Archives de Tag: prix Interallié

Prix littéraires 2016 : les lauréats

Par défaut

          Cette année, je ne vous ai pas tenu informés sur le blog des différentes sélections pour les prix littéraires parce que l’air de rien il y en a beaucoup et ça prend un temps fou. Mais à défaut de vous donner toutes les étapes, voici au moins les résultats. Comme vous allez le voir, j’ai lu beaucoup de romans cette rentrée mais peu de lauréats. Si vous voulez en savoir plus sur ces romans, cliquez sur le titre pour le résumé Babelio.

  • Prix Nobel

Commençons par le seul grand prix international dont je vais vous parler. La récompense suprême qui récompense cette année… Bob Dylan ! Autant vous dire que la nouvelle a sacrément fait parler d’elle.

  • Prix Goncourt

– Chanson douce de Leïla Slimani – Gallimard

  • Prix Femina Les vies de papier, couverture

– Le Garçon de Marcus Malte – Zulma
– Etranger : Les vies de papier de Rabih Alameddine (mon avis pas très enthousiaste ici) – Les Escales
– Essai : Charlotte Delbo, la vie retrouvée de Ghislaine Dunant – Grasset

  • Grand prix du roman de l’académie française

Le dernier des nôtres d’Adélaïde de Clermont-Tonnerre – Grasset

  • Prix Renaudot

Babylone de Yasmina Reza – Flammarion

  • Prix Médicis

Laetitia ou la fin des hommes d’Ivan Jablonka – Le Seuil
– Etranger : Les élus de Steve Sem-Sandberg – Robert Laffont
– Essai : Boxe de Jacques Henric – Le Seuil

  • Prix Décembre

Comment Baptiste est mort d’Alain Blottière – Gallimard

  • Prix Interallié Repose-toi sur moi, couverture

Repose-toi sur moi de Serge Joncour (ma critique très enthousiaste ici) – Flammarion

          Encore une belle récolte pour Galligraseuil mais aussi pour Flammarion (enfin re-Gallimard quoi). Une fois n’est pas coutume, quasiment que des auteurs que je n’ai jamais lus et dont je n’ai même jamais entendu parler dans cette liste. Maaaiiiiis… maaaiiiis… voilà, Serge Joncour enfin récompensé !!! Depuis le temps qu’on attendait un grand prix pour cet auteur si talentueux (et tellement hors système). Vous ne pouvez pas imaginer ma joie, je suis presque aussi heureuse que si c’était moi qui l’avait eu tellement je n’y croyais plus. Un petit clin d’oeil au passage à Virginie du blog Les lectures du mouton, au moins aussi enthousiaste que moi à l’annonce de la nouvelle. Et félicitations à l’auteur s’il passe par ici, pour ce prix bien sûr, mais aussi et surtout pour son très beau roman.

Première sélection du prix Intérallié

Par défaut

          A la liste déjà bien fournie des prix de la rentrée ayant fourni leur première sélection, vient s’ajouter aujourd’hui celle de l’Interallié, qui clôture la marche. Un prix qui récompense un écrivain-journaliste même si cette vocation première semble parfois échapper un peu au jury. Voici donc les 12 heureux élus :

– Pierre Lemaître, Au revoir là-haut (Albin Michel)
Nelly AlardMoment d’un couple (Gallimard)
Olivier BleysConcerto pour la main morte (Albin Michel)
Étienne de MontetyLa Route du salut (Gallimard)
Alain JaubertAu bord de la mer violette (Gallimard)
Arthur LoustalotLa Ruche (Lattès)
Judith PerrignonLes Faibles et les forts (Stock)
Monica SaboloTout cela n’a rien à voir avec moi (Lattès)
Karine TuilL’invention de nos vies (Grasset)
Philippe VassetLa Conjuration (Fayard)
Flore VasseurEn bande organisée (Équateurs)
Philippe JaenadaSulak (Julliard)

          Certains des romans qui me tentent en cette rentrée sont sur cette liste, ce qu’il fait qu’elle me parle assez. Il serait peut-être temps que j’ouvre quelques un de ces livres pour me faire un avis tout de même (enfin, d’abord faudrait-il que j’arrive à finir L’éducation sentimentale que j’ai eu l’excellente idée de commencer en pleine rentrée littéraire…). Verdict le 13 novembre.

Prix Interallié

Par défaut

          Le dernier des grands prix de cette rentrée littéraire, le Prix Interallié, a été décerné aujourd’hui. Il revient à Philippe Djian pour « Oh… » (Gallimard). Encore une fois, je trouve que cette année il y en a un peu pour tous les goûts parmi les lauréats, ce qui est fort appréciable. Pour le plaisir, voici le résumé de l’éditeur : « Décembre est un mois où les hommes se saoulent – tuent, violent, se mettent en couple, reconnaissent des enfants qui ne sont pas les leurs, s’enfuient, gémissent, meurent… » « Oh… » raconte trente jours d’une vie sans répit, où les souvenirs, le sexe et la mort se court-circuitent à tout instant.

          Rendez-vous maintenant à la rentrée prochaine pour une nouvelle cuvée. D’ici-là, peut-être aurai-je le courage de vous faire dans quelques jours un petit résumé de cette rentrée que j’ai trouvé fort intéressante. Et vous, l’avez-vous aimée ?