Calvary, un film noir très réussi

Par défaut

Comédie dramatique, policier irlando-britannique John Michael McDonagh avec Brendan Gleeson, Chris O’Dowd, Kelly Reilly

437689.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx           La vie du père James bascule le jour où il entend une confession bouleversante. Sa fille revient au même moment dans sa vie et il va commencer à voir les choses sous un nouveau jour.

140894.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx           La fin d’année 2014 a été riche en bonnes surprises cinématographiques parmi lesquelles Calvary. Un film pour le moins austère mais extrêmement fort. Dès les premières minutes, on entre dans le vif du sujet quand le prêtre reçoit une confession très particulière. Suite à ça, sa vie va se trouver bouleversée et il va commencer à envisager les choses sous un autre angle. Sans compter l’arrivée de sa fille après une tentative de suite qui va venir perturber ses habitudes. Difficile je trouve de parler de ce film. Impossible de parler du scénario sans en dévoiler le ressort essentiel, ce qui serait un peu dommage. La trame est très simple et tout tient sur la psychologie des personnages qui est particulièrement réussie. Si certains portraits peuvent sembler caricaturaux, j’ai trouvé qu’ils fonctionnaient à merveille, amenant souvent une touche d’humour à cet univers très sombre.

517168.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx           Calvary, c’est ce genre de film où il ne se passe rien et beaucoup de choses à la fois. L’intérêt du film tient surtout dans l’évolution du personnage. Un homme à la personnalité complexe qui est partagé entre ses ouailles dont il semble proche, et sa (grande) fille, qu’il délaisse. Il va peu à peu être amené à se poser des questions sur le pardon. Le doute est au centre de cette histoire poignante. Je n’ai pas toujours trouvé les cadrages très convaincants mais le récit est filmé de manière très frontale, sans concession, ce qui lui donne une certaine rudesse qui contribue à sa force. L’interprétation de Brendan Gleeson est magistrale et le reste du casting tient également bien la route. Le résultat est un genre de thriller intimiste sur fond de religion. Vraiment surprenant. Si dans l’ensemble le film est assez lent, la fin est à la hauteur du début, ce qui n’est pas peu dire. Un film dur et austère qui n’est pas dénué d’une certaine beauté.

"

  1. ah oui la fin d’année 2014 était peuplé de bons films comme ceux la qui me tentaient beaucoup mais que je n’ai pu voir hélas soit parce qu’il passait pas sur Lyon ( love is strange) soit parce que l’horaire n’allait pas ( comme ce Calvary) soit parce qu’on peut pas tout voir ( quand vient la nuit, night call…)..pour en revenir à ce Calvary que j’avais mis dans ma liste des films à voir, je suis surpris que tu insistes sur la tonalité sombre, thriller car les quelques critiques que j’avais lu parlait plutot d’une comédie dans la veine de l’irlandais le précédent film du cinéaste ce qui me surprenait un peu au vu de l’histoire et de la bande annonce :o).. donc tu confirmes on est plus dans le thriller parsemé j’imagine de quelques zones d’humour ici et là?… j’essaierais de le voir en DVD il devrait etre disponible d’ici peu de temps au train où vont les chose maintenant…bonne journée à toi chère madimado..

    • Oui, j’ai vu qu’on en parlait comme d’une comédie. Bon, c’est vrai qu’il y a de l’humour dedans mais de là à dire que le film est drôle… Tu me diras ce que tu en penses si tu le vois. Moi je l’ai plutôt trouvé assez dur.

  2. Pingback: Bilan 2014 | Madimado's Blog

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s