L’embaumeur ou l’odieuse confession de Victor Renard d’Isabelle Duquesnoy

Par défaut

          Pour échapper à sa mère et séduire la ravissante et délurée Angélique, Victor Renard, jeune homme au physique disgracieux, apprend le métier d’embaumeur aux côtés de maître Joulia.

          Rentrée littéraire toujours (vous n’avez pas fini d’en entendre parler) avec un des premiers romans que j’ai lu cet été et mon premier coup de cœur de la saison. Je dois avouer que j’ai lu ce texte pour son titre. J’étais intriguée. Quant à la quatrième de couverture, je la trouvais alléchante, ça sentait l’univers bien sombre, avec une pointe d’humour tout de même (ou d’auto-dérision en tout cas), un peu de suspens et d’aventure, bref, ça avait l’air bien. J’ai de suite beaucoup aimé le style. Je ne suis pas sure que la comparaison soit très juste mais quelque part ça m’a un peu rappelé Le parfum de Süskind, un peu en raison de son univers et sans doute aussi pour son personnage principal assez peu charismatique. On reste toutefois ici dans quelque chose de bien moins tordu côté psychologie.

L'embaumeur ou l'odieuse confession de Victor Renard

          J’ai de suite beaucoup aimé le style, joliment travaillé, raffiné et qui pourtant garde une certaine légèreté. C’est très prenant comme écriture et vraiment agréable. Malgré le sérieux de la chose et le style un peu désuet tout à fait délectable, j’ai beaucoup aimé le petit côté décalé qui donne parfois à sourire : on sent que si l’auteur a beaucoup travaillé, elle s’amuse également beaucoup. C’est un régal. Quant à l’histoire, elle fonctionne bien également malgré des passages plus ou moins prenants. Bon, comme je vous le disais, le personnage principal n’attire pas au premier abord une sympathie brûlante. Difforme, pas spécialement malin, maltraité par sa mère, il pourrait à la rigueur inspirer la pitié mais même ça, on peine à lui accorder.

          L’avantage, c’est que pour la peine on se délecte pas mal de ses mésaventures. Surtout au début, on n’a de cesse de se demander ce qui va encore arriver à ce petit garçon geignard. Toutefois, un changement s’opère peu à peu. Notre ami Victor commence à se découvrir des compétences (étranges certes) et presque même des amis, et on devient moins dur à son endroit, on serait presque tentés de le plaindre, d’être de son côté (presque). J’ai bien aimé cet aspect là, cette difficulté à se positionner par rapport au personnage, à savoir ce qu’on pense réellement de lui. Ca change des psychologies bâclées et ça met le lecteur dans une situation finalement assez inhabituelle. Cela dit, si Victor n’est pas très charismatique, on se rend vite compte que comparé à la plupart des autres personnages, il brille par sa sensibilité. C’est vous dire l’ambiance !

Isabelle Duquesnoy (c) Blue Okapi

Isabelle Duquesnoy (c) Blue Okapi

          Vers la moitié du roman, j’ai un moment craint l’ennui. Dès le départ, on sait notre anti-héros aux arrêts pour une raison dont on ignore tout. C’est sa confession qu’il nous livre, comme une ultime tentative d’être compris de ses pairs. Mais assez vite, on se rend compte qu’il va tout nous conter par le menu sans jamais nous donner le moindre indice sur ce qui a bien pu le mettre dans cette inconfortable situation. Et bon, le suspens c’est bien, mais là finalement ça ne prend pas trop, et j’ai eu un moment de tristesse – voire de dépit – en voyant que la confession allait traîner en longueur. Ceci dit, cette petite baisse de régime n’a pas trop duré. Finalement, il se passe tellement de choses dans la vie de Victor Renard qu’on n’a pas exactement le temps de s’ennuyer. Quelques passages m’ont même tiré des grimaces de dégoût, me rappelant toute la joie que je trouvais dans cette lecture.

          J’ai peut-être un peu moins aimé la période de faste du personnage. Finalement je crois que j’en étais venue à aimer le mépriser. Son nouveau statut d’homme respectable en devenait presque triste. Mais fort heureusement, la vie – et son entourage – est tellement ignoble avec lui qu’on se trouve vite consolé. Son idylle ne m’a guère attendrie, que voulez-vous, je dois être sans cœur, mais ce n’est qu’un détail tant elle s’avère servir l’histoire. On n’apprend les raisons de l’incarcération de ce cher Victor qu’à la toute dernière minute. Mais quelles révélations ! C’est glauque à souhait, j’ai adoré ! On en vient même à avoir enfin un réel élan de sympathie pour lui, c’est dire. Ce roman est une vraie pépite. Original, bien écrit, très bien documenté, on prend un plaisir malsain aux aventures si particulières de Victor Renard. Un grand texte.

Je sais que ma condamnation est décidée, le récit des circonstances de mon forfait n’est, à vos oreilles, qu’un divertissement puisque vous en connaissez la fin ; vos gens m’ont surpris en flagrant délit. L’histoire de ma vie, ce sentier qui m’a conduit à commettre ma faute, ne servira qu’à persuader les foules de ma monstruosité. De quoi vous combler, vous divertir, car les affaires comme les miennes se raréfient.

"

  1. c’est intéressant sur ce que tu dis sur le positionnement du lecteur envers le personnage, cela me donne envie de le lire !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s