Pentagon papers

Par défaut

          Drame américain  de Steven Spielberg avec Meryl Streep, Tom Hanks, Sarah Paulson
          Première femme directrice de la publication d’un grand journal américain, le Washington Post, Katharine Graham s’associe à son rédacteur en chef Ben Bradlee pour dévoiler un scandale d’État monumental et combler son retard par rapport au New York Times qui mène ses propres investigations. Ces révélations concernent les manœuvres de quatre présidents américains, sur une trentaine d’années, destinées à étouffer des affaires très sensibles… Au péril de leur carrière et de leur liberté, Katharine et Ben vont devoir surmonter tout ce qui les sépare pour révéler au grand jour des secrets longtemps enfouis…

Affiche du film Pentagon Papers

          J’ai une certaine passion pour les films sur des scandales dénichés par la presse. Les grandes heures du journalisme ont tendance à me fasciner. Je suis très bon public pour ce genre de film. Je ne pouvais donc pas rater Pentagone Papers. Je sortais de me grotte après plusieurs mois d’hibernation (sans Twitter ni télé, si si), j’ai juste lu le synopsis sans même regarder qui l’avait réalisé ou qui jouait dedans, totalement à l’arrache quoi. Ce n’est peut-être pas plus mal, au moins je n’avais pas d’attentes démesurées. Le risque de déception était moindre.

Image du film Pentagon Papers

          L’histoire est assez folle. C’est du gros gros scandale quand même. Sauf que bon, côté réalisation j’ai trouvé que ça ronronnait pas mal. Il y a un joli casting mais pourtant les performances d’acteurs sont loin de m’avoir éblouie. Il n’y a pas de réel suspens et assez peu d’émotion. Les personnages ne sont pas non plus particulièrement attachants. Ca tourne beaucoup autour de la directrice du journal, grande mondaine cantonnée à un rôle de potiche pendant une grande partie du film. Pas de quoi exciter les foules. Heureusement que le scoop était gros sinon il n’y aurait pas grand chose dans ce film auquel je dois quand même reconnaître une belle esthétique. Si j’ai plutôt passé un bon moment, j’ai trouvé que l’ensemble manquait clairement de rythme et d’audace. Dommage.

Oliver Twist

Par défaut
          Dans un orphelinat de l’Angleterre victorienne, Oliver Twist survit au milieu de ses compagnons d’infortune. Mal nourri, exploité, il est placé dans une entreprise de pompes funèbres où, là encore, il ne connaît que privations et mauvais traitements. Oliver endure tout, jusqu’au jour où une provocation de trop le pousse à s’enfuir vers Londres. Epuisé, affamé, il est recueilli par une bande de jeunes voleurs.
Couverture d'Oliver Twist de Charles Dickens

          Je continue mon exploration de la littérature classique avec cette fois une histoire réputée sordide. Les premières pages d’Oliver Twist sont un vrai régal. Charles Dickens y fait preuve d’un humour noir qui m’a ravie au plus au point. C’est du grand art. Je ne m’attendais pas à trouver autant de dérision et de mauvais esprit dans ce livre. Cet homme est un génie. Malheureusement, plus l’histoire avance et plus le style prend un tour sérieux. Le second degré pointe bien encore parfois le bout de son nez mais de plus en plus timidement jusqu’à disparaître tout à fait. Cruelle désillusion… J’ai toutefois continué ma lecture, non sans plaisir.

          L’histoire est donc celle d’un petit orphelin, comme chacun sait, placé chez une horrible femme et qui après s’être enfui doit trouver le moyen de survivre seul à Londres. Pas très joyeux, vous en conviendrez. Les rebondissements se succèdent à un rythme effréné avec une crédibilité de plus en plus douteuse. Et surtout, plus ça avance et plus ça vire mièvre… J’ai également trouvé que les personnages étaient bien souvent trop stéréotypés (même si à vrai dire ça leur confère un certain charme). Malgré tout, on se lasse prendre par l’histoire de ce petit garçon si touchant. Si dans l’ensemble j’ai apprécié cette lecture, ce sont toutefois les premières pages qui m’ont le plus convaincue par leur ton grinçant.

Charles Dickens

Le fait est qu’on eut beaucoup de peine à décider Olivier à remplir ses fonctions respiratoires, exercice fatigant, mais que l’habitude a rendu nécessaire au bien-être de notre existence.

_______________

Ton lit est sous le comptoir. Tu n’as pas peur de coucher au milieu des cercueils, je suppose ? D’ailleurs qu’importe que cela te convienne ou non ? Tu ne coucheras pas ailleurs.

Le grand jeu

Par défaut

Drame, biopic américain de Aaron Sorkin avec Jessica Chastain, Idris Elba, Kevin Costner
L’histoire vraie d’une jeune femme surdouée devenue la reine d’un gigantesque empire du jeu clandestin à Hollywood ! En 2004, la jeune Molly Bloom débarque à Los Angeles. Simple assistante, elle épaule son patron qui réunit toutes les semaines des joueurs de poker autour de parties clandestines. Virée sans ménagement, elle décide de monter son propre cercle. Très vite, les stars hollywoodiennes, les millionnaires et les grands sportifs accourent. Le succès est immédiat et vertigineux. Acculée par les agents du FBI décidés à la faire tomber, Molly Bloom va devoir se battre.

Le grand jeu, affiche

Quand je suis allée voir ce film, je n’avais à vrai dire aucune idée de ce dont il retournait, mis à part que l’affiche était plutôt sympa et qu’il y avait Jessica Chastain. Un peu léger me dirais-vous. J’y suis quand même allée, puisque c’était proposé gentiment et que j’étais en manque de cinéma, pourquoi se priver ? Découverte totale donc. Le début m’a agréablement surprise, c’est rythmé, il y a de l’humour, ça semble bien parti. Malheureusement, cette belle énergie se dissipe pendant que le film avance, j’aurais aimé que ça reste aussi caustique jusqu’au bout.

Le grand jeu, image extraite du film

 

L’histoire est quand même assez prenante, une participante aux JO en ski de bosses qui après un accident se voit contrainte de changer de voie et délaisse ses études de droit pour organiser des parties de poker clandestin, ça ne manque pas de piquant ! Le personnage est assez insaisissable et sa lutte contre le FBI semble une cause perdue d’avance. J’ai bien aimé son parcours, même si bien sûr le charisme de Jessica Chastain aide bien. D’une manière générale d’ailleurs le casting reste quand même un des atouts du film. Sans être exceptionnel et malgré un côté parfois un peu trop lisse, le film est assez prenant et s’avère divertissant.

C’est le coeur qui lâche en dernier

Par défaut

          Stan et Charmaine ont été touchés de plein fouet par la crise économique. Aussi, lorsqu’ils découvrent à la télévision une publicité pour une ville qui leur promet un toit au-dessus de leurs têtes, ils signent sans réfléchir.
          À Consilience, chacun a un travail, avec la satisfaction d’œuvrer pour la communauté, et une maison. Un mois sur deux. Le reste du temps, les habitants le passent en prison… où ils sont également logés et nourris ! Le bonheur.

          Je n’avais jamais rien lu de Margaret Atwood mais après avoir vu l’adaptation de La servante écarlate en série télé (gros gros coup de coeur 2017 que je vous encourage vivement à découvrir), j’avais hâte de m’attaquer à un de ses romans qui sont pour le moins nombreux. J’ai donc commencé par le dernier, sorti lors de la rentrée littéraire de septembre. Un sacré pavé dont je ne savais à vrai dire absolument rien en dehors de l’identité de son auteur. Surprise totale donc. Et je peux vous dire qu’elle fut bonne !

C'est le coeur qui lâche en dernier

          Tout d’abord, j’ai beaucoup aimé le style, clair et précis, d’un réalisme confondant. L’histoire se passe aux Etats-Unis après la crise de l’immobilier, on y suit un couple qui a perdu sa maison et vit dans sa voiture. L’auteur construit un univers dystopique si proche du notre qu’on peine parfois à se rappeler où se situe exactement la barrière entre la fiction et la réalité. Le moins qu’on puisse dire c’est que c’est extrêmement crédible et pensé dans les moindres détails. Elle nous livre un portrait juste et intransigeant de la société de consommation et ses dérives.Ca fait froid dans le dos…

          Les personnages en revanche ne m’ont pas été particulièrement sympathiques. C’est un peu ce qui m’a manqué dans ce roman, pouvoir m’identifier un minimum à eux, ressentir leur détresse. Là je les ai trouvés plutôt agaçant et assez éloignés de mes préoccupations. Mais je suppose qu’aux Etats-Unis où la situation a été vécue par des millions de gens, ce texte prend une toute autre dimension. Mais ce léger manque d’empathie pour les personnages ne m’aura pas empêché d’admirer l’esprit d’analyse de l’auteur et la mécanique impeccable qu’elle met en place page après page. Un roman glaçant, criant de vérité.

Portrait de Margaret Atwood

Tout le monde paraît très heureux : quand on a deux vies, il y a toujours la perspective d’autre chose. C’est comme être en vacances tous les mois. Mais quelle est la vie où on est en vacances et celle où on est actif ? Charmaine n’en sait trop rien.

_______________

Vous voulez qu’on vous confisque vos décisions pour ne pas être responsable de vos actes ? C’est parfois tentant, vous le savez.

Février, le bilan

Par défaut

Retour sur un mois de février bien calme (comment ça, encore ?). Je n’ai pourtant pas l’impression d’avoir chômé mais je crois bien que j’ai tourné un peu au ralentis. Ca se voit d’ailleurs sur le blog. Je peux enfin publier de nouveau sur mon PC mais le rythme est loin d’être revenu à la normale pour autant. Il faut dire que ma notion du temps est très flou, je ne me rends pas toujours bien compte que je n’ai plus publié depuis longtemps… On va essayer de corriger le tir en mars !

Seulement 2 livres lus en février. Michel Strogoff et L’empire de la lune d’été, un essai sur le massacre des comanches qui s’est avéré on ne peut plus dense. Je suis quand même bien contente de l’avoir lu mais on va passer à des choses un peu plus légères pour la suite.

v2 sig

Côté ciné, 2 films vus. Je pensais en voir plus mais finalement, j’ai eu pas mal de rendez-vous à des horaires peu arrangeants qui m’ont un peu démotivée. Beaucoup de films me tentent en ce moment, j’espère ne pas trop en rater.
Peu de films vus depuis chez moi également (et aucun jeu vidéo, que m’arrive-t-il ?!) mais j’ai regardé la saison 1 de Top of the lake.

Pas grand chose d’autre à signaler mais tout de même un chouette spectacle, Humanoptère, entre jonglage et théâtre.
Pas d’expo mais j’aimerais aller voir Les hollandais à Paris au Petit Palais.
Côté jeux, on a ressortir Dungeon Lords, et c’est top.
Voilà pour ce mois de février où j’ai à demi-hiberné. On se retrouve dans un mois pour un nouvel épisode.