconnaître les hérétiques des catholiques, il aurait alors prononcé cette parole devenue célèbre : «Tuez-les tous, Dieu reconnaîtra les siens.». En 1244, Montségur, dernier bastion cathare, tombe aux mains des croisés ; 200 Parfaits sont brûlés, c’est la fin du catharisme. La Croisade aura eu pour conséquence majeure d’agrandir le domaine capétien – le Roi parvient à mettre un pied en Occitanie, annexant en partie le comté de Toulouse (je vous passe les subtilité politiques et d’alliances qui mèneront à terme à ce résultat) – et de renforcer le pouvoir du Roi comme de l’Eglise. C’est à la suite de cette croisade que la civilisation et la culture occitane verront la fin de leur essor et que les modèles du Nord commenceront à s’imposer dans tout le royaume.