Archives de Tag: sculpture

20 expos à voir en janvier à Paris

Par défaut

bd_afficheFélix Vallotton, le feu sous la glace : une exposition de taille consacrée à cet artiste inclassable proche des nabis. Des toiles dans des styles variés au traits marqués et aux couleurs franches, pour moi, l’une des plus belles expositions de ces dernières années, malgré un style parfois hésitant, un immense coup de cœur (ma critique ici). Du 02 octobre au 20 janvier au Grand Palais.

affiche_orsay_masculinmasculinMasculin/Masculin, L’homme nu dans l’art de 1800 à nos jours : si le nu féminin est souvent exposé, le nu masculin connaît rarement les mêmes faveurs. Il est ici mis à l’honneur à l’honneur à travers peintures, sculptures et photographies. Une exposition qui m’a déçue mais allez voir par vous-même, mon avis complet par-là. Du 24 septembre au 12 janvier au Musée d’Orsay.

99692-frida-kahlo-et-diego-rivera-au-musee-de-lorangerie-en-2013-2Frida Kahlo / Diego Rivera, l’Art en fusion : cette exposition présente conjointement les œuvres d’un couple mythique de l’histoire de l’art, divorcé mais jamais réellement séparé. L’occasion de confronter leurs deux univers, à la fois très différents et pourtant complémentaires. Du 09 octobre au 13 janvier à l’Orangerie.

La Renaissance et le Rêverenaissance : cette période a donné au rêve une place importante. En effet, pour les savants des XV° et XVI° s., rêver permettait d’échapper à son corps et d’accéder à l’au-delà. Une conception qui a inspiré les artistes dont 80 toiles sur ce thème ont été réunies. Du 9 octobre au 26 janvier au musée du Luxembourg.

285455_desirs-volupte-a-l-epoque-victorienne-paris-08Désir et Volupté à l’époque victorienne : une exposition qui invite à la découverte des grands artistes de l’époque victorienne à travers le culte de la beauté. Du 13 septembre au 20 janvier au Musée Jacquemart-André.

partenariat_pinacotheque-exposLes peintres témoins de leur temps : la Pinacothèque consacre 3 expositions à ce thème qu’elle décline autour d’artistes très différents. Vous pourrez ainsi découvrir Goya et la modernité, La dynastie Brueghel et Chu Teh-Chun. Du 11 octobre au 16 mars à la Pinacothèque.

Jordaens.previewJordaens : l’un des trois grands maîtres de la peinture flamande du XVII° s., avec Van Dyck et Rubens, le moins connu en France pourtant. Cette première grande rétrospective lui étant dédiée met en valeur une œuvre très riche. Une exposition magnifique, à ne pas rater ! Du 19 septembre au 19 janvier au Petit Palais.

exposition-kanak-musee-du-quai-branli-2013-2014-jewandaKanak, l’art est une parole : avec plus de 300 œuvres et documents, le quai Branly propose la plus grande exposition réalisée sur la culture kanak. Une exposition assez riche, dommage que les aspect culturels les plus intéressants ne soient  pas assez mis en avant. Du 15 octobre au 26 janvier au Musée du Quai Branly.

exposition bronze cernuschiBronzes de la Chine impériale : la collection du musée est l’une des plus importantes du monde, avec plus de mille œuvres du X° au XIX° s. Un ensemble très varié montré pour la première fois. Du 20 septembre au 19 janvier au musée Cernuschi.

mg_edition_roman_dune_garde-robeRoman d’une garde-robe : Une garde-robe exceptionnelle des années 30 est proposée par le musée de la mode hors les murs. L’histoire d’une parisienne à la mode à travers ses robes e chapeaux. Du 17 octobre au 16 mars au Musée du Carnavalet.

1925-quand-l-art-deco-seduit-le-monde_xl1925, quand l’Art Déco séduit le monde : le style Art Déco s’est développé entre 1920 et 1940. Il se caractérise par ses formes géométriques qui allient pureté et vivacité. Souvent confondu avec l’Art Nouveau, il réunit des champs artistiques variés et s’est diffusé à l’échelle mondiale. Du 16 octobre au 03 mars à la Cité de l’Architecture et de Patrimoine.

7766693579_l-affiche-de-l-exposition-pixar-a-parisPixar, 25 ans d’animation : pour son ouverture, le musée d’art ludique reçoit l’exposition Pixar. 500 dessins de recherches, études, story-boards, sculptures, mais aussi le fameux zootrope de « Toy Story » permettent de mieux découvrir l’univers des studios. Il y a beaucoup de matière dans cette exposition mais j’ai trouvé dommage qu’il n’y ait aucun texte, les amoureux de Pixar et les enfants l’apprécieront tout de même. Du 16 novembre au 02 mars au Musée d’art Ludique.

Mecanhumanimal-3 Enki Bilal, Mécanhumanimal : la rencontre d’un créateur multimédia et d’une collection scientifique ; un dialogue surprenant autour de plusieurs grands thèmes.  Si vous ne connaissez pas le musée, profitez absolument de la visite guidée gratuite, un vrai régal ! Du 4 juin au 2 mars au musée des Arts et Métiers.

294229_jeux-video-l-expoJeux vidéo l’expo : une exposition pour tout découvrir sur le jeu vidéo, que vous soyez un joueur passionné ou un néophyte. On peut aussi bien y découvrir comment naît un jeu que tout simplement s’y amuser avec des classiques ou des nouveautés. Du 22 octobre au 24 août à la Cité des Sciences.

europunk-afficheEuropunk : la première partie de l’exposition est entièrement consacrée aux Sex Pistols, groupe sans doute le plus emblématique du punk. Viennent ensuite Anarchy, Bazooka, WTF, DIY, New Wave mais aussi une timeline et le collectif de photographes Belle journée en perspective. Du 15 octobre au 19 janvier à la Cité de la Musique.

Pasolini-RomaPasolini Roma : Pasolini et Rome, 25 ans d’une passion houleuse. Source d’inspiration et moteur de création, la ville éternelle est au cœur de son œuvre et c’est à travers elle qu’il témoigne des bouleversements de la société italienne. Du 16 octobre au 26 janvier à la Cinémathèque Française.

afficheLe surréalisme et l’objet : l’adhésion des membres les plus actifs du surréalisme au parti Communiste marquera un tournant dans le mouvement avec l’apparition de « recyclage » d’objets du quotidien. Jeux de mots et des images, le ready-made démystifie l’art. Du 30 octobre au 03 mars au Centre Pompidou.

51724-2Bourdelle intime : à travers une soixantaine de photographies prises par l’artiste lui-même ou par ses proches, l’exposition ouvre une nouvelle perspective sur l’atelier comme lieu de création mais aussi comme lieu de vie. Un témoignage rare qui permet de mieux découvrir le sculpteur. Du 13 novembre au 23 février au Musée Bourdelle.

visuel-affiche-Brassaï-sans-traits-de-coupe-693x1024Brassaï, Pour l’amour de Paris : le photographe était fasciné par Paris qui a été son principal modèle. On retrouve la ville dans toute son œuvre, de jour comme de nuit, par ses habitant, ses quartiers, ses graffitis ou ses objets. L’occasion de découvrir gratuitement le photographe, et la ville à travers lui.

Tzuri GuetaNoces végétales : Tzuri Gueta, artiste textile, est invité au cœur des serres. Il y a effectué un travail à base de silicium où les œuvres viennent sublimer la nature, proposant au visiteur de découvrir le monde végétal avec des yeux nouveaux. Du 21 novembre au 03 février au Muséum national d’Histoire Naturelle.

                                                                                      BONNES VISITES

Masculin/Masculin au musée d’Orsay

Par défaut

          Si le corps féminin est souvent mis à nu et placé sous le feu des projecteurs, le corps masculin est plus souvent délaissé. Le Musée d’Orsay a choisi de le remettre sur le devant de la scène en lui consacrant une grande exposition cet automne. Venez découvrir l’homme nu dans l’art de 1800 à nos jours.

affiche_orsay_masculinmasculin          On avait beaucoup parlé de cette exposition et j’étais curieuse de la découvrir étant donné que j’ai toujours beaucoup aimé le nu (même si j’ai sans aucune originalité une préférence pour le nu féminin). Pourtant, amère fut ma déception. Dès les premières salles, j’ai ressenti comme un problème de cohérence dans l’accrochage. Impossible de déterminer selon quelle logique il avait été réalisé : visiblement, il n’a rien de chronologique puisque des toiles du XIX° s. se retrouvent confrontées à des travaux bien plus contemporains sur la photographie ; thématique alors ? c’est ce qu’il semblerait, pourtant, si je n’avais pas lu les panneaux explicatifs, je ne suis pas sure que j’aurais compris de moi-même et je n’aurais en tout cas jamais pu dégager de près ou de loin les grands thèmes abordés. Un gros raté du côté de la conception donc.

coup-de-grisou_4050373          Mais une exposition peut-elle plaire malgré un tel problème de cohérence ? Si les toiles exposées avaient été vraiment merveilleuses, peut-être. Il m’est sans doute arrivé d’aller voir des expositions thématiques et d’y voir des toiles sans lien apparent, de les trouver juste belles et de m’en contenter très largement. Seulement là, c’est très loin d’être le cas ! Il y a un peu de tout, quelques grands noms représentés bien sûr (on est à Orsay tout de même !), aussi bien en peinture qu’en photographie ou sculpture, avec des choses classiques et d’autres plus contemporaines. Cependant, malgré une grande variété dans les œuvres, bien peu m’ont touchée. J’ai trouvé qu’il y avait beaucoup de redites dans les choix qui étaient faits et que ceux-ci n’étaient pas toujours très judicieux et représentatifs de la production artistique. Une exposition qui manque de cohérence et de force mais aussi et surtout de belles œuvres à présenter.

552038-orsayMasculin / Masculin. L’homme nu dans l’art de 1800 à nos jours

Du 24 septembre 2013 au 02 janvier 2014

Musée d’Orsay

1, rue de la Légion d’Honneur

75007 Paris

12€

Le musée Ingres à Montauban

Par défaut

          Montauban, ville natale de Jean-Auguste-Dominique Ingres. Elle possède nombre de ses oeuvres, notamment de nombreux dessins et esquisses, et lui consacre un musée. J’ai profité d’un de mes séjours toulousains pour aller voir ça d’un peu plus près…

DSC_0043

          Le musée Ingres est un lieu pour le moins surprenant. Le rez-de-chaussée est essentiellement consacré à Antoine Bourdelle, un sculpteur de la région. Certaines oeuvres sont intéressantes, il est toutefois un peu dommage qu’elles ne soient pas toujours très bien restaurées (voire pas du tout, je vous recommande les chiures de pigeon sur les statues d’extérieur…) et parfois exposées à contre-jour. Une salle au fond propose des oeuvres dans un tout autre style, plus modernes, avec notamment un Picasso qui aurait mérité d’être mis un peu plus en avant.

DSC_1402

          Nous allons ensuite visiter les sous-sol, avec deux niveaux assez vastes. Le lieu en lui-même est assez impressionnant, avec de très belles voûtes en brique. Au deuxième sous-sol, de l’archéologie régionale pour l’essentiel. Ce n’est pas ce qui me passionne le plus mais il est agréable de déambuler dans cette salle assez imposante. Au premier sous-sol, encore un autre univers. Dans les deux premières salles, on trouve essentiellement de l’art moderne ou contemporain avec entre autres des toiles de Zao Wou Ki, ensuite, on change totalement de style, avec des salles consacrées à la faïence ancienne.

DSC_1414

          Nous passons ensuite aux étages. Au premier, une grande salle assez sombre et sans grand intérêt d’un côté, de l’autre, la partie consacrée à Ingres. Celle-ci se cache derrière une porte close, sans indication aucune, et nous avons bien failli la rater. C’eut été dommage ! La plus grande partie du premier étage est consacrée au peintre. Il y a peu de toiles exposées mais un nombre impressionnant d’esquisses préparatoires. Attention ! Il y a des tiroirs au niveau des vitrines d’exposition, il faut les ouvrir : certaines des plus belles pièces sont à l’intérieur ! Dommage qu’elles soient si peu mises en valeur et surtout ne soient même pas signalées. Quant au choix des dessins exposés, il peut parfois laisser perplexe… Certains sont très abîmés alors qu’il y a au fond des tiroirs de petits trésors en bien meilleur état. Dommage également que l’éclairage soit un peu chiche dans certaines pièces.

DSC_0004

          La fin du premier étage marque un nouveau changement avec des objets d’art et antiquités. On passe ensuite au second étage où l’on trouve de nombreuses peintures, plutôt classiques dans l’ensemble. Je dois admette que j’avais mal aux yeux après le passage dans les pièces précédentes et que je commençais à fatiguer un peu (c’est que l’air de rien, on avait vu beaucoup de choses, dans tous les styles). Toutefois, même si je n’en ai pas gardé un souvenir précis, il me semble avoir vu des choses intéressantes.

DSC_0011

          Le musée est très vaste et propose des choses très différentes, ce qui le rend un peu fouillis. Il mériterait peut-être une petite réorganisation, chronologique par exemple. Certaines pièces mériteraient également d’être restaurées ou mieux mises en valeur. Toutefois, dans l’ensemble, le musée possède une assez belle collection, avec notamment quelques dessins d’Ingres vraiment intéressants. Etant donné l’étendue des lieux, je pense que le visiter en deux fois ne serait pas de trop, pour mieux en profiter. Un lieu et une collection qui méritent largement le détour.

DSC_0019

Musée Ingres

19, rue de l’Hôtel de Ville

82 000 Montauban

Tarif hors exposition, 5€10

Les expos du printemps

Par défaut

          C’est le printemps, plein de nouvelles expositions fleurissent dans la capitale. Pas toujours facile de s’y retrouver dans cette offre des plus vastes. Loin de moi l’idée de me montrer exhaustive, j’en serais bien incapable, mais voici 20 expositions en cours ou à venir à découvrir dans les principaux musées parisiens d’ici l’été.

523605_10151439929904926_1059412746_nGiotto e compagni : loué par ses contemporains, Giotto di Bondone a initié une véritable révolution picturale. L’exposition réunit une trentaine d’oeuvres afin de mettre en avant les innovations du peintre. Du 18 avril au 15 juillet au Musée du Louvre.

7759875547_l-affiche-de-la-nouvelle-exposition-du-louvre-a-paris– De l’Allemagne, 1800-1939. De Friedrich à Beckmann :  plus de 200 oeuvres qui retracent les thèmes majeurs de la pensée allemande au XIX° siècle. Une analyse de la façon dont les Beaux-Arts ont participé au renouveau de la tradition allemande. Du 28 mars au 24 juin au Musée du Louvre.

90388-exposition-macchiaioli-musee-orangerie– Les Macchiaioli, 1850-1874, des impressionnistes italiens ? : Les Macchiaioli sont un groupe d’artistes italiens réunis à Florence qui rompent avec le néoclassicisme et le romantisme. Ils ont insufflé une énergie nouvelle et initié le modernisme en Italie. Du 10 avril au 22 juillet au Musée de l’Orangerie.

affichel'ange du bizarreL’ange du bizarre. Le romantisme noir de Goya à Max Ernst : l’exposition s’intéresse à la face sombre du romantisme. Peintures, arts graphiques, sculpture, cinéma… plus de 200 oeuvres pour explorer le côté obscur de ce mouvement. Du 5 mars au 9 juin au Musée d’Orsay.

7760081509_l-exposition-eugene-boudin-au-musee-jacquemart-andre-du-22-mars-au-22-juilletEugène Boudin :  le peintre qui s’est particulièrement attaché à rendre compte des changements atmosphériques est un des précurseurs de l’impressionnisme. La première rétrospective parisienne du « roi des ciels » depuis 1899. Du 22 mars au 22 juillet au Musée Jacquemart André.

affiche-ziemJ’ai rêvé le beau, Félix Ziem : ce grand voyageur du XIX° siècle a peint l’Orient et ses merveilles. Une centaine d’oeuvres permet de constater la place du ciel et de l’eau dans sa peinture. Du 14 février au 4 août au Petit Palais.

86208-exposition-marie-laurencin-musee-marmottan-monet-2013Marie-Laurencin :  l’une des femmes peintres les plus célèbres du XX° siècle. 90 oeuvres pour la plupart conservées au Japon sont rassemblées pour mettre en avant son style tout en fraîcheur et rêveries. Du 21 février au 30 juin au Musée Marmottan-Monet.

affiche_chagall_def-8b272Chagall entre guerre et paix : le peintre a traversé le XX° siècle et connu les deux guerres, qui ont bien sûr trouvé une place dans son oeuvre. Une centaine de toiles sont ici réunies autour des thèmes de la guerre et la paix. Du 21 février au 21 juillet au Musée du Luxembourg.

paul-jacoulet-musee-quai-branly-L-jFSv01Un artiste voyageur en Micronésie, l’univers flottant de Paul Jacoulet : cet artiste français a passé la majorité de sa vie au Japon mais a également voyagé en Chine ou en Micronésie. 160 dessins, croquis et estampes retracent son parcours. Du 26 février au 19 mai au Musée du Quai Branly.

thumb-keith-haring---une-exposition-evenement-au-musee-d-art-moderne-7032Keith Haring : Le MAM s’associe au Centquatre pour cette rétrospective de l’artiste américain. Une exposition de grande ampleur pour mettre en avant l’aspect profondément politique de son oeuvre. Du 19 avril au 18 août au Musée d’art moderne.

Centre Pompidou affiche Eileen GrayEileen Gray : entre arts décoratifs et architecture, le travail d’Eileen Gray semble scindé en deux. Cette exposition propose de lire au contraire son oeuvre dans la continuité afin de tenter de mieux le comprendre. du 20 février au 20 mai au Centre Pompidou.

sous-influences_xlSous influences : les oeuvres de cette exposition explorent les relations entre création artistique et psychotropes. Une recherche de transgression et de créativité qui existe depuis la nuit des temps et est ici mise à l’honneur. Du 15 février au 19 mai à La Maison Rouge.

200x150-paciV5Adrian Paci, vies en transit : le travail d’Andrian Paci est fait de tensions, réel/irréel, conflictuel/merveilleux.  Le travail de l’artiste albanais est présenté à travers des oeuvres diverses, aussi bien photos, vidéos, sculptures ou peintures. Du 26 février au 12 mai au Jeu de Paume.200x150-LAGuillotV4

Laure Albin Guillot, l’enjeu classique : cette photographe a marqué de son empreinte le milieu du XX° siècle. Plus de 200 documents – tirages originaux, magazines, documents – lui rendent hommage et nous font découvrir ou redécouvrir son travail. Du 26 février au 12 mai au Jeu de Paume.

img_3033Rodin, la chair, le marbre : Rodin a beaucoup travaillé le marbre, cherchant à donner à la froideur de ce matériau la chaleur de la chair. C’est cet aspect de son travail que cette exposition met avant. Voir ma critique ici. Du 8 juin 2012 au 1° septembre 2013 au Musée Rodin.

214637_tresors-de-la-chine-ancienne-bronzes-rituels-de-la-collection-meiyintangTrésors de la Chine ancienne : cette exposition présente des bronzes archaïques chinois de la collection Meiyintang. Une importante collection de bronzes rituels présentée au public pour la première fois. Du 13 mars au 10 juin au Musée Guimet.

166297_cheveux-cherisCheveux chéris : entre art et ethnologie, la place du cheveu dans la société et ses représentations. Une exposition riche et passionnante à voir absolument ! Voir ma critique ici. Du 18 septembre 2012 au 14 juillet 2013 au Musée du Quai Branly.

209143_fragile-murano-de-la-renaissance-au-xxie-siecle-paris-07Fragile- Murano : les chefs-d’oeuvres des maîtres verriers de Murano, de la Renaissance à aujourd’hui. Deux cents pièces de différentes époques pour retracer l’histoire de ce verre d’exception. Du 27 mars au 28 juillet au Musée Maillol.

89100-exposition-paris-haute-couture-a-lhotel-de-ville-de-parisParis Haute Couture : la ville célèbre pour ses grands couturiers leur consacre une exposition. Des modèles, dessins et photographies pour rendre hommage à cette industrie synonyme de charme et d’élégance. Du 2 mars au 6 juillet à l’Hôtel de Ville.

exposition-monde-enchante-jacques-demy-L-hh5w41Le monde enchanté de Jacques Demy :  des extraits de films, photographies, peintures ou sculptures du cinéaste ou par des artistes qui ont revendiqué son influence. De quoi se replonger dans son univers coloré et musical. Du 10 avril au 4 août à la Cinémathèque.

En espérant que vous trouverez votre bonheur dans cette petite sélection. Bonnes visites !

Rodin, la chair, le marbre

Par défaut

          Rodin est considéré comme l’un des maîtres de cette matière noble qui est le marbre. Il est considéré comme le matériau le plus proche de la chair, la virtuosité de l’artiste se mesure à sa capacité à donner à cette matière froide la souplesse et la chaleur de la chair. L’exposition réunit une cinquantaine de marbres de l’artiste afin de témoigner de la place de celui-ci dans son oeuvre. 

   Paolo et Francesca dans les nuages     La Danaïde, Grand modèle     Mains d'amants

          L’exposition est installée dans la chapelle, ce qui lui confère une très jolie lumière. Elle présente une cinquantaine de marbres ainsi que quelques maquettes en plâtre ou terre cuite. Les marbres sont répartis en deux salles. Sa technique particulière du non finito, reprise ensuite par d’autres artistes, est particulièrement mise en avant. Souvent dévalorisés par la critique, les marbres représentent pourtant un pan important de l’oeuvre du l’artiste. J’ai beaucoup aimé la scénographie de l’exposition, qui met très bien les oeuvres en valeur. En revanche, j’ai trouvé les panneaux explicatifs un peu tristes. S’il y a bien quelques explications, j’ai trouvé dommage qu’il n’y ait pas des précisions sur certaines sculptures par exemples. J’ai été un peu frustrée à la sortie de cette exposition, certes très belle, mais pour laquelle j’ai eu l’impression de manquer peut-être un peu de références pour pouvoir l’apprécier pleinement. Quelques très belles sculptures sont présentées et le musée est des plus agréables, avec un personnel charmant et un jardin où il fait bon flâner par temps ensoleillé. Une bonne idée de sortie.

Rodin au dépôt des marbres à côté de la Main de Dieu

Rodin, la chair, le marbre

Jusqu’au 1° septembre 2013

Musée Rodin

79 rue de Varenne

75007 Paris

Fermé le lundi