A la grâce des hommes, Hannah Kent

Par défaut

          Dans le nord de l’Islande, en 1829, Agnes Magnúsdóttir est condamnée à mort pour l’assassinat de son amant. En attendant que la sentence soit exécutée, elle est placée en résidence surveillée à Kornsá, dans la ferme de l’agent de sécurité du canton, avec sa femme et leurs deux filles. Horrifiés à l’idée d’héberger une criminelle, les membres de la famille évitent tout contact avec elle. Seul Totti, le jeune révérend que la meurtrière a choisi comme guide spirituel pour la préparer à sa fin prochaine, tente de la comprendre. Alors que les mois passent, contraints de partager le quotidien, le fermier et les siens se laissent peu à peu apprivoiser par la condamnée. Encouragée par le pasteur, Agnes livre le récit de sa vie.

Couverture du roman A la grâce des hommes de Hannah Kent

          Je ne savais pas trop à quoi m’attendre en commençant ce texte, j’avoue avoir été assez étonnée par l’histoire. C’est très sombre. J’ai aimé ce roman et pourtant j’ai du mal à en parler, je n’arrive pas trop à mettre des mots sur mon ressenti. L’héroïne de ce texte est une femme condamnée à mort et qu’une famille est contrainte d’accueillir en attendant la date de son exécution. Autant dire que l’ambiance n’est pas particulièrement chaleureuse ! Sans compter que les fermes islandaises de l’époque, faites de tourbe et d’herbes séchées, ne semblent pas particulièrement accueillantes.

          J’ai beaucoup aimé l’ambiance qui se dégage de ce texte. L’auteur parvient à nous immerger dans le dur quotidien de la ferme. On pourrait presque ressentir le froid qui s’immisce entre ces murs. Évidement, les relations au sein de la famille sont plus que tendues étant données les circonstances. Toutefois, au fil des semaines, des liens ténus se tissent avec la détenue qui inspire un mélange de crainte et de fascination.

          Peu à peu les langues se délient et on en apprend plus sur le crime dont est accusée la jeune femme. C’est assez étrange, on s’attache à elle, on a envie d’être de son côté et en même temps ses actes mettent à mal notre sympathie. Pourtant une sorte de compréhension s’installe qui m’a parfois mise mal à l’aise. J’ai beaucoup aimé la manière donc l’auteur joue avec les sentiments, créant une tension qui s’amplifie au fil des pages. Un roman original et marquant que j’ai trouvé très réussi, un sentiment de malaise m’a suivie longtemps après en avoir refermé les pages. 

Portrait de Hannah Kent dans une librairie

Nos souvenirs sont aussi mouvants qu’un tas de neige poudreuse en plein vent. Aussi trompeurs qu’une assemblée de fantômes s’ interrompant les uns les autres. Seule demeure en moi la certitude que ma réalité n’est pas celle d’autrui. Partager un souvenir, c’est risquer d’entacher ma mémoire des faits. (…) Comme la fine pellicule de glace sur l’eau d’un étang, la vérité est trop fragile pour mériter notre confiance.

_______________

Ils disent que je dois mourir. Ils disent que j’ai volé à ces hommes leur dernier souffle et qu’ils doivent voler le mien.Comme si nous étions des bougies – je vois palpiter leurs flammes graisseuses dans l’obscurité et le mugissement du vent. Et je crois entendre des pas déchirer le silence.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.