Archives de Catégorie: Actualité

Prix littéraires 2016 : les lauréats

Par défaut

          Cette année, je ne vous ai pas tenu informés sur le blog des différentes sélections pour les prix littéraires parce que l’air de rien il y en a beaucoup et ça prend un temps fou. Mais à défaut de vous donner toutes les étapes, voici au moins les résultats. Comme vous allez le voir, j’ai lu beaucoup de romans cette rentrée mais peu de lauréats. Si vous voulez en savoir plus sur ces romans, cliquez sur le titre pour le résumé Babelio.

  • Prix Nobel

Commençons par le seul grand prix international dont je vais vous parler. La récompense suprême qui récompense cette année… Bob Dylan ! Autant vous dire que la nouvelle a sacrément fait parler d’elle.

  • Prix Goncourt

– Chanson douce de Leïla Slimani – Gallimard

  • Prix Femina Les vies de papier, couverture

– Le Garçon de Marcus Malte – Zulma
– Etranger : Les vies de papier de Rabih Alameddine (mon avis pas très enthousiaste ici) – Les Escales
– Essai : Charlotte Delbo, la vie retrouvée de Ghislaine Dunant – Grasset

  • Grand prix du roman de l’académie française

Le dernier des nôtres d’Adélaïde de Clermont-Tonnerre – Grasset

  • Prix Renaudot

Babylone de Yasmina Reza – Flammarion

  • Prix Médicis

Laetitia ou la fin des hommes d’Ivan Jablonka – Le Seuil
– Etranger : Les élus de Steve Sem-Sandberg – Robert Laffont
– Essai : Boxe de Jacques Henric – Le Seuil

  • Prix Décembre

Comment Baptiste est mort d’Alain Blottière – Gallimard

  • Prix Interallié Repose-toi sur moi, couverture

Repose-toi sur moi de Serge Joncour (ma critique très enthousiaste ici) – Flammarion

          Encore une belle récolte pour Galligraseuil mais aussi pour Flammarion (enfin re-Gallimard quoi). Une fois n’est pas coutume, quasiment que des auteurs que je n’ai jamais lus et dont je n’ai même jamais entendu parler dans cette liste. Maaaiiiiis… maaaiiiis… voilà, Serge Joncour enfin récompensé !!! Depuis le temps qu’on attendait un grand prix pour cet auteur si talentueux (et tellement hors système). Vous ne pouvez pas imaginer ma joie, je suis presque aussi heureuse que si c’était moi qui l’avait eu tellement je n’y croyais plus. Un petit clin d’oeil au passage à Virginie du blog Les lectures du mouton, au moins aussi enthousiaste que moi à l’annonce de la nouvelle. Et félicitations à l’auteur s’il passe par ici, pour ce prix bien sûr, mais aussi et surtout pour son très beau roman.

Rentrée littéraire 2016, les premiers romans

Par défaut

Quelques premiers romans sont arrivés jusqu’à moi en cette rentrée littéraire 2016 qui m’aura décidément apporté beaucoup de bonnes surprises (et quelques mauvaises quand même…). En voici donc quelques uns, dans des styles très différents. Deux d’entre eux seront à découvrir dans des articles à venir, d’une part parce que je n’ai pas encore eu le temps de les lire, d’autre part pour équilibrer un peu le contenu de mes articles consacrés à cette rentrée littéraire.

Une nuit, Markovitch, d’Ayelet Gundar-Goshen

 

1939. Zeev et Yacoov quittent leur petit village de Palestine, direction l’Allemagne, où ils ont pour mission d’épouser de jeunes Juives afin de les sauver des griffes des nazis. De retour chez eux, ils leur redonneront leur liberté en divorçant. Mais si Zeev a bien l’intention de retrouver la femme qu’il aime, Yacoov, lui, ne tient pas à laisser partir Bella.

Une nuit, MarkovitchLe résumé de ce livre me semblait assez amusant et m’intriguait beaucoup. Je dois avouer que je suis loin d’avoir été déçue ! J’ai de suite accroché avec le style très particulier de ce roman. C’est enlevé, drôle, et souvent plus profond qu’il n’y paraît ! Les personnages sont assez stéréotypés et c’est étrangement là que réside tout le charme de ce roman assez cocasse. On s’attache à ces personnages qui possèdent tous leur part de démesure et on se délecte de leurs aventures. J’ai dévoré ce livre avec une boulimie que je n’avais plus connue depuis longtemps. Un petit regret sur la toute fin, qui est en trop à mes yeux mais après une lecture si agréable, ce n’est qu’un infime détail. Sous couvert d’humour et d’une histoire quelque peu farfelue, l’auteur nous raconte aussi un peu son pays et sa culture ; un aspect de ce livre que j’ai particulièrement apprécié. Ce roman mêle habilement les genres, grave et léger à la fois, il parle aussi bien de l’intimité de ses personnages que d’un pays en pleine mutation. L’espoir y est omniprésent, et souvent déçu. Une lecture atypique qui, bien que moins légère qu’il n’y paraît, m’a franchement donné le sourire. Une des plus belles découvertes de cette rentrée !

Pourquoi ruminer quand on peut mordre dans les rondeurs pulpeuses de l’avenir ? À trop évoquer ses souvenirs, on les use, exactement comme les lessives répétées finissent par ternir le linge.

The girls, d’Emma Cline

 

Evie Boyd, adolescente rêveuse et solitaire, vit au nord de la Californie à la fin des années 1960. Au début de l’été, elle aperçoit dans un parc un groupe de filles. Interpellée par leur liberté, elle se laisse rapidement hypnotiser par Suzanne et entraîner dans le cercle d’une secte.

The girlsJe ne savais pas trop qu’attendre de ce roman dont je ne savais rien avant d’entamer ma lecture. Je n’avais même pas lu la quatrième de couverture avant de l’ouvrir. Je suis un peu indécise sur ce que je dois en penser même si dans l’ensemble j’ai apprécié cette lecture. L’adolescente au centre du récit n’a pas grand chose de l’héroïne traditionnelle. Introvertie, peu sure d’elle, elle a peu d’amis et serait prête à tout pour se sentir aimée. C’est ce qui va la pousser vers des fréquentations peu recommandables et changer sa vie. On alterne entre son adolescence et sa vie d’adulte. La première tient la plus grande partie du récit, j’ai trouvé la seconde moins intéressante même si elle a le mérite de mettre l’accent sur les conséquences des mauvais choix fait par le personnage. On assiste à la transformation de la petite fille sage et timide en une adolescente rebelle. Les sentiments sont très bien décrits, on ressent sans peine son malaise adolescent, ce qui a un côté assez dérangeant. C’est d’ailleurs inspiré d’une histoire vraie, celle du célèbre criminel américain Charles Manson et de sa « famille ». Un roman perturbant qui met en scène les sentiments ambigus avec un certain brio.

Mais j’aurais dû savoir que quand des hommes vous mettent en garde, ils vous mettent en garde contre le film sombre qui défile dans leur propre cerveau.

Un travail comme un autre, de Virginia Reeves

 

Roscoe est fasciné par l’électricité. Il en fait son métier mais doit y renoncer lorsque Marie, sa femme, hérite de l’exploitation familiale. Année après année, la terre les trahit. Pour éviter la faillite, il a l’idée de détourner une ligne électrique de l’Alabama Power. L’escroquerie fonctionne jusqu’au jour où son branchement sauvage coûte la vie à un employé de la compagnie.

Un travail comme un autreEn débutant ce livre, je m’attendais à un polar pur jus. Surement à cause du titre assez sombre (ça fait un peu tueur en série je trouve, mais j’ai dû trop regarder Dexter) et de la couverture avec son ciel d’orage sur un paysage désolé. J’ai donc été assez surprise de constater que si le style est noir, ce n’est pas à proprement parler une intrigue policière, même si elle emprunte parfois au thriller. Après un petit moment de flottement, cela s’avère toutefois sans importance. Je serais d’ailleurs bien incapable de cataloguer ce roman à la frontière entre plusieurs genres. J’ai bien aimé le personnage principal, qui possède une forme de poésie et il est intéressant de voir son évolution au fil de son séjour en prison. J’ai trouvé que la peinture des caractères était très réussie. Une certaine forme de suspens se met en place sur ce qui attend le personnage mais aussi un questionnement sur ce qui l’a amené là. De ce point de vue la construction, pourtant assez classique, fonctionne à merveille. J’ai beaucoup aimé l’aspect historique du roman, avec notamment la place accordée aux noirs dans la société. On pourrait craindre que le côté technique sur l’électricité ne soit un peu soporifique mais il reste discret et les explications ne manquent pas de clarté. J’ai trouvé ce roman aussi intéressant que bien écrit et j’ai eu le plus grand mal à le lâcher une fois entamé. Une belle découverte.

On naît avec quelque chose dans les veines, pour mon père, c’était le charbon, pour Marie, c’est la ferme, pour moi, un puissant courant électrique.

Voici venir les rêveurs, d’Imbolo Mbue

 

A New-York Jende, un immigrant illégal d’origine camerounaise, est en passe de réaliser son rêve : après avoir été plongeur et chauffeur de taxis, il vient de décrocher un emploi de chauffeur pour un riche banquier. Pour Jende, tout est désormais possible : il va enfin pouvoir offrir à Neni, sa femme, la vie dont elle rêve.

Voici venir les rêveursJe ne sais pas trop que dire sur ce roman qui m’a quelque peu déroutée. Dans l’ensemble, je l’ai aimé. C’est bien écrit, c’est un sujet qui m’intéresse, on se prend d’affection pour les personnages, globalement, c’est donc plutôt bien (voire plutôt très bien même), en tout cas sur toute la première moitié, la suite m’ayant laissée un peu plus perplexe, sans que je sache bien si c’était une bonne chose ou non, malgré à présent un certain recul. La bonne nouvelle, c’est que c’est plutôt bien écrit et que le sujet est solide. Les personnages sont bien construits, en revanche j’ai parfois trouvé ce qui leur arrivait moyennement crédible. Mais bon, rien de trop extravagant non plus, dans l’ensemble, ça se tient. Durant la première moitié du livre, une certaine tension se met en place que j’ai trouvée assez réussie. La deuxième moitié m’a un peu moins convaincue, notamment parce que la relation tendue entre les personnage m’a plus mise mal à l’aise qu’autre chose et m’a même parfois agacée. La fin est assez surprenante (même si on la sent venir) et je ne suis pas sure de bien comprendre le message que l’auteur souhaitait véhiculer. La place donnée au personnage féminin m’a aussi un peu déçue. J’ai trouvé qu’il y avait beaucoup de bonnes choses dans ce roman même si je suis restée un peu sur ma faim.

Les gens refusent d’ouvrir les yeux et de voir la vérité parce qu’ils préfèrent rester dans l’illusion. Du moment qu’on les abreuve des mensonges qu’ils veulent entendre, ils sont contents.

Muse, de Jonathan Galassi

 

Paul est obsédé par la poète Ida Perkins. Mais si ce jeune éditeur travaille dans une maison indépendante renommée, elle est éditée par une maison concurrente. Il en faudra bien plus pour calmer ses ardeurs et l’empêcher de tenter de s’approcher malgré tout de celle qu’il admire.

MuseEncore un premier roman qui avait tout pour me plaire. Ayant fait des études d’édition, je suis friande d’histoires qui s’y rapportent. Malheureusement la magie n’a cette fois pas opéré. Si je lis un peu de littérature américaine, je suis loin d’être une spécialiste de la question et je connais avant tout les grands classiques, n’en ayant même pas lu tant que ça. J’ai été totalement paumé au milieu de ces constantes références à des auteurs que je ne connaissais pas. Je n’ai pas trouvé les personnages particulièrement attachants et je n’ai pas bien vu où le récit voulait en venir, ne semblant pas avoir d’autre but que la peinture du monde de l’édition new-yorkaise. La trame n’a pas assez de consistance pour donner envie de lire tous ces auteurs de moi inconnus et donne plutôt l’impression d’un catalogue mondain. Je m’y suis sentie aussi déplacée que dans un cocktail de remise de prix littéraire : sur le papier ça a l’air sympa mais ça s’avère mortel… Le style m’a guère plus convaincu, pas franchement mauvais mais guère enthousiasmant. Malgré mon envie de m’intéresser à ce roman, il m’a profondément ennuyée. Extrêmement frustrant !

A mesure qu’il apprenait les ficelles du métier, Paul s’apercevait qu’il perdait peu à peu une partie du respect admiratif qu’il vouait aux auteurs dont il était responsable.

La tentation d’être heureux, de Lorenzo Marone

 

Cesare Annunziata a 77 ans et il a l’impression d’avoir raté sa vie : il n’a pas réussi à aimer sa femme, et les relations avec sa fille Sveva et son fils Dante sont compliquées. Une scène de violence conjugale a lieu dans son immeuble et Cesare secourt la victime, la belle Emma, sa voisine.

La tentation d'être heureuxJe ne sais pas bien pourquoi j’ai demandé à recevoir ce livre. Ca reste pour moi un mystère étant donné que ni sa couverture, ni encore moins son titre ne me tentaient. Ca sentait le roman mièvre ponctué de conseils de développement personnel. Pas du tout ma tasse de thé. Heureusement, le résumé était déjà plus vendeur. Toujours est-il que je ne regrette pas cette étrange décision. J’ai immédiatement été séduite par cet univers. Un petit vieux cynique qui s’évertue à éviter les autres, ça avait tout pour me plaire ! Je m’imagine assez facilement avoir aussi mauvais esprit à son âge. Passé la découverte du personnage, j’ai eu un moment peur que ça tourne un peu en rond. L’arrivée de cette histoire de femme battue permet de relancer le récit, après un petit temps de flottement. Il y a quelques passages qui tombent un peu dans les bons sentiments mais dans l’ensemble c’est beaucoup bien mièvre que ce que le titre laissait craindre. C’est même plutôt drôle dans l’ensemble. Il y a quelques réflexions bien vues sur les relations familiales et la manières d’aborder la vie, même si ça ne verse jamais dans la leçon de morale. Je me suis vraiment prise au jeu et j’ai lu ce roman avec un réel plaisir. Souvent drôle, parfois triste, toujours optimiste et largement cynique, une lecture qui redonne le sourire.

On ne s’habitue à rien,on renonce à changer les choses. Ce n’est pas pareil.

Rentrée littéraire : sorties attendues

Par défaut

          La rentrée littéraire est de retour avec ses 560 romans dont une soixantaine de nouveaux écrivains (66 précisément) et sa course aux prix littéraires. Cette année, beaucoup d’auteurs que j’aime sont au rendez-vous. J’avais trouvé la rentrée dernière un peu tristounette, m’y intéressant très peu (vous pouvez toutefois la retrouver ici), mais j’avoue faire preuve cette fois d’une certaine excitation à l’idée de retrouver mes chouchous. La rentrée littéraire pour moi c’est un peu un an sur deux… Je suis loin d’avoir parcouru la liste de toutes les sorties mais voici ce que j’ai retenu des sorties des prochaines semaines.

Les auteurs que j’attends :

          Serge Joncour, un auteur que j’affectionne particulièrement pour son humour noir et qui publie avec une régularité de métronome au rythme d’un roman tous les deux ans. Les retours sont très positifs (j’ai la vague impression que toute la bloguosphère l’a reçu sauf moi, snif) et j’ai hâte de le lire. Andréï Makine, un de mes auteurs préférés depuis La musique d’une vie et La vie d’un homme inconnu. Même si son œuvre oscille entre des demies réussites et des romans bouleversants, on n’est jamais réellement déçu. Laurent Gaudé, j’ai lu peu de choses de lui mais j’ai chaque fois été très convaincue. Sa plume poétique sort du lot, je ne sais pas encore si j’aurai l’occasion de l’acheter mais il fait partie des sorties que j’attends. Jean-Claude Lalumière, j’avais adoré son premier roman, détesté le deuxième et moyennement le troisième, qu’en sera-t-il du dernier ? Sophie Daull, il y a un an, elle était la révélation de la rentrée littéraire avec un roman bouleversant sur la mort de sa fille. Elle revient avec un texte sur sa mère qui je l’espère aura la même force. Jim Fergus, l’auteur de La fille sauvage. Fervent défenseur de la culture amérindienne, il signe une œuvre de qualité et ses romans sont bien trop rares à mon goût, la parution d’un nouvel opus, la suite de l’excellent Mille femmes blanches est un petit événement littéraire. J’ai découvert Joyce Maynard, il y a deux ans et j’aime beaucoup ce qu’elle fait. Des polars psychologiques assez sombres et diablement efficaces, je suis impatiente de découvrir le dernier. Jim Harrison, un maître de la littérature des grands espaces américaine. Il est mort il y a quelques mois et ceci est un roman posthume. Je préfère les œuvres achevées mais je serais quand même curieuse d’y jeter un œil.

v2 sig

Les livres lus ou à lire :

          Déjà dans ma bibliothèque, des livres reçus en service de presse. J’en ai lus certains, d’autres pas encore. Pour la plupart, je n’en connaissais pas les auteurs. J’y ai déjà trouvé beaucoup de bonnes surprises dont je vous parlerai bientôt (d’ici la fin du mois, histoire qu’on ait un peu plus avancé dans les sorties).
Yaak Valley Montana, Voici venir les rêveurs, La légende, Vie prolongée d’Arthur Rimbaud, Un travail comme un autre, Une nuit Markovitch, M pour Mabel, Muse, The girls, La suture, L’indolente, La tentation d’être heureux, Ainsi fleurit le mal, Watership down, Vintage. Et qui sait, peut-être que d’autres viendront.

Mais aussi :

          Laurent Mauvignier, Philippe Forest, Véronique Ovaldé, Amélie Nothomb, Yasmina Khadra, Yasmina Reza, Jonathan Coe, Sophie Adriansen, Jean-Paul Dubois, Karine Tuil, Eric-Emmanuel Schmitt, Audur Ava Olafsdottir, Antonio Muñoz Molina, Jean-Michel Guenassia, Amos Oz, Tonino Benacquista, Eric Faye, Laurence Tardieu, Philippe Delerm, Chloé Delaume, Philippe Sollers, Marie Ndiaye, Fannie Flagg, Pascal Quignard, Salman Rushdie, Nathacha Appanah, Jean d’Ormesson, Catherine Cusset, Jean Teulé. Liste non-exhaustive, cela va sans dire.

         Et vous, vous avez fait vos repérages pour la rentrée ? Lesquels prévoyez-vous de lire pour bien finir l’été ?

Merci Patron !

Par défaut

Film documentaire français de et avec François Ruffin

Pour Jocelyne et Serge Klur, rien ne va plus : leur usine fabriquait des costumes Kenzo (Groupe LVMH), à Poix-du-Nord, près de Valenciennes, mais elle a été délocalisée en Pologne. Voilà le couple au chômage, criblé de dettes, risquant désormais de perdre sa maison. C’est alors que François Ruffin, fondateur du journal Fakir, frappe à leur porte. Il est confiant : il va les sauver.

Merci patron, affiche

          On en a beaucoup parlé, notamment suite à sa projection Place de la République pendant les premières veillées de Nuit Debout. Après quelques ratés côté organisation, ça y est, je l’ai enfin vu, ce documentaire qui a tant fait parler de lui. Si connaissais Fakir de nom – c’est le journal dont le réalisateur est le rédac chef, je ne l’avais jamais lu, ni même tenu entre les mains. Je me doutais bien que c’était très à gauche de la gauche (surtout actuelle) mais mes connaissances en la matière n’allaient pas plus loin. Quant au documentaire, tout ce que je savais c’est que « tout le monde l’aime sauf Bernard Arnaud ». Comment ne pas se laisser appâter par tel slogan ? Cela mis à part, j’avais lu peu de critiques sur le film, pour ne pas dire pas du tout. J’y allais donc un peu à l’aveugle tout de même.

Merci patron, image du film

          Eh bien autant vous dire que je n’ai pas du tout été déçue. Même si je n’en vois plus autant qu’avant par légère flemmardise intellectuelle, je suis assez férue de cinéma engagé. Toutefois, je lui trouve bien souvent un côté austère qui peut rebuter, d’autant plus lorsqu’on est face à un documentaire. Point de cela ici ! On s’amuse avant tout. Au dépends de Bernard Arnaud, ce qui n’est pas sans ajouter du piquant à l’affaire. J’ai beaucoup, beaucoup ri devant ce film. Je suis un pacifiste convaincue (ben oui, ça doit être mon côté peu naïf qui ressort) et il y a peu j’ai eu une discussion sur les moyens d’action pour changer la société, regrettant amèrement qu’on use de la violence plutôt que de chercher des moyens plus subtils. Je rêvais d’une armée de gentlemen-cambrioleurs. Et voilà que je découvre François Ruffin et son ingéniosité au service des plus démunis : j’ai trouvé mon héros !

Merci patron, image du film

          Je ne vais pas vous raconter tout le film parce qu’il y a quand même un petit suspens qui se crée autour de la résolution du conflit et ce serait dommage de vous le gâcher. J’ai en tout cas trouvé que François Ruffin mettait une énergie, une bonne humeur et un certain sens de la ruse au profit de ceux qui en ont besoin assez appréciable. J’aurais aimé avoir quelqu’un comme lui pour régler mes galères administratives ! C’est certes une goutte d’eau dans un océan d’emmerdes et de cas désespérés mais tout de même, ça fait du bien au moral. Il a un petit côté Robin des Bois qui me l’a rendu très sympathique. On sent également qu’il se délecte de la situation : être une épine dans le pied de Bernard Arnaud semble être pour lui une source de jouissance quasi-inépuisable. Le résultat m’a d’ailleurs assez bluffée et donne à réfléchir sur notre capacité à infléchir le système. Bref, vous l’aurez compris j’ai adoré ce documentaire plein d’humour et de second degré qui met en avant ceux qui en ont le plus besoin et redonne un peu d’espoir dans cette sombre période : espérons qu’il donnera des idées à certains. Un documentaire à voir absolument, un peu plus si vous êtes de gauche quand même…

Romans : sortis en mars

Par défaut

          Depuis janvier, je suis plongée jusqu’au yeux dans les sorties du moment. Il est bien rare que je lise autant de littérature contemporaine. Heureusement que je voulais me remettre aux classiques ! Voici quatre romans parus en mars. J’ai un peu (hum… hum… beaucoup ?) de retard dans mes lectures, les essais, biographies, témoignages et compagnie suivront donc dans un prochain article. Du bon, du moins bon, cette fournée est assez mitigé. Faites votre choix. Sur ce, je cours me plonger dans les sorties du mois d’avril.

          En 1917, Wilma a onze ans quand son père lui rapporte un cadeau : Le Merveilleux Voyage de Nils Holgersson à travers la Suède. Cette lecture va bouleverser à jamais la vie simple et rude de la jeune fille, qui se lance dans un combat héroïque pour la sauvegarde du plus grand oiseau migrateur d’Amérique du Nord.

Elles sont parties pour le NordJe trouvais le titre de ce roman très prometteur. J’espérais y retrouver un esprit d’aventure. Les premières pages m’ont plutôt séduite : une petite fille dans une cabane de trappeurs, c’était prometteur. J’ai un peu décroché ensuite, quand on suit ses rêveries, puis qu’on la voit grandir en ville. Décrite comme « animiste », elle apparaît comme très sensible, pourtant j’ai trouvé que le personnage aurait mérité d’être plus fouillé pour gagner en émotion, on reste un peu trop à la surface des choses. Toutefois, m’ont intérêt s’est accru quand Wilma commence à se lancer dans un combat pour la sauvegarde de la grue blanche. Assez sensibles aux questions d’écologie, c’est un type de sujet qui m’intéresse toujours. J’ai trouvé les différentes étapes de la mise en place d’un programme de protection très intéressante. En revanche, le côté un peu nunuche de ce personnage par ailleurs décrit comme très fort m’a beaucoup gênée. Une sensiblerie qui se retrouve également dans l’écriture qui a tendance à verser un peu trop dans le bon sentiment et la facilité. C’est dommage, l’histoire avait un fort potentiel qui n’est pas suffisamment développé. Ce récit aurait pu être très fort choisit un angle d’approche qui frôle un peu trop souvent la mièvrerie à mon goût. Si cette lecture est relativement agréable dans son ensemble, un texte qui manque de caractère.

J’avais onze ans lorsque j’ai rencontré pour la première fois la grue blanche d’Amérique, à son départ de Canada pour Aransas. Je me souviens de ce jour comme si c’était hier. Il y avait d’un côté la débâcle d’une rivière en furie et de l’autre le vol majestueux, hors du temps, irréel, de trois oiseaux en route pour une migration de trois mille cinq cents kilomètres.

          La Bibliothèque des Refusés est un établissement des plus singuliers : elle recueille plus encore, elle sauvegarde tout texte ayant essuyé refus sur refus de la part des éditeurs. Mais de nombreuses mésaventures vont venir perturber l’ordre tranquille de la Bibliothèque.

Au paradis des manuscrits refusésCette lecture aura été une torture sans nom. On a rarement l’occasion de lire quelque chose d’aussi mauvais. Etrangement, malgré une forte envie de laisser tomber ce roman dès les premières lignes, je suis pourtant aller au bout (tant bien que mal). Il faut dire qu’à défaut d’avoir le moindre intérêt, ce livre ne se lit pas trop mal. Le style est d’une rare pauvreté. Il y a quelques mots savants disséminés deci-delà mais ça ne suffit pas à masquer l’insignifiance de cette prose. L’histoire n’est pas en reste. Je trouvais l’idée d’une bibliothèque des manuscrits refusés assez prometteuse. Cette sorte de dépôt légal pour écrivains ratés me semblait offrir pas mal de possibilités. Sauf que d’histoire il n’y a pas vraiment. C’est mal construit, prévisible et insignifiant. Les maigres rebondissements ne sont absolument pas développés, leur ôtant toute consistance. Ce niveau de platitude est presque un exploit en soi. Je crois avoir déjà trouvé le plus mauvais livre de l’année.

Le manque d’accessibilité a toujours été l’une des qualités les plus reconnues de l’établissement.

          1967. Dans un bar de Los Angeles, Johnny Cash livre ses états d’âme à un inconnu. Le chanteur, pourtant au sommet de sa gloire, dit ne plus se reconnaître et rêver d’un endroit tranquille où il pourrait oublier « tout ce cirque ». Thomas, un jeune peintre underground, va s’engager à lui trouver.

Jukebox MotelJe ne savais pas trop quoi attendre de ce roman mais ça avait un lien avec Johnny Cash alors ça m’inspirait bien. Je n’en attendais pas grand chose mais j’ai été très agréablement surprise. J’ai beaucoup accroché avec le style qui possède une sorte de fraîcheur très agréable. Ca se laisse lire tout seul. L’histoire est assez sympa aussi. Un peintre qui ne croît pas vraiment à son talent, une histoire d’amour qui n’en est pas une (ou peut-être que si), des rencontres improbables et un lieu plein de musiciens. A la fois crédible et incroyable, et pourtant simple comme une histoire d’amitié. J’ai trouvé ça très réussi. On apprend à apprécier les personnages qui ont tous des caractères bien trempés et les stars qui traversent ce roman ne prennent jamais toute la place. Il y a une ambiance particulière dans ces pages qui ont un petit air de vacances. J’ai été très surprise d’apprendre qu’il s’agissait d’un premier roman : franchement prometteur. Une lecture qui possède une légèreté très agréable mais qui est loin d’être inconsistante pour autant. Un très bon moment.

Il faut croire que, même au bout de la vérité, on a besoin de garder quelque chose à avouer, qu’au bout de nos aveux, il reste un dépôt, une lie au fond de la bouteille. Cette vérité impossible à donner à l’autre, ce double fond, c’est encore un mensonge, le dernier, et on préfère l’appeler secret.

          Irlande du Nord, fin des années 80, en plein conflit entre catholiques et protestants à Ardoyne, quartier difficile de Belfast. Mickey, le narrateur, vit sa dernière journée à l’école primaire avant les vacances d’été.

Un bon garçonJe ne sais pas trop comment aborder cette lecture. Je suis toujours intéressée par les romans ou les films sur les troubles en Irlande, je partais donc avec un a priori positif. Pourtant j’ai eu beaucoup de mal avec le style. C’est bien écrit mais le fait de suivre cette histoire à travers les yeux d’un petit garçon m’a gênée. Ca ne me dérange pas toujours mais en l’occurrence ce petit garçon ne m’a pas particulièrement sympathique et m’a surtout mise très mal à l’aise. Difficile de dire pourquoi. Je ne suis simplement pas rentrée dans son monde je crois. Ses rêves, sa manière de raconter, rien ne m’a touchée, pourtant j’aurais sans doute pu me retrouver son rapport conflictuel aux autres mais rien à faire, aucune empathie ne s’est mise en place. Ca a forcément rendu ma lecture un peu compliquée, même si je me suis peu à peu habituée et que ça allait mieux sur la fin. L’histoire est touchante : celle d’un petit garçon à part sur fond de conflit religieux. Le fait que la narration soit faite par un enfant donne un point de vue intéressant. Si j’ai eu du mal avec le style du récit, je lui ai toutefois trouvé de nombreuses qualités. Un roman qui mérite qu’on s’y arrête.

Je regarde M’man pour qu’elle me soutienne, mais elle a les yeux fixés sur Mr Bown, qui se lève et va tripoter les stores tout en continuant à parler. J’entends ma respiration. Je ne comprends toujours pas ce qu’il raconte.