Musique

La symphonie du temps qui passe

Un disque-monde, voilà ce que nous rêvions de construire avec La Symphonie Du Temps Qui Passe. Une comédie musicale 2.0 matinée de western : un orchestre symphonique versus des programmations électroniques.
Un vrai disque en duo façon conte d’auto-science-fiction car tout ce qui s’y joue vient du réel avant d’être condimenté par la fantaisie. Un disque-monde car mis en scène dans un film à découper en dix clips, quelque part entre un tour de magie de Méliès et un poème de Cocteau.
C’est une histoire d’amour mais aussi la découverte d’une interprète magique, Daria Nelson, la fée qui promène sa grâce tout au long de cette symphonie.

Couverture de l'album La symphonie du temps qui passe

Après leur recueil de poésie, Le dérèglement joyeux de la métrique amoureuse aux éditions L’iconoclaste, Daria Nelson et Mathias Malzieu reviennent avec une nouvelle collaboration : un projet ambitieux aux nombreuses facettes dont un album et un court-métrage. 10 chansons qui racontent leur rencontre, la joie des débuts, les doutes, le désir d’enfant mais aussi le drame de la fausse-couche et le vide qui s’ensuit et la difficulté de se reconstruire. Un sujet trop rarement abordé qui laissait présager d’une œuvre tout en sensibilité.

Image de La symphonie du temps qui passe

J’ai eu la chance de découvrir le film sur grand écran, dans des conditions exceptionnelles. J’ai de suite adoré cet univers coloré et loufoque. Ca m’a fait penser à un très long clip (je sais que ça peut paraître péjoratif dit comme ça, mais pas du tout). Et c’est plus ou moins le cas, au départ l’idée était de faire le clip de 3 chansons et puis, une chose en entraînant une autre, on est partis pour 40 minutes d’un OVNI cinématographique qui vient superbement donner corps aux 10 chansons de l’album. Sorte de mini comédie musicale décalée, tantôt drôle, tantôt touchante, toujours juste et surprenante à la fois. J’ai eu le sourire aux lèvres et des étoiles plein les yeux du début à la fin.

Image de la symphonie du temps qui passe

C’est si riche visuellement et tellement inventif. L’image est signée Sébastien Salamand (dit Le Turk). Le travail sur la photo est splendide. Ca rend un vibrant hommage au cinéma des débuts, avec des décors en carton pâte et de nombreuses trouvailles qui ne sont pas sans rappeler les œuvres de Méliès. La bande-son n’est pas en reste. Les chansons bien sûr, pop et entraînantes mais aussi le sound design soigné. Les arrangements symphoniques ont été réalisés avec la collaboration d’Olivier Daviaud. On découvre la voix chaleureuse de Daria Nelson dont j’ai adoré l’interprétation. Elle a de plus une présence incroyable à l’écran. Elle est pour moi la révélation de ce projet. Si je devais émettre une seule réserve c’est sur le côté un peu inégal des chansons, il a tendance à être gommé par la démesure visuelle mais se ressent plus à l’écoute de l’album.

Image de La symphonie du temps qui passe, Daria Nelson dans une pause mélancolique sous la neige

La musique est disponible sur toutes les plateformes mais aussi en CD ou vinyle. Le film n’est malheureusement pas diffusé en salles, hormis dans quelques festival et de rares dates dans certains Gaumont il me semble. Un très beau coffret a vu le jour contenant le CD, le DVD et un livre avec les chansons, des photos du film, des dessins ainsi que des poèmes qui viennent faire le lien avec tout ça. Coup de cœur pour le livre qui est un très bel objet. Je n’ai pu que le feuilleter mais je le mets dans ma liste au Père Noël. Des concerts sont également prévus dans une version plus intimiste, simplement piano-voix. Ca doit également très bien rendre, dans un genre totalement différent.

Coffret La symphonie du temps qui passe

J’ai toujours beaucoup aimé le style gentiment barré de Mathias Malzieu mais j’ai trouvé qu’il y avait dans cette mini comédie musicale quelque chose en plus qui lui réussit drôlement bien. Sans doute son œuvre la plus aboutie à ce jour. Nul doute que la rencontre avec Daria Nelson y est pour beaucoup. Le mélange de leurs univers fonctionne à ravir et leur collaboration a donné naissance à une œuvre délicieusement loufoque. Je ne suis pas très réceptive aux chansons d’amour mais j’ai trouvé qu’ils parvenaient à trouver le ton juste et je salue le courage autant que la nécessité de parler de fausse couche, qui reste encore bien trop souvent tabou. Vous l’aurez compris, c’est un gros coup de cœur, particulièrement pour le film et l’interprétation de Daria qui a un timbre et une présence incroyables. J’espère qu’ils continueront longtemps à nous émerveiller ensemble.

2 commentaires sur “La symphonie du temps qui passe

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.