Réversible : les 7 doigts de la main au Bataclan

Par défaut

          Je vous en avais déjà parlé l’année dernière, Les sept doigts de la main reviennent à Paris avec leur nouveau spectacle, Réversible. J’avais adoré Traces, meilleur spectacle de cirque vu à ce jour, énorme coup de foudre rempli d’humour et de performances incroyables. Réversible est dans un tout autre genre et je dois avouer avoir été sur le coup un peu déçue. Alors, verdict après cette deuxième fois ?

Reversible Les 7 doigts de la main

Photo : Alexandre Galliez

          C’est vrai que c’est un peu moins foufou que le spectacle précédant mais dans son genre, c’est très bien aussi. Plus poétique, avec une mise en scène et des lumières beaucoup plus travaillées. La performance est bien présente mais peut être moins mise en avant, avec des choses pas toujours aussi spectaculaires qui nous font parfois un peu oublier l’incroyable difficulté des numéros. C’est varié, il y a du rythme et il y a quelques perles, notamment un numéro au cerceau de toute beauté. C’est parfois drôle, souvent touchant. Il y a eu quelques petits ratés dans cette représentation (ils seraient donc humains ?!) mais toujours très bien rattrapés. Le spectacle n’était pas exactement le même que l’année précédente, il y a eu de petites modifications/améliorations (notamment sur le visuel) : c’est encore plus beau.

Reversible Les 7 doigts de la main

Photo : Alexandre Galliez

          Nous avons passé un très bon moment et la comparaison avec son prédécesseur passée, j’ai beaucoup mieux apprécié ce spectacle que la première fois. C’est poétique, la mise en scène est millimétrée, les lumières et musiques sont super, il y a du rythme, ça raconte une histoire et les numéros sont très travaillés. Tout est impeccable de bout en bout, avec quand même la petite touche d’humour qui fait leur charme. Il n’y a vraiment pas grand chose à y redire ! C’est du cirque de haut vol. Un spectacle époustouflant et poétique à la fois, à découvrir à la Seine Musicale jusqu’au 10 juin 2018. Places de 17€50 à 65€.

Madimado's Blog

          L’année dernière, j’étais tombée sous le charme de Traces. Je découvrais les 7 doigts de la main, leur inventivité et leur sens de la performance. C’avait été un véritable coup de foudre. A ce jour sans doute le meilleur spectacle de cirque que j’ai pu voir (et pourtant j’en ai vu quelques uns !). Un émerveillement de chaque instant. Quand j’ai su qu’ils présentaient à Paris leur nouveau spectacle, je me suis jetée sur l’occasion. Je ne vous raconte pas à quel point j’étais surexcitée ! Cette fois, ce n’est pas à Bobino que ça se passe mais au Bataclan. Je n’avais jamais eu l’occasion d’y aller et j’avoue que ça a quand même été un gros moment d’émotion. Difficile d’oublier les événements qui s’y sont déroulés. La salle flambant neuve a été refaite à l’identique. Elle est magnifique.

cirque Bataclan

         Le spectacle se construit autour d’un hommage aux…

View original post 284 mots de plus

La mort de Staline

Par défaut

          Comédie, film historique américano-franco-britannique de Armando Iannucci avec Steve Buscemi, Simon Russell Beale, Jeffrey Tambor
  Dans la nuit du 2 mars 1953, un homme se meurt, anéanti par une terrible attaque. Cet homme, dictateur, tyran, tortionnaire, c’est Joseph Staline. Et si chaque membre de sa garde rapprochée – comme Beria, Khrouchtchev ou encore Malenkov – la joue fine, le poste suprême de Secrétaire Général de l’URSS est à portée de main.

Affiche du film La mort de Staline

          J’avais entendu dire beaucoup de bien de ce film inspiré d’une BD, présenté comme étant très drôle. J’étais vraiment curieuse de savoir comment le sujet pourtant pas léger avait été tourné en dérision. Et je dois admettre avoir été assez étonnée dès les premières minutes par le ton du film. Certes, c’est drôle mais dans le genre ultra cynique. Pas sure que ce soit très éloigné de la réalité, il y a juste la pointe de distance nécessaire pour montrer le ridicule de ces personnages dopés au pouvoir. Ca ne fonctionne pas trop mal, il faut dire aussi qu’il n’y avait pas besoin d’en rajouter beaucoup pour rendre la situation risible…

Image du film La mort de Staline

          Bon, du coup la bonne nouvelle quand même c’est que c’est un film intelligent sur les dérives du pouvoir et qu’en plus d’un point de vue historique c’est sérieux (l’occasion de réviser mon Histoire russe qui laisse à désirer). Par contre il ne faut pas s’attendre non plus à de gros fous rires, on rit franchement jaune. Je pense que je suis pourtant bien lotie côté humour noir mais là il y a quand même un sacré niveau ! Dans l’ensemble j’ai bien aimé ce film mais j’avoue m’être sentie souvent un peu malmenée par cet humour bien grinçant, pas toujours très fin et parfois un peu lourd et répétitif. Pas facile de trouver le ton juste. Au final, si j’ai trouvé l’idée du film audacieuse, j’en suis tout de même ressortie un peu perplexe.

Barbara SAMSON, On n’est pas sérieux quand on a 17 ans

Par défaut

          Le petit dernier de la série « Les stars du blog ». L’article le plus lu avec plus de 25000 lecteurs ! Je dois avouer que ce chiffre m’impressionne. J’ai écrit cet article lorsque je travaillais sur mon mémoire consacré à Hervé Guibert et son roman « A l’ami qui ne m’a pas sauvé la vie« . Je me suis beaucoup intéressée au sida dans la littérature à cette époque et c’est dans ce cadre que j’ai lu le témoignage de Barbara Samson. Une découverte avec un regard un peu particulier donc puisque je le comparais à ds textes sur le même thème bien plus littéraires et aboutis. Je ne pensais pas recevoir autant de retours et j’avoue que si j’avais su j’aurais probablement tourné les choses de manière très différente. Mais il paraît que mon honnêteté fait mon charme, voici donc un parfait exemple de « critique assassine ».

Madimado's Blog

          Barbara a 17 ans. Elle aime pour la première fois. Il est séropositif et elle ne le sait pas. Elle apprendra quelques mois plus tard qu’elle a été contaminée. Elle témoigne ici pour partager son expérience, pour faire connaître cette maladie qui fait des ravages depuis quelques années (le livre paraît en 1994) et informer le grand public.

          Soyons honnête, ce livre n’a qu’un intérêt très limité. Sur le moment, il a fait pleurer dans les chaumières : une jeune fille de 17 ans condamnée à mort, ça a de quoi émouvoir. L’histoire est plus contrastée. La jeune fille est en réalité dépressive et a fait plusieurs tentatives de suicide. Elle apprend très vite que son amoureux est un ancien toxicomane (qui va bien vite replonger) séropositif mais décide de continuer sa relation avec lui sans pour autant prendre les précautions qui s’imposent, dans une volonté avouée de jouer avec…

View original post 458 mots de plus

Mai, le bilan

Par défaut

Enfin un petit retour de forme au mois de mai (dit la fille qui se traîne une crève carabinée au moment où elle vous écrit). Bref, grâce à un nouveau traitement (encore) pour compenser les effets secondaires de l’ancien (encore) je reprends un peu vie. Peut-on en déduire que j’ai repris un rythme de sortie débridé ? Pas vraiment mais il y a du mieux. Seulement 3 films vus ce mois-ci. Pas de gros coups de cœur mais j’ai bien aimé Plaire, aimer et courir vite.

Aucun film vu de chez moi, en revanche j’ai enchaîné les deux premières saisons de Dear White People. J’avais beaucoup aimé le film, je suis un peu moins convaincue par la série, j’attends de voir la suite.
Pas de jeux vidéos/jeux de société ce mois-ci.
Sinon mon truc du moment ce sont les reportage Arte. Je me cultive quoi.

v2 sig

Côté lectures, j’ai eu l’impression de les enchaîner à un rythme effréné mais il semblerait qu’en réalité je rame un peu avec mes recueils de nouvelles en cours. 7 livres lus livres lus tout de même ce mois-ci. J’ai adoré La promesse qui m’aura valu ma première nuit blanche à lire depuis bien longtemps. J’ai également bien aimé Les déracinés malgré quelques maladresses dans le style, l’histoire est intéressante.

Les sorties. Plus nombreuses que d’habitude. J’ai visité le musée des Augustins où je n’avais plus mis les pieds depuis l’adolescence et je suis allée voir l’expo Kupka au Grand Palais que j’ai beaucoup aimée. Je suis également allée découvrir le programme de Langres Renaissance.
Enfin, j’ai découvert le très bon Cirque Alfonse à Bobino (et je vous le recommande chaleureusement). Espérons que le mois de juin sera tout aussi chargé.

8 ans !

Par défaut

          Eh oui, le blog fête ses 8 ans. Qui l’eût cru ? Quand je pense que je l’ai créé pour rentrer dans une école que je n’ai finalement jamais faite avec dans l’idée de le fermer au bout de quelques semaines. Mais je suis toujours là, beaucoup moins qu’avant, c’est vrai, mais quand même. Je vais rabâcher la même chose que chaque année : si j’ai continué à écrire c’est évidemment parce que j’aime ça, mais surtout grâce aux belles rencontres, virtuelles ou réelles que j’ai fait ici. Laura avec qui j’ai fait de super goûters et bu d’excellents cocktails, Cléa que j’ai enfin rencontré ce printemps après des années à échanger sur nos blogs, Brice et nos matinées café, Filou qui m’a fait découvrir de bonnes adresses lyonnaise (merci aussi à Virginie qui est derrière tout ça !), Jérôme et Anthony les fous de cinéma qui sont devenus des amis… J’en oublie forcément, j’ai rencontré tellement de gens en 8 ans ! Merci à tous pour ces beaux moments partagés.

          8 ans, c’est aussi près de 1700 articles rédigés. J’ai beau publier 2 ou 3 fois moins qu’à mes débuts, ça en fait quand même des heures passées sur mon clavier à partager mes coups de foudre et mes coups de gueule. Le blog a connu une période faste, bien plus que tout ce dont j’aurais pu rêver. Et puis j’ai dû l’abandonner un peu, réduire le rythme, je n’arrivais plus à suivre. Les visites s’en ressentent sacrément, à peu près 5 fois moins de visiteurs qu’il y a 3 ans. Peu importe, j’ai fini par m’y habituer et par retrouver le plaisir d’écrire pour moi, pour garder une trace des mes lectures et mes sorties, ce n’est finalement pas plus mal comme ça. J’ai parfois eu envie d’abandonner, parce qu’à la longue c’est usant, parce qu’on finit par se lasser, parce que si le blog littéraire n’a jamais réellement eu le vent en poupe, il est aujourd’hui carrément passé de mode avec l’arrivée des booktubeurs. Moins d’échanges aussi, j’ai un peu raté le coche des réseaux sociaux, je n’ai pas renouvelé mes contenus, je ne regrette pas, je suis restée égale à moi-même.

anniversaire1[1]

          Tous les dimanche de mai et juin, je partage les articles les plus lus du blog, mais aussi ceux qui ont rencontré moins de succès mais que j’ai pris beaucoup de plaisir à écrire. Je me rends compte que j’aime bien chercher dans mes archives des textes sur lesquels j’ai passé du temps, mes livres et films coup de cœur, je me demande si je ne vais pas garder ce fonctionnement pour essayer de les faire revivre un peu. Et pour la suite ? Rien de bien révolutionnaire à l’horizon : essayer de publier 2 à 3 fois par semaine, continuer à parler de mes lectures et de mes sorties culturelles. Peut-être faire un peu de classement dans tous ces articles avec des sous-catégories pour plus de lisibilité (si j’ai le courage, depuis le temps que j’en parle…), ça commence à devenir sacrément compliqué de s’y retrouver ! Pas de grands changements prévus donc, mais qui sait, je changerai peut-être d’avis en cours de route. Un petit coup de jeune ne ferait pas de mal.

          Dans les prochains mois, beaucoup de lectures s’annoncent, j’ai déjà reçu plein de choses pour la rentrée. J’aimerais retourner un peu plus au théâtre, ça me manque terriblement. Je vais essayer de m’en tenir enfin à un rythme ré-gu-li-er. Il y a longtemps que je n’ai pas fait d’article thématique, je vais réfléchir pour en refaire quelques-uns. Et puis j’aimerais aussi trouver un moyen de réintégrer la page infos et agenda, peut-être sous une autre forme vu que je ne suis plus collée 6h par jour devant les JT. Jai plein d’idées en tête depuis bien longtemps, objectif : en exploiter au moins une dans l’année ! On se retrouve dans un an pour le verdict. En attendant, un grand merci à tous ceux qui me lisent encore et laissent un petit mot ici ou là.