Archives de Tag: occitan

Culture occitane : Eric Fraj

Par défaut

          Après quelques présentations avec les grands moments qui ont marqué la culture occitane et les grands noms qui ont fait sa littérature, changement total de registre avec un artiste contemporain qui chante en occitan bien sûr, mais aussi en catalan et en espagnol. 

EricSorano-2670_depuisWeb

          On ne le sait pas forcément quand on ne fréquente pas ce milieu là mais la culture occitane vit encore, notamment à travers sa musique. De nombreux groupes souvent méconnus chantent encore en langue d’oc. Certains rencontrent un joli succès, auprès d’un public de tous âges et parviennent à vivre de leur musique. En effet, beaucoup de jeunes souhaitent revenir vers leurs racines et sont souvent les plus fervents défenseurs de cette culture vivante. Eric Fraj fait partie de ces chanteurs qui contribuent à faire vivre la langue et la culture à travers la musique. Si sa musique peut plutôt être qualifiée de « traditionnelle », son répertoire est varié et il met souvent en musique des texte célèbres comme ceux des troubadours, de Joan Bodon ou d’un auteur contemporain, Claude Marti.

          Si je ne m’abuse, Eric Fraj est habituellement accompagné de trois musiciens : un pianiste, un batteur et un saxophoniste qui joue  l’occasion d’autres instruments à vent. Lui-même joue de la guitare ce qui permet d’avoir accès à un assez large panel de la chanson. Son répertoire s’inspire des deux rive de la méditerranée et sent bon le soleil. On y trouve aussi bien des inspirations espagnoles, occitanes, catalanes ou arabes. Un mélange des cultures que j’aime bien. S’il y a bien sûr des choses que j’aime moins que d’autres dans ce que fait Eric Fraj, j’aime beaucoup la variété de son répertoire et l’énergie de certaines de ses musiques. J’aime aussi énormément la poésie de certains de des textes en occitans qu’il a mis en musique et que je ne me lasse pas d’écouter ! L’un des chanteurs occitans que j’écoute avec le plus de plaisir grâce à la beauté des textes qu’il choisit et la diversité de ses mélodies.

Culture occitane : Max Rouquette

Par défaut

          Max Rouquette est un auteur de langue occitane né près de Montpellier en 1908 et mort en 2005. Fervent défenseur de la langue d’oc, il l’a choisie pour ses écrits aussi nombreux que variés : poésie, théâtre, prose… Une œuvre reconnue en France et au-delà grâce à des traductions dans plusieurs langues.

          C’est avec une semaine de retard que j’écris l’article du mois sur la culture occitane, une panne de d’ordinateur mettant à mal la publication de mes articles. Ce mois-ci donc, je vous parle d’un autre monument de la littérature occitane : Max Rouquette. Né dans la région de Montpellier, l’occitan est sa langue natale.Il fait des études de médecine mais trouve le temps de se consacrer à la défense de son patrimoine, notamment à travers un journal militant, « Occitania » et le participation active à la fondation puis au fonctionnement de l’Institut d’études occitanes. Son œuvre commencera à sortir de l’ombre seulement après les années 80, avec les premières traductions en français, puis dans de nombreuses autres langues.

          Parfois surnommé « le Gracq occitan », Max Rouquette a joué un rôle majeur dans la défense de la culture et de la langue occitane, qu’il choisit pour tout naturellement pour ses écrits. Vert Paradis, un recueil de courts textes qui ont pour cadre l’arrière-pays montpelliérain, est considéré comme son chef-d’œuvre. Pourtant, c’est sans doute sa Médée qui est aujourd’hui la plus célèbre, grâce à la mise en scène qu’en a fait Jean-Louis Martinelli en 2003, interprétée par des comédiens burkinabés. Elle a rencontré un grand succès à travers toute la France et remis l’œuvre de son auteur en lumière. Il s’est éteint en 2005 à l’âge de 96 ans, laissant une œuvre largement méconnue.

Culture occitane : Péire Godolin

Par défaut

          Après Frédéric Mistral, on continue avec la littérature occitane, en retournant en arrière dans le temps. Pèire Godolin (à la française, Pierre Goudouli) est un poète baroque toulousain né en 1580 et mort en 1649. Il écrivait en occitan et une statue à son effigie trône Place Wilson. Présentations avec ce grand nom de la culture occitane.

Pierre_Godolin

          Fils d’un barbier, Péire Godolin est devenu avocat après avoir étudié chez les jésuites. Mais il s’intéresse également à la poésie et s’affirme au début du XVII° siècle comme un poète inventif, utilisant différents registres de la langue. Il participe plusieurs fois aux jeux floraux et abandonne rapidement le français au profit de l’occitan. Choix surprenant dans une société où cette langue est dépréciée. Il devient célèbre en 1610 suite à l’écriture d’un poème en hommage à Henri IV, admiré pour la subtilité de son langage et la force de ses idées. Il est alors repéré par des personnages influents, ce qui lui permettra de concevoir des spectacles populaires pour le carnaval de Toulouse et de publier des pièces diverses. Il évolue durant de nombreuses années dans la haute société toulousaine avant de sombrer dans la misère en 1640 quelques années après la mort de son protecteur et mécène, Montmorency. Il se voit dans l’obligation de faire l’aumône et une pension lui est versée par les Capitouls, lui permettant de continuer à vivre de son art.

          Péire Godolin publie en langue d’oc, et plus précisément en languedocien, le dialecte utilisé à Toulouse. Il a toujours refusé de quitter sa ville natale pour faire carrière à Paris. Poète baroque reconnu au XVII° siècle, ses textes ont été régulièrement réédités et il a inspiré de grands noms comme Molière ou Cyrano de Bergerac. Toutefois, son oeuvre est peu à peu tombée dans l’oubli, à la fois en raison de la perte de goût pour le baroque et de la barrière de langue. Il a toutefois été remis à l’honneur par Frédéric Mistral et le félibrige. De statues à son effigie trônent à Toulouse salle des illustres au Capitole mais aussi sur la place Wilson, dans le square qui porte son nom. Un poète oublié qui mérite qu’on découvre ou redécouvre son oeuvre.

290px-PierreGodolin-Toulouse

Bèlas de qui le Cèl manlèva le visage – Belles dont le ciel emprunte le visage
Quand vòl brodar de lums son grand abilhament, – Quand il veut broder de lumière son grand habit,
E dont la galhardiá fòrça tan doçament – Et dont la galanterie force si doucement
Que tot còr va bocar jos l’arquet d’un mainatge ; – Que de tout coeur se soumet sous l’archet d’un enfant ;

Guinholet e Lirís, perleta del vilatge – Guinholet et Liris, petite perle du village
Vos desiran far part de lor contentament, – Veulent vous faire part de leur contentement,
Quand pifres e clarins, d’ungai resonament, – Quand fifres et hautbois résonnent ensemble,
Cercan de gratilhons les pès e le coratge ; – Ils cherchent à chatouiller les pieds et le courage ;

Sense nos mespresar per n’èstre que Pastors – Sans nous mépriser de n’être que des bergers
Venètz tastar le gaug de vòstres servitors, – Venez goûter le bonheur de vos serviteurs,
E guimbar bravament sur l’erbeta florida. – Et sauter allègrement sur l’herbe fleurie.

Un Decembre d’afars non nos tòrra jamai, – Un décembre d’affaires ne nous gèle jamais,
A l’An de nòstra umor non se tròba que Mai – A l’An de notre humeur il n’y a pas que Mai
Que de mila plasers nos corona la vida. – Que mille plaisirs couronnent notre vie.

_______________

Nous sommes quittes avec ceux qui se moquent de la langue de Toulouse, autant pour ne pas être capables d’approfondir la connaissance de ses grâces, que pour nous faire croire qu’ils ont trouvé la fève dans le gâteau de leur suffisance. Mépris contre mépris : et de toutes leurs paroles gonflées et moqueuses, faisons autant de meubles de bulle : RIEN. Vraiment oui, car la Rose muscade continue de charmer notre nez et nos yeux, bien que le Frelon dans ses plongeons amoureux cache son aiguillon dans la fleur. Enfant de Toulouse il me plaît de maintenir son beau langage capable d’exprimer n’importe quel concept ; et à cause de cela bien digne de se redresser sous un panache de prix et d’estime.

Culture occitane : Frédéric Mistral et le Félibrige

Par défaut

          Depuis le temps des troubadours, bien d’autres hommes de lettres ont marqué la culture occitane. Parmi eux, l’un des plus célèbres demeure Frédéric Mistral. Rien moins que l’un des premiers Prix Nobel de littérature ! Un homme qui à la fin du XIX° siècle, s’est donné pour mission de redonner à sa langue ses lettres de noblesse. Un pari pour le moins réussi !

220px-Portrait_frederic_mistral

          Frédéric Mistral est né le 8 septembre 1830 à Maillane, en Provence, il est le fils de petits propriétaires terriens. Il mourra dans la même village le 25 mars 1914. Il va d’abord à l’école à Maillane avant d’être envoyé dans pensionnat près de Tarascon puis à Avignon. Il passe son baccalauréat à Nîmes et entame des études de droit à Aix-en-Provence. Il apprend pendant ses études l’histoire de sa région et après sa licence, il rentre dans son village natal avec la ferme intention de « provoquer une résurrection par la restauration de la langue maternelle et historique de mon pays ». C’est alors qu’est née l’idée du Félibrige.

mistral_felibrige

          Il le fonde en 1854 avec Joseph Roumanille et cinq autre poètes provençaux (Théodore Aubanel, Jean Brunet, Paul Giéra, Anselme Mathieu et Alphonse Tavan) afin de promouvoir la langue provençale. Ensemble, ils souhaitent promouvoir la langue provençale et en codifient l’orthographe, en se basant sur le graphie française. Ainsi, aujourd’hui encore, on écrit souvent le provençal selon la graphie instaurée par le Félibrige alors que les autres dialectes utilisent une graphie dite « normalisée » basée sur celle qu’employait les troubadours. Si au début le nombre de félibre était restreint, il s’est rapidement accru. Il a accueilli à la fin du XIX° siècle les poètes catalans chargés d’Espagne et aujourd’hui encore, défend la langue provençale ainsi que les autres dialectes occitans et de manière plus générale, les minorités linguistiques.

mireille

          Mais Frédéric Mistral est également un homme de lettres. Son chef-d’oeuvre est Mirèio. Un poème en vers monumental qui raconte les amours contrariés de Vincent et Mireille, deux jeunes provençaux de conditions sociales différentes. Il a consacré huit années à cette rédaction homérique et le livre paraît en 1859. Une ode épique à sa langue et  sa région qu’il dédie à Alphonse de Lamartine. Celui-ci lui répondra « Un grand poète épique est né ». L’auteur a traduit lui-même son oeuvre en français (malheureusement, la traduction est bien pâle face à la beauté de l’original !) et elle a également été traduite en une quinzaine d’autres langues. En 1863, le texte est adapté à la scène pour un opéra. En 1904, c’est la consécration, Frédéric Mistral reçoit le Prix Nobel de littérature conjointement à José Echegaray, atteignant ainsi son objectif de rendre leur prestige à sa langue et sa culture. 

Culture occitane : Les troubadours

Par défaut

          Les troubadours sont des artistes du Moyen Age, auteurs de poèmes destinés à être chantés, parfois accompagnés dans les cours seigneuriales de danse ou de jongle. Il arrive que parfois le troubadour interprète lui-même ses oeuvres, mais elles peuvent également être chantées par des ménestrels ou des jongleurs quand lui-même se consacre uniquement à l’écriture. Les premiers textes apparaissent vers l’an Mil, lorsque la littérature occitane commence à se détacher de la langue latine. Toutefois, il reste peu de traces des textes des X° et XI° s. et l’âge d’or des troubadours se situe aux XII° et XIII° s. Le mouvement est né dans le sud de la France, en pays d’Oc, avant d’être repris dans le Nord par les trouvères.

Troubadours_berlin

          Au Moyen Age, la France était divisée en deux ensembles linguistiques majeurs : le pays d’oïl au nord et le pays d’oc au sud. A noter que le Basque, le Breton, ou encore le Catalan en sont exclus, étant des langues à part entière. Les dialectes du pays d’oïl sont regroupés sous le terme « d’ancien français » et sont à l’origine du français moderne. Quant au pays d’oc, on y parle l’occitan, dont je vous présentais les différents dialectes ici-même le mois dernier. Avant l’invention de l’imprimerie, la transmission est essentiellement orale ; toutefois, il existe des manuscrits, établis par des copistes, qui témoignent de la littérature de l’époque. Le Moyen Age a en effet été une période particulièrement riche pour la création littéraire avec les célèbres textes chantés des troubadours, dont la production est très importante, tant par leur quantité que par leur qualité. La musique qui accompagnait les textes était très importante et souvent inspirée du folklore et des chants grégoriens.

1006540-Arnaut_Daniel

          On l’ignore bien souvent mais les troubadours, dont on vante les louanges dans les manuels scolaires, écrivaient en langue d’oc et sont à l’origine du premier mouvement littéraire en langue romane. Eh oui, rien que ça ! La langue d’oïl était quant à elle utilisée par les trouvères. Toutefois, les premiers étaient les plus renommés. Ils ont été les précurseurs de ce mouvement majeur et les seigneurs pour lesquels ils composaient étaient alors bien plus fortunés que leurs confrères du Nord, ce qui a permis à leur art de se développer dans un climat favorable. Si la poésie médiévale a connu son essor dans le Sud de la France, c’est aussi pour des raisons économiques. On le sait bien, la culture se propage toujours plus aisément dans des terres prospères !

troubadours_1300655502

          Le mot « troubadour » vient du verbe trobar (prononcer « trouba ») : trouver. Il est donc littéralement celui qui trouve. Il existe trois types d’écriture chez les troubadours : le trobar lèu (vite), style simple qui se comprend aisément ; le trobar clus (hermétique), texte plus fermé qui joue sur l’ambiguïté ; et le trobar ric (riche), dérivé du précédent, sa beauté réside dans la difficulté vaincue. Je ne sais si la comparaison est justifiée mais cette dernière définition m’a toujours directement évoqué la poésie symboliste et particulièrement Mallarmé. Il y a également plusieurs types de chansons : la canso est la plus courante avec une forme fixe de six couplets presque toujours consacrée à l’amour et qui représente plus de la moitié de la production, la serena s’attache au chevalier amoureux (une sérénade donc), le planh est le chant de deuil, l’aube parle des amants devant se séparer à l’aube, les siventès sont politiques, la ballade est une chanson sur laquelle danser, la pastourelle vante l’amour d’une bergère, la tenso est créée à plusieurs et parle généralement d’amour et les chansons de croisades racontent les aventures des croisés.

conc_troubadours

          Ce qui est particulièrement intéressant, c’est qu’on trouve des troubadours dans toutes les classes de la société : seigneurs, chevaliers, bourgeois, membres du clergé mais aussi des personnes d’origines plus humbles ou même des femmes. 400 troubadours sont arrivés jusqu’à nous et environ 2500 textes. Parmi eux Bernard de Ventadour, Guillaume IX Comte de Poitiers ou Jaufré Rudel qui a écrit une célèbre chanson sur l’amor de luenh (amour de loin) qui reste emblématique de cette époque ; la femme, jamais vue, y est aimée à distance et idéalisée. Le Moyen Age connaît dans l’art un véritable culte de la femme à qui on laisse une place importante. La plupart des chansons font l’apologie de l’amour, c’est l’élément majeur de l’oeuvre des troubadours et un aspect d’une grande modernité. L’attraction charnelle y est sublimée mais n’en demeure pas moins présente, dans une vision très proche de la conception actuelle du sentiment amoureux. Toutefois, il y a différentes visions de l’amour chez les troubadours : dans l’amour chevaleresque, la Dame se mérite et l’amant doit montrer sa bravoure, pouvant aller jusqu’à mourir pour elle, une relation où la fidélité et la loyauté sont essentielle et dont les relations charnelles sont l’aboutissement ; l’amour courtois est quant à lui adultère et la Dame est d’un rang social plus élevé que son soupirant, il est basé sur l’humilité et dans cet amour impossible, l’amant se contente d’une relation platonique, parfois proche du mystique.

troubadours

          Au cours du XII° s., apogée des troubadours classiques, la doctrine de l’amour s’est affinée et l’amour chevaleresque a connu un recul par rapport à l’amour courtois. Avec le temps, cet aspect vertueux et pur a été exagéré, notamment après la répression cathare. Cette répression violente a aussi donné naissance à de nombreux sirventès, textes engagés qui dénoncent alors la domination étrangère et l’hypocrisie morale. En 1277, une interdiction frappe le chant de l’amour adultère. C’est la base même de l’écriture des troubadours qui est frappée. A partir de ce moment, ils chanteront essentiellement la Vierge et la nature. Leur art décline aux XIV° et XV° s., en raison de l’interdiction frappant leur thème de prédilection mais aussi parce que les croisades mettent à mal la stabilité sociale favorable à la création. En 1323, le « Constistori del Gai Saber » (le consistoire du gai savoir) est créé à Toulouse et fait paraître en 1356 des Lois d’amour qui codifient la langue et imposent une éthique rigoriste qui vient entraver l’élan créatif des troubadours, déjà mis à mal. Cette ultime attaque sonnera le glas de leur création.

troubad1

          L’influence des troubadours aura été très importante, en France mais aussi dans toute l’Europe. Les trouvères s’inspirent rapidement de ce mouvement littéraire mais on trouve également le même type de création dans les pays germaniques avec les « Minnesänger ». Plus de deux siècles d’une création riche et fournie qui a rayonné dans l’Europe entière et a durablement marqué la poésie occidentale mais aussi les mentalités, par cette vision très moderne des relations amoureuses et un grand respect de la femme. Leur influence était telle que Dante, pour écrire sa Divine comédie, a un temps pensé à utiliser l’occitan (si si !!!). Cette période qui a influencé toute la littérature européenne mais également notre vision du monde et de l’amour dans les sociétés occidentales, est aujourd’hui encore considérée comme un âge d’or de la poésie.

mortjaufrerudel

Laquan li jorn son lonc en mai
M’es belhs dous chans d’auzelhs de lonh
E quan mi sui partitz de lai
Remembra’m d’un amor de lonh :
Vau de talan embroncx e clis
Si que chans ni flors
d’albespis
No’m platz plus que l’ivems gelatz

Be tenc lo Senhor per verai
Per qu’ieu veirai l’amor de lonh ;
Mas per un ben que m’en eschai
N’ai dos mals, car tant m’es de lonh.
Ai ! car me fos fai lai pelegris,
Si que mos fustz e mos tapis
Fos pels sieus belhs uelhs remiratz !

Be’m parra jois quan li querrai,
Per amor Dieu, l’amor de lonh :
E, s’a lieis platz, alberguarai
Pres de lieis, si be’m sui de lonh :
Adoncs parra’l parlamens fis
Quan drutz lonhdas er tan vezis
Qu’a bels digz jausira solatz.

Iratz e gauzens m’en partrai,
S’ieu ja la vei, l’amor de lonh.
Mas non sai quora la veirai
Car trop son nostras terras lonh :
Assatz i a pas e camis,
E per aisso no’n sui devis !
Mas tot sia com a Diu platz !

Lorsque les jours sont longs en mai
J’aime le doux chant des oiseaux lointains
Et quand de là je suis parti
Il me souvient d’un amour lointain.
Je vais triste et las de désir
Si bien que ni les chants ni les fleurs d’aubépine
Ne me plaisent plus que le gel de l’hiver

Je tiens pour véridique le Seigneur
Grâce à qui je verrai l’amour lointain :
Mais pour un bien qui m’en échoit
J’en ai eu deux maux, car elle est si loin
Hélas, que ne suis-je pèlerin là-bas,
Pour que mon bâton et ma cape
Soient contemplés par ses beaux yeux !

La joie m’arrivera quand je le prierai
Pour l’amour de Dieu, l’amour lointain
Et s’il lui plaît, je demeurerai
Auprès d’elle, moi qui suis de si loin !
Alors viendra le doux entretien
Quand l’ami lointain sera si proche
Et qu’ il jouira comblé de belles paroles.

Triste et joyeux, je partirai
Si jamais je la vois, l’amour lointain
Mais je ne sais quand je la verrai
Car nos pays sont si éloignés
Il y a tant de passages et tant de chemins,
Et pour cela, je ne suis pas devin,
Mais que soit faite la volonté de Dieu !

Jaufré Rudel