Joseph KESSEL, Vent de sable

Par défaut

          Ce témoignage a été écrit en 1929 par Joseph Kessel suite à un voyage qu’il fit aux côtés du pilote Emile l’Ecrivain sur la ligne Toulouse-Casablanca. Les vols en avions, alors réservés au transport du courrier dans ces contrées, étaient extrêmement dangereux et se soldaient souvent par des prises en otage sur le parcours, ou parfois la mort…

          Je ne connaissais absolument pas cet auteur, pourtant académicien. A vrai dire, je ne regrette pas tellement de ne pas l’avoir découvert avant. L’histoire qu’il a à raconter est passionnante. Servir dans l’aéropostale était alors une aventure quotidienne. On ne savait jamais à quoi s’attendre. Kessel a rencontré des grand noms du métier ou entendu le récit de leurs multiples péripéties : Mermoz, Guillaumet, Saint-Exupéry… tous sont passés sur cette ligne mythique ! Une époque où voler  150 kmh était un exploit ! Des destins exceptionnels et tant de choses à raconter !

          Seulement ce livre est mal écrit. Tout y est mis au même niveau. L’auteur passe plus de temps à nous raconter un repas à Casablanca que le meurtre de 3 hommes ! Aucun relief, aucune vie, un style d’une platitude sans nom (oui, je suis bien en train de dire qu’il y a des académiciens qui auraient mieux fait de se passer de prendre un jour la plume). Moi qui me sentais déjà vibrer au récit de ces pionniers de l’aviation, trembler avec eux à chaque avarie de matériel, m’émerveiller devant la beauté du désert… Eh bien, j’ai vite déchanté, je n’ai trouvé qu’un récit sans âme. Un témoignage bien fade qui parlera peut-être aux passionnés de l’aviation mais dont les autres se passeront très bien.

Gourp avait repris de la valeur. On lui donnait à boire et on le soignait… avec du crottin de chameau. Qu’on se figure ce trajet affreux d’un homme percé de balles et de coups de poignard, ballotté au gré de la marche d’un dromadaire, terriblement fatigante même pour un voyageur valide, sous le soleil du Sahara espagnol et avec la gangrène qui commence à ronger ses plaies !

"

  1. Je ne connais pas du tout ce livre mais en revanche j’ai lu Le lion de Kessel et j’ai aimé. C’était pas aussi intense qu’un récit du Grand Nord comme Croc Blanc ou Kazan mais c’était tout de même à lire !

    • Là j’ai pas du tout accroché avec l’écriture. C’est chiant comme la pluie, et encore je suis sympa. Aucun sens du récit et un style qui a énormément vieilli. Dommage parce qu’il en avait des choses à raconter après son voyage ! Du coup ça ne me donne pas trop encie d’en lire un autre…

  2. Pingback: Voyage, voyage « Madimado's Blog

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.