Archives de Tag: concert

Big junior au Silencio

Par défaut

          Je suis loin d’être une spécialiste côté musique, vous noterez d’ailleurs que je n’en parle à peu près jamais. Après une adolescence passée des écouteurs toujours rivés aux oreilles, avec le temps, ma curiosité s’est sérieusement émoussée et j’écoute toujours un peu les mêmes vieux trucs, essentiellement lors de mes déplacements en voiture ou en transports en commun. Peu de concerts et peu de nouveautés, je ne me sens donc pas très légitime pour en parler. Mais bon, voilà que j’ai eu l’occasion d’aller voir Big junior au Silencio et le Silencio, il y avait fort longtemps qu’on me le vendait comme un des endroits les plus fous de Paris. Ce club propose des concerts, des projections de films dans sa mini-salle de ciné et des cocktails hors de prix, le tout dans une cave gigantesque. J’avoue, je me suis laissée tenter.

Les membres du groupe Big Junior

          J’avais écouté un single de Big junior sur Deezer et pour tout vous dire je n’avais pas franchement accroché. Je trouvais le son intéressant mais la voix du chanteur ne passait pas du tout. Mais bon, l’attrait du lieu a été le plus fort, je leur ai donc donné une seconde chance. Et j’ai sacrément bien fait ! Ce concert était absolument génial. Le groupe mêle les genres avec un certain talent. Ils se définissent comme « la culture du paradoxe : hip hop et rock, douceur et énergie, nouveau mais pas amateur. Leur « Hip Wave » surfe sur des couleurs avec des allures multiples par ses rythmes et plonge l’auditeur dans un bain de fraicheur et d’incertitude. » Description assez fidèle de leur univers surprenant, à la fois rétro et déjanté.

Intérieur du Silencio, Paris

          Sur scène, leur énergie est communicative. J’ai bien aimé les sons vintage mêlés à des accents plus hip-hop avec un bon fond d’électro. Le mélange est très réussi et leur humour fait mouche. Il y avait un peu de monde à ce concert mais je trouve qu’ils auraient mérité un public plus dense et surchauffé mais l’ambiance était toutefois sympa. Contre toute attente, je n’ai en revanche pas trop apprécié les lieux. C’est sombre, avec une déco froide (dans les noirs et dorés), c’est bling-bling et assez surfait. De beaux matériaux pourtant mais le bar vide était désespérant. Les cocktails sont hors de prix mais pas particulièrement marquants. A peu près aucun intérêt. Verdict de la soirée ? Je suis allée au Silencio pour découvrir un club que tout le monde encense, sans attendre grand chose du groupe qui s’y produisait. J’ai été déçue par l’endroit, j’ai adoré le groupe – qui n’était pourtant a priori pas du tout mon genre – et son énergie communicative. N’hésitez pas à aller les découvrir sur scène.

Prague, jour 2

Par défaut

          Aujourd’hui à Prague, il pleuvait à seaux. J’ai donc eu un peu de mal à émerger de mon lit et à me motiver pour sortir. J’ai finalement mis le nez dehors avec l’intention de me diriger vers le château mais une fois dans la rue, le temps m’a tellement refroidie que je me suis arrêtée dans le premier café venu. Un double cappuccino (à 2,70€, juste histoire de dégoûter les parisiens) plus tard dans un bar enfumé, j’étais de nouveau d’attaque et décidais de me diriger vers le Klementinum, bâtiment qui semble superbe. Je me suis trompée d’adresse et suis rentrée dans le bâtiment juste en face d’une des entrées. Je me suis dit que le hasard ferait peut-être bien les choses et me suis lancée dans la visite.

 DSC_0153 DSC_0156 DSC_0176

          Au programme du Colloredo Mansfeld, deux expositions d’art contemporain dans un palais quelque peu désaffecté. Baroque, puis rococo, puis utilisé après la seconde guerre mondiale par l’académie des sciences et sensiblement détérioré. On retrouve aujourd’hui un lieu décrépi mais authentique (et en cours de rénovation) qui réserve une belle surprise avec sa somptueuse salle de bal. Côté accrochages, l’art conceptuel d’Oldřich Tichý – qui, s’il remplit les salles vides, ne m’a guère inspirée – et, dans un bel espace d’exposition bien aménagé, Adam Vačkář avec quelques très belles toiles dont une ou deux que j’aurais bien embarquées.

 DSC_0161 DSC_0173 DSC_0165

          J’ai ensuite longuement erré dans les rues pluvieuses – et pleines de touristes, fait un peu de shopping (hop, de nouvelles chaussures) et me suis finalement installée dans une taverne pour manger, reposer mes pauvres pieds et me réchauffer. En sortant, je me suis aperçu que j’étais pile en face de l’entrée du musée juif. Hop, ma visite de l’après-midi était décidée. Les photos y sont interdites, sauf dans le cimetière, les images sont donc celles du site du musée juif. De suite en entrant, immense moment d’émotion face aux milliers de noms qui couvrent les murs. Ce sont ceux des juifs tchèques déportés sous le nazisme et qui ne sont jamais revenus. Ils sont près de 80 000. Je crois bien n’avoir jamais été bouleversée à ce point par un lieu, j’ai été dans un état second durant tout le reste de la visite. A l’étage, ce sont des dessins d’enfants déportés qui sont exposés.

07_spanelka 09_pinkasova_napisy DSC_0217

          Dehors, on pénètre dans le cimetière juif où s’amoncellent des milliers de tombes. 12 000 pierres tombales se chevauchent, chaque tombe contenant plusieurs corps, dans une si petite surface les chiffres donnent le tournis. Etrangement, ce lieu est plutôt paisible et plein de charme même si la pluie le rend forcément un peu lugubre. La synagogue Klausen m’a moins marquée et je ne me suis guère attardée à la salle des cérémonies, bien qu’elle soit assez mignonne et intéressante. En revanche, nouveau choc à la synagogue espagnole, d’une beauté à couper le souffle. Sur les photos, je voyais quelque chose de très lumineux. En réalité, elle est extrêmement sombre et ornée de toute part dans des bordeaux, vert et noir rehaussés de dorures. Splendide. Des lieux de mémoire à visiter absolument si vous passez à Prague.

DSC_0264 municipal-house (1) DSC_0266

          Après ça, je suis allée réserver des places de spectacle pour un ballet et un concert. J’ai ensuite mangé une délicieuse forêt noire au café de la Maison Municipale. J’ai été un peu déçue par la salle, pourtant réputée pour sa déco Art Nouveau mais que j’ai trouvée trop grande et trop vide (elle est en revanche assaillie après les concerts). Le soir donc, ce fut Vivaldi – à la Maison Municipale toujours. Avant le concert, j’ai bu un cocktail à l’American bar, au sous-sol. C’est beau, et c’est bon ! Les photos de la salle et du bar ne sont pas de moi, j’avais oublié de remettre la carte SD dans mon appareil… La salle de spectacle est belle mais vue d’en bas, bien que superbement décorée, elle fait un peu hall de gare (c’est le sol plat qui me perturbe), d’autant plus qu’elle était quasi-vide, les pragois préférant visiblement venir plus tôt. D’ailleurs, quand on dit qu’ils s’habillent pour sortir, c’est smoking et robes de soirées. Le concert était court mais de qualité et je suis rentrée dans le brouillard, m’achetant au passage un Trdelnik, sorte de brioche feuilletée cuite à la broche, absolument délicieuse ! J’ai repéré quelques bars au passage, au cas où. La suite demain…

016_interier

Les nuits de l’Alligator

Par défaut

           Ceux qui me suivent le savent sans doute, bien que vivant à Paris où l’offre ne manque pas, j’assiste à très peu de concerts. C’est sans doute un tort, mais je suis un peu noyée sous l’offre, les prix sont parfois prohibitifs, je n’arrive pas toujours à me faire accompagner, autant de raisons de me tourner vers des formes de culture qui me sont plus familières. J’essaie pourtant de profiter d’être dans la capitale pour faire un effort de temps en temps. Ainsi, j’ai participé il y a peu à un concours organisé par les Inrocks et contre toute attente, j’ai eu l’immense chance de gagner deux places pour les Nuits de l’Alligator à la Maroquinerie.

5066_event

          Au programme des festivités, Sarah McCoy (c’est en espérant voir cette drôle de femme à la voix belle et puissante que j’avais participé) et Bror Gunna Jansson. The Strusts étaient également au programme mais n’étant pas restée jusqu’à la fin, je ne vous en parlerai pas. J’attendais avec impatience Sarah McCoy, chanteuse hors normes, et j’ai un peu regretté qu’elle partage la scène ce soir-là avec des gens dont je n’avais jamais entendu parler. Et puis Bror Gunna Jansson est arrivé. Seul sur scène avec une batterie et une guitare. Véritable homme orchestre à lui tout seul, il a une voix un rien éraillée qui ne laisse pas indifférent. Une performance que je ne suis pas prête d’oublier ! Le suédois propose un univers folk assez sombre et d’une rare beauté. J’ai été totalement subjuguée par son talent. J’aurais bien acheté son CD à la sortie (d’autant qu’il le vendait lui-même, certains vont encore dire que je ne suis décidément jamais sur les bons coups…) mais je n’avais malheureusement pas de monnaie sur moi. Maintenant que je sais qu’il n’est pas sur Deezer et que ces disques sont parus respectivement à 100 et 50 exemplaires, je m’en mords les doigts !

          Sarah McCoy a encore fait monter le niveau d’un cran si cela est possible. La chanteuse originaire de la Nouvelle-Orléans a une voix à couper le souffle. Bien que connaissant un peu son univers, je me suis laissée surprendre par les premières notes et j’ai vu ceux qui n’étaient pas préparés retenir leur souffle quelques instants face à la puissance de sa voix. La jeune femme est de plus une bête de scène : elle sait accaparer son auditoire comme personne ! Le temps passe à toute vitesse en sa compagnie et on a envie d’en redemander encore et encore tant elle est fascinante. Une prestation de haute volée qui laisse muet d’admiration ! Nous sommes partis ensuite, d’une part parce que la faim nous tenaillait, d’autre part parce que nous ne voyions pas comment le groupe suivant aurait pu avoir ne serait-ce que la moitié du talent de ces deux-là. Merci aux Inrocks de m’avoir permis d’assister à ce concert aussi rare qu’exceptionnel. 

Roger Hogdson à l’Olympia

Par défaut

          Roger Hogdson, une légende vivante du rock anglais. Jamais entendu parler ? Et si je vous dit « Supertramp » ? Les années 70, une musique légère et enlevé, une voix unique : celle de Roger Hodgson. 25 après avoir quitté le groupe, il chante toujours les tubes de sa jeunesse, et quelques uns plus récents. Présentations.

roger-hodgson-discobus4

          Quand j’ai vu que l’ancien chanteur de Supertramp passait à Paris, je me suis jetée sur les places tout à fait hors de prix. Après de longs mois d’attente, le grand jour est enfin arrivé. Le concert avait lieu à l’Olympia, salle tout aussi mythique que le chanteur qui s’y produisait, et où je n’avais jamais mis les pieds. Je dois admettre que le lieu est démesuré et assez impressionnant, surtout quand on pense à tous les grands noms qui ont foulé cette scène. En parlant de scène j’ai été un peu surprise du côté très kitch de ce qui se trouvait dessus : tapis, plantes, synthés et le nom de l’artiste écrit en gros dans une police franchement moche. On aurait dit un groupe qui s’apprêtait à chanter pour un mariage.


          Ce côté un peu démodé s’oublie dès que Roger Hugdson rentre sur scène. Cet homme a une prestance incroyable ! Et cette voix ! Certes, il n’a pas un coffre d’enfer, on ne peut pas parler vraiment de voix exceptionnelle, simplement il a un timbre clair et extrêmement agréable qui fait de chaque chanson un vrai régal. Certaines de ses chansons, dont une en particulier, m’ont fait frissonner tant elles étaient émouvantes. Je crois bien que jamais une voix de chanteur de variété ne m’avait à ce point donné la chair de poule. Mais le vrai point fort de ce chanteur, c’est son amour de la scène, du public, de son métier. On sent qu’après 45 ans sur les planches, il y prend toujours autant de plaisir. Il chante ses vieux tubes des étoiles plein les yeux et le sourire jusqu’aux oreilles. Loin d’être blasé, il semble tout étonné et heureux de voir le public hystérique en écoutant ses succès. On dirait qu’il prend plus de plaisir encore que s’il chantait pour la première fois. Ses musiciens paraissent s’amuser tout autant.

RogerHodgson

          Roger Hodgson est particulièrement sympathique : il fait l’effort de parler dans un français hésitant, raconte des anecdotes entre ses chansons, fait de l’humour à la moindre occasion, on le sent heureux d’être là, ce qui ne fait que décupler notre propre plaisir. Cet homme a un charme incroyable et une énergie folle ! Il arrive à nous donner l’impression qu’il vit avec nous un moment unique. On l’écoute avec bonheur chanter ses tubes à tue tête, ou nous faire découvrir des compositions plus intimistes. Son programme est très bien construit et alterne intelligemment différents styles. Il nous embarque dans son univers décalé, à la fois léger et poétique. Deux heures de pur bonheur.

Killing Bono, de Nick HAMM

Par défaut

           Comédie britannique de Nick Hamm avec Ben Barnes, Robert Sheehan, Pete Postlethwaite.

          Neil a l’étoffe d’une rock star, il le sait. Il ne doute pas de rencontrer le succès avec Shook Up, le groupe qu’il a monté avec son frère, Ivan. Ce n’est qu’une question de temps. D’ailleurs, quand Paul, leur copain de lycée, veut prendre Ivan dans le groupe qu’il a lui-même créé, Neil n’hésite pas à refuser pour lui, certain de leur voler la vedette. Qui pourrait bien prendre au sérieux un groupe nommé U2 et dont le chanteur se fait appeler Bono ?

          Au cas où quelqu’un ici aurait raté l’intégralité des 30 dernières années, U2 est un groupe de rock irlandais, formé à la fin des années 70 par des lycéens absolument pas musiciens – selon la coutume de l’époque – et qui a dès le début des années 80 connu un succès planétaire. Depuis 30 ans, ils vendent des millions d’albums (170 000 en 2009) et réunissent des milliers de fans hystériques à chacune de leurs sorties. Leur chanteur, Bono, est connu (outre ses lunettes) pour son engagement politique et humanitaire. Le groupe est considéré (par le magazine Rolling Stone, véritable parole d’évangile en la matière) comme l’un des plus marquants de tous les temps. Oui oui, rien que ça.

          Juste pour le plaisir, une vidéo d’un de leurs premier gros tubes, Sunday Bloody Sunday, version d’époque (parce que les coiffures des années 80 sont irremplaçables…). Comme vous pourrez le constater, 7 ans après la naissance du groupe, U2 connaît alors un succès retentissant.

         Ce film me tentait énormément, en partie en raison de son sujet, assez loufoque, en partie pour la présence de l’excellent Robert Sheehan découvert dans la non moins génialissime série Misfits. Et puis j’avais encore en tête le fabuleux Good Morning England, film jouissif sur le rock anglais à la fin des années 60. Très vite, les critiques m’ont fait déchanter. Je n’en ai entendu dire que du mal, que ce soit dans la presse ou par des amis : plat, surjoué, manque d’énergie, et dans le meilleur des cas, « bof ». Après une hésitation, j’ai quand même pris mon courage à deux mains et suis allée évaluer l’ampleur des dégâts.

          Je partais donc un peu inquiète. Finalement j’ai plutôt aimé ce film. Après tant de remarques négatives, je m’attendais à un véritable désastre. Certes il y a des faiblesses dans la construction, la musique aurait pu être plus présente, ça manque un brin d’entrain – sauf du côté des acteurs où il y en a trop. Pour résumer, la maturité lui fait quelque peu défaut. Cependant, l’histoire est en or, trop belle pour être vraie ; sauf que justement elle l’est. Un tel personnage de looser, qui pendant 10 ans a raté chaque occasion de connaître son heure de gloire, qui a su à ce point être de tous les mauvais coups et louper tous les coches, ça me laisse admirative. Il y a ceux qui ont du nez, et ceux qui n’en ont pas, ceux à qui la chance sourit et les autres…

          Un personnage comique malgré lui donc, comme je les aime. Un peu de musique en fond sonore quand même. Une histoire de galères pleine de rebondissements. Des acteurs pas parfaits mais enthousiastes. Le tout donne un film assez frais et agréable à regarder. Pas le meilleur du genre, mais on passe un bon moment tout de même.