Divers

La cuisine de Mamette, Nob

J’avais acheté ce livre parce que j’aimais bien l’idée d’un autre format pour les recettes de cuisine, ici une BD. Pourtant j’ai été assez déçue au final. Je n’ai pas trop accroché avec les petites histoires et l’humour de ce texte (je ne connaissais pas Mamette avant ça, ça joue peut-être). Je ne saurais pas dire exactement pourquoi mais ça ne m’a pas emballée plus que ça.

Couverture du livre La cuisine de Mamette

Côté recettes, beaucoup de choses très simples (normal me direz-vous, c’est de la cuisine de grand-mère) et surtout des grands classiques. Je n’ai pas forcément trouvé de cohérence dans le choix des recettes étant donné que ça vient d’un peu partout. Mais ce n’est pas très important. Je n’ai pas testé les recettes proposées, me rendant compte que j’en connaissais déjà la plupart, mais je n’ai pas toujours eu l’impression que ce soit d’une grande fiabilité.

Planche extraite de La cuisine de Mamette

Je crois que je ne suis pas trop la cible pour ce type d’ouvrage, même si je continue à trouver le format très sympa, il m’a semblé que c’était le genre de livre qui serait parfait pour intéresser ses enfants (ou petits-enfants) à la cuisine et se mettre aux fourneaux avec eux. Malgré une très bonne idée de départ et de très jolies illustrations, un livre qui m’a un peu laissée sur ma faim.

Planche extraite de La cuisine de Mamette
Cuisine

Verrines pêche-abricot au coulis de fruits rouges

Pour 8 personnes

Environ 500 g de fruits rouges

100 g de sucre

5 pêches

5 abricots

50 cl de crème fraîche entière

1 gousse de vanille

DSC_0407

Préparez le coulis

Lavez les fruits (groseilles et framboises pour moi) et mettez-en quelques-uns de côté pour la décoration. Placez les autres dans le bol du mixer avec du sucre – en fonction de l’acidité des fruits, je dirais entre 50 et 80 g, le coulis doit toutefois rester un peu acide pour équilibrer le goût des verrines.

Mixez. Goûtez puis ajoutez du sucre au besoin. Si le coulis est trop épais, n’hésitez pas à ajouter un peu d’eau pour l’assouplir un peu.

Passez le coulis au chinois afin de le débarrasser des pépins et d’obtenir une texture bien lisse. Réservez au frais.

DSC_0402

Préparez les fruits

Mettez une grande casserole d’eau à chauffer. Lorsqu’elle bout, placez les pêches quelques secondes à l’intérieur puis égouttez-les et laissez-les refroidir un peu.

Dans un grand saladier, coupez les abricots en petits dés (environ 1 cm de côté).

Pelez les pêches puis coupez-les également en petits dés et mélangez-les aux abricots.

DSC_0409

Préparez la chantilly

Versez la crème bien froide dans un saladier. Coupez la gousse de vanille en deux et grattez les graines. Mélangez-les à la crème avec un peu de sucre (environ 30 g). J’aime la crème peu sucrée mais vous pouvez ajouter un peu de sucre si vous le souhaitez.

Battez la crème en chantilly ferme et réservez au frais.

DSC_0430

Montez les verrines

Dans des coupes, mettez une première couche de pêches et abricots jusqu’à environ 1/3 de la hauteur. Ajoutez une couche de coulis de fruits rouges. Recommencez l’opération pour arriver aux 2/3 de la hauteur.

Recouvrez les fruits d’une couche de chantilly à la vanille.

Décorez avec le reste de fruits rouges et gardez au frais jusqu’à la dégustation.

DSC_0440

          Une recette un peu longue à réaliser mais assez simple et qui vaut vraiment le coup. C’est très bon et frais, parfait après un repas copieux. J’ai servi mes verrines avec des madeleines. Recette la semaine prochaine.

Bon appétit !

Cuisine

Tartelletes ananas-coco

Pour 6 tartelettes ou une tarte de 24 à 28 cm

Pour la pâte

80 g de margarine

40 g de sucre

100 g de farine de sarrasin

50 g de noix de coco râpée

1 jaune d’œuf

1 pincée de sel

DSC_1038

Pour la garniture

1 œuf entier + un blanc

40 g de sucre

250 ml de lait de coco

1 c. à soupe de rhum ambré

1 petit ananas

1 sachet de sucre vanillé

10 g de noix de coco râpée

DSC_1022

Préparez la pâte au moins 2 heures à l’avance.

Dans un saladier, mélangez la margarine, le sel et le sucre. Ajoutez la farine et la noix de coco jusqu’à obtenir un message sableux. Ajoutez ensuite l’œuf et travaillez rapidement la pâte jusqu’à obtenir un mélange homogène. Formez une boule avec la pâte. Enveloppez-la de papier film et réservez a frais au moins 2 heures.

Préchauffez le four à 180° C.

Etalez la pâte dans des moules préalablement beurrés (« margarinés » en l’occurrence). Théoriquement, farinez votre plan de travail et étalez-la au rouleau à pâtisserie mais pour part, je trouve cette pâte trop souple et fragile pour être travaillée de la sorte, je la répartis donc directement dans les moules et l’étale avec la paume de la main. Méthode peu orthodoxe mais redoutablement efficace.

Dans un petit saladier, montez le blanc d’œuf en neige avec environ 1/3 du sucre jusqu’à ce qu’il soit bien ferme.

Dans un autre récipient, battez l’œuf entier et le sucre restant. Ajoutez le lait de coco et le rhum. Mélangez bien puis intégrez délicatement le blanc d’œuf monté en neige à cette préparation.

Répartissez l’appareil dans les fonds de tarte, en les remplissant environ aux 2/3.

Enfournez 20 minutes.

DSC_1029

Pendant ce temps, pelez l’ananas et détaillez-le en petit dés.

Faites chauffer une poêle avec un peu de margarine et faites-y revenir les dés d’ananas avec le sucre vanillé. Les cuire quelques minutes à couvert en remuant régulièrement jusqu’à ce qu’il soit fondant et légèrement caramélisé. Réservez.

Lorsque vos fonds de tarte sont cuits, sortez-les du four et laissez-les refroidir quelques minutes puis démoulez-les (comme vous pouvez le constater sur les photos, j’ai pour ma part oublié de démouler avant de mettre l’ananas et l’opération s’est ensuite avérée des plus délicates).

Vous n’avez plus qu’à répartir l’ananas caramélisé sur vos tartelettes et à saupoudrer d’un peu de noix de coco râpée.

Habituellement, je n’utilise jamais au grand jamais de margarine mais depuis peu, en raison de problèmes de santé, je réduis drastiquement mes apports en lactose et en gluten (d’où la farine de sarrasin). Vous pouvez bien sûr lui préférer du beurre pour cette recette et remplacer le sarrasin par du blé si vous préférez les pâtes plus traditionnelles (mais ce serait dommage, elle est teeeeellement bonne !).

DSC_1042

          Ces tartelettes ont rencontré un vif succès : la pâte est très fondante et goûteuse à la fois, la préparation à la noix de coco est subtile et l’ananas est bien mis en valeur. Un vrai régal ! Une recette simple et efficace dont j’avoue être assez fière et que j’ai hâte de refaire.

Bon appétit !

Cuisine

Escalopes de dinde panées aux Spéculoos

Pour 2 personnes

4 spéculoos

30 g de chapelure

1 oeuf

2 escalopes de dinde

Une noix de beurre

Sel, poivre

DSC_1117

Réduisez les spéculoos en poudre. Pour cela, vous pouvez utiliser un rouleau de pâtisserie, un pilon, ou tout simplement le fond d’un verre. Pour ma part, j’aime que le mélange reste un peu granuleux, question de goût et de texture. Mélangez ensuite cette poudre à la chapelure dans une grande assiette.

Dans une seconde assiette, battez l’oeuf.

Détaillez la dinde en lanières. Vous pouvez si vous le souhaitez passer cette étape et paner les escalopes entières. Pour servir la dinde en bouchées apéritives, choisissez plutôt de la couper en cubes.

Trempez la dinde dans l’oeuf, puis roulez-la dans la chapelure aux spéculoos.

DSC_1119

Faites chauffer le beurre dans une poêle et faites-y revenir la dinde. Laissez cuire environ 5 minutes de chaque côté. Salez, poivrez et dégustez !

J’ai pour ma part servi la dinde avec une mousseline de carottes et pommes de terre.

Une recette facile et rapide qui fait toujours son petit effet.

DSC_1132

Bon appétit ! 

Cuisine

La tarte poireaux/jambon

Pour une tarte poireaux/jambon pour 6 personnes, il vous faut :

500 g de blanc de poireau

10 g de beurre salé (ou de beurre doux, ou même d’huile)

Un filet de vinaigre balsamique

Un peu de crème liquide (environ 5 cl)

1 rouleau de pâte (feuilletée ou brisée)

2 tranches de jambon de Paris

Une pincée de noix de muscade (facultatif)

Un paquet d’emmental râpé

Sel, poivre

Et après, on en fait quoi ? :

Préchauffez le four à 220° (th 6/7)

          Emincez les poireaux et faites-les revenir  la poêle avec le beurre. Quand les poireaux sont dorés, ajoutez un verre d’eau et laissez cuire à feu doux jusqu’à évaporation. Salez, poivrez, muscadez si vous le souhaitez puis déglacez au vinaigre balsamique et ajoutez la crème. Déroulez la pâte dans le moule et mettez la moitié des poireaux dessus. Puis mettez le jambon coupé en dès et recouvrez du reste de poireaux. Recouvrez la tarte d’emmental râpé (étape que vous pouvez sauter si vous le souhaitez) et mettez à cuire 25 minutes à 220°. Bon appétit !

          Je testais pour la première fois la pâte du commerce. Ne trouvant pas de pâte brisée, j’ai pris de la pâte feuilletée. Déjà, l’odeur à la sortie du paquet n’est pas géniale : ça pue le beurre et l’huile, c’est écoeurant au possible. La texture n’est pas exceptionnelle non plus, très grasse (oui, même pour de la pâte feuilletée !). Au goût : pas trop mal. Sans intérêt, on ne sent pas la pâte, rien à lui reprocher donc mais rien à voir avec la pâte fine, croustillante et légèrement beurrée de ma maman. Conclusion : à moins de ne vraiment pas en avoir la possibilité faute de place (ce qui est un peu mon cas), faites votre pâte vous-même, c’est simple et bien meilleur !