La tarte poireaux/jambon

Par défaut

Pour une tarte poireaux/jambon pour 6 personnes, il vous faut :

500 g de blanc de poireau

10 g de beurre salé (ou de beurre doux, ou même d’huile)

Un filet de vinaigre balsamique

Un peu de crème liquide (environ 5 cl)

1 rouleau de pâte (feuilletée ou brisée)

2 tranches de jambon de Paris

Une pincée de noix de muscade (facultatif)

Un paquet d’emmental râpé

Sel, poivre

Et après, on en fait quoi ? :

Préchauffez le four à 220° (th 6/7)

          Emincez les poireaux et faites-les revenir  la poêle avec le beurre. Quand les poireaux sont dorés, ajoutez un verre d’eau et laissez cuire à feu doux jusqu’à évaporation. Salez, poivrez, muscadez si vous le souhaitez puis déglacez au vinaigre balsamique et ajoutez la crème. Déroulez la pâte dans le moule et mettez la moitié des poireaux dessus. Puis mettez le jambon coupé en dès et recouvrez du reste de poireaux. Recouvrez la tarte d’emmental râpé (étape que vous pouvez sauter si vous le souhaitez) et mettez à cuire 25 minutes à 220°. Bon appétit !

          Je testais pour la première fois la pâte du commerce. Ne trouvant pas de pâte brisée, j’ai pris de la pâte feuilletée. Déjà, l’odeur à la sortie du paquet n’est pas géniale : ça pue le beurre et l’huile, c’est écoeurant au possible. La texture n’est pas exceptionnelle non plus, très grasse (oui, même pour de la pâte feuilletée !). Au goût : pas trop mal. Sans intérêt, on ne sent pas la pâte, rien à lui reprocher donc mais rien à voir avec la pâte fine, croustillante et légèrement beurrée de ma maman. Conclusion : à moins de ne vraiment pas en avoir la possibilité faute de place (ce qui est un peu mon cas), faites votre pâte vous-même, c’est simple et bien meilleur !

"

  1. Nous avons tous des souvenirs culinaires qui trottent dans nos têtes et nos palais. Proust c’est le souvenir de la madeleine, moi celui d’un gâteau de riz fait par Léonie l’épicière du village qui nous faisait le repas de midi quand nous allions à l’école à Espies.
    A chacun sa madeleine…

    • Une seule madeleine me paraît bien peu ! Mais je me demande si je ne devais en choisir qu’une si ce ne serait pas le farci : unique ! Mais il y a aussi le bouillon de pot au feu, le riz au lait, le gâteau de semoule, le ragoût du vendredi soir, le fromage de la maison (ça date, mais je m’en souviens !) et d’autres encore qui m’évoquent les gens que j’aime, le coin du feu, mon chez moi même si je vis bien loin. Ah, le pâté de lapin aussi ! Incontournable ! Rien que d’y penser, j’ai l’eau à la bouche et le Vallier devant les yeux ! Je suis sûre qu’à Paris il ne serait pas aussi bon… L’amour de la cuisine m’a prise sur le tard mais il n’y a pas trop à chercher pour trouver d’où il vient !

  2. Pingback: Le blog fête ses 4 ans | Madimado's Blog

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.