Archives de Tag: sorties

20 expos à voir en janvier à Paris

Par défaut

bd_afficheFélix Vallotton, le feu sous la glace : une exposition de taille consacrée à cet artiste inclassable proche des nabis. Des toiles dans des styles variés au traits marqués et aux couleurs franches, pour moi, l’une des plus belles expositions de ces dernières années, malgré un style parfois hésitant, un immense coup de cœur (ma critique ici). Du 02 octobre au 20 janvier au Grand Palais.

affiche_orsay_masculinmasculinMasculin/Masculin, L’homme nu dans l’art de 1800 à nos jours : si le nu féminin est souvent exposé, le nu masculin connaît rarement les mêmes faveurs. Il est ici mis à l’honneur à l’honneur à travers peintures, sculptures et photographies. Une exposition qui m’a déçue mais allez voir par vous-même, mon avis complet par-là. Du 24 septembre au 12 janvier au Musée d’Orsay.

99692-frida-kahlo-et-diego-rivera-au-musee-de-lorangerie-en-2013-2Frida Kahlo / Diego Rivera, l’Art en fusion : cette exposition présente conjointement les œuvres d’un couple mythique de l’histoire de l’art, divorcé mais jamais réellement séparé. L’occasion de confronter leurs deux univers, à la fois très différents et pourtant complémentaires. Du 09 octobre au 13 janvier à l’Orangerie.

La Renaissance et le Rêverenaissance : cette période a donné au rêve une place importante. En effet, pour les savants des XV° et XVI° s., rêver permettait d’échapper à son corps et d’accéder à l’au-delà. Une conception qui a inspiré les artistes dont 80 toiles sur ce thème ont été réunies. Du 9 octobre au 26 janvier au musée du Luxembourg.

285455_desirs-volupte-a-l-epoque-victorienne-paris-08Désir et Volupté à l’époque victorienne : une exposition qui invite à la découverte des grands artistes de l’époque victorienne à travers le culte de la beauté. Du 13 septembre au 20 janvier au Musée Jacquemart-André.

partenariat_pinacotheque-exposLes peintres témoins de leur temps : la Pinacothèque consacre 3 expositions à ce thème qu’elle décline autour d’artistes très différents. Vous pourrez ainsi découvrir Goya et la modernité, La dynastie Brueghel et Chu Teh-Chun. Du 11 octobre au 16 mars à la Pinacothèque.

Jordaens.previewJordaens : l’un des trois grands maîtres de la peinture flamande du XVII° s., avec Van Dyck et Rubens, le moins connu en France pourtant. Cette première grande rétrospective lui étant dédiée met en valeur une œuvre très riche. Une exposition magnifique, à ne pas rater ! Du 19 septembre au 19 janvier au Petit Palais.

exposition-kanak-musee-du-quai-branli-2013-2014-jewandaKanak, l’art est une parole : avec plus de 300 œuvres et documents, le quai Branly propose la plus grande exposition réalisée sur la culture kanak. Une exposition assez riche, dommage que les aspect culturels les plus intéressants ne soient  pas assez mis en avant. Du 15 octobre au 26 janvier au Musée du Quai Branly.

exposition bronze cernuschiBronzes de la Chine impériale : la collection du musée est l’une des plus importantes du monde, avec plus de mille œuvres du X° au XIX° s. Un ensemble très varié montré pour la première fois. Du 20 septembre au 19 janvier au musée Cernuschi.

mg_edition_roman_dune_garde-robeRoman d’une garde-robe : Une garde-robe exceptionnelle des années 30 est proposée par le musée de la mode hors les murs. L’histoire d’une parisienne à la mode à travers ses robes e chapeaux. Du 17 octobre au 16 mars au Musée du Carnavalet.

1925-quand-l-art-deco-seduit-le-monde_xl1925, quand l’Art Déco séduit le monde : le style Art Déco s’est développé entre 1920 et 1940. Il se caractérise par ses formes géométriques qui allient pureté et vivacité. Souvent confondu avec l’Art Nouveau, il réunit des champs artistiques variés et s’est diffusé à l’échelle mondiale. Du 16 octobre au 03 mars à la Cité de l’Architecture et de Patrimoine.

7766693579_l-affiche-de-l-exposition-pixar-a-parisPixar, 25 ans d’animation : pour son ouverture, le musée d’art ludique reçoit l’exposition Pixar. 500 dessins de recherches, études, story-boards, sculptures, mais aussi le fameux zootrope de « Toy Story » permettent de mieux découvrir l’univers des studios. Il y a beaucoup de matière dans cette exposition mais j’ai trouvé dommage qu’il n’y ait aucun texte, les amoureux de Pixar et les enfants l’apprécieront tout de même. Du 16 novembre au 02 mars au Musée d’art Ludique.

Mecanhumanimal-3 Enki Bilal, Mécanhumanimal : la rencontre d’un créateur multimédia et d’une collection scientifique ; un dialogue surprenant autour de plusieurs grands thèmes.  Si vous ne connaissez pas le musée, profitez absolument de la visite guidée gratuite, un vrai régal ! Du 4 juin au 2 mars au musée des Arts et Métiers.

294229_jeux-video-l-expoJeux vidéo l’expo : une exposition pour tout découvrir sur le jeu vidéo, que vous soyez un joueur passionné ou un néophyte. On peut aussi bien y découvrir comment naît un jeu que tout simplement s’y amuser avec des classiques ou des nouveautés. Du 22 octobre au 24 août à la Cité des Sciences.

europunk-afficheEuropunk : la première partie de l’exposition est entièrement consacrée aux Sex Pistols, groupe sans doute le plus emblématique du punk. Viennent ensuite Anarchy, Bazooka, WTF, DIY, New Wave mais aussi une timeline et le collectif de photographes Belle journée en perspective. Du 15 octobre au 19 janvier à la Cité de la Musique.

Pasolini-RomaPasolini Roma : Pasolini et Rome, 25 ans d’une passion houleuse. Source d’inspiration et moteur de création, la ville éternelle est au cœur de son œuvre et c’est à travers elle qu’il témoigne des bouleversements de la société italienne. Du 16 octobre au 26 janvier à la Cinémathèque Française.

afficheLe surréalisme et l’objet : l’adhésion des membres les plus actifs du surréalisme au parti Communiste marquera un tournant dans le mouvement avec l’apparition de « recyclage » d’objets du quotidien. Jeux de mots et des images, le ready-made démystifie l’art. Du 30 octobre au 03 mars au Centre Pompidou.

51724-2Bourdelle intime : à travers une soixantaine de photographies prises par l’artiste lui-même ou par ses proches, l’exposition ouvre une nouvelle perspective sur l’atelier comme lieu de création mais aussi comme lieu de vie. Un témoignage rare qui permet de mieux découvrir le sculpteur. Du 13 novembre au 23 février au Musée Bourdelle.

visuel-affiche-Brassaï-sans-traits-de-coupe-693x1024Brassaï, Pour l’amour de Paris : le photographe était fasciné par Paris qui a été son principal modèle. On retrouve la ville dans toute son œuvre, de jour comme de nuit, par ses habitant, ses quartiers, ses graffitis ou ses objets. L’occasion de découvrir gratuitement le photographe, et la ville à travers lui.

Tzuri GuetaNoces végétales : Tzuri Gueta, artiste textile, est invité au cœur des serres. Il y a effectué un travail à base de silicium où les œuvres viennent sublimer la nature, proposant au visiteur de découvrir le monde végétal avec des yeux nouveaux. Du 21 novembre au 03 février au Muséum national d’Histoire Naturelle.

                                                                                      BONNES VISITES

La mécanique des dessous

Par défaut

          Dessiner la silhouette fait depuis longtemps partie des préoccupations féminines, et, si cela nous semble sans doute moins évident aujourd’hui, les hommes ne sont pas en reste et ne sont pas avares d’artifices pour mettre en avant leur virilité. Du XIV° siècle à nos jours, l’exposition explore les mécanismes qui ont contraint les corps pour répondre aux modes et modeler le « corps parfait ».

4f8a98fa1a5446e1f8b1374abe1a87ec

©Patricia Canino

          Je ne suis une accro à la mode, on peut même dire que je n’y connais franchement rien, mais le thème de cette exposition m’intéressait beaucoup. J’ai toujours été fascinée par les crinolines, corsets et autres objets de tortures qui dessinent des silhouettes ubuesques et contraignent le corps dans des positions qui permettent à peine de respirer. Combien de ces tenues sont faites uniquement pour parader et empêchent à peu près tout mouvement ? Et pourtant, quelque part, je ne peux m’empêcher d’y trouver une certaine forme de beauté. On voit toujours les jolies robes, leurs décolletés, leurs hanches démesurées et leurs tailles si fines mais en dehors du corset, connaît-on si bien ce qui se cache dessous ? C’était l’occasion de le découvrir et de voir les évolution à travers les âges, un parcours instructif et passionnant.

cb407bea5e2fcc531c0be1756cd7246e

©Sylvain Norget

         L’exposition est construite chronologiquement ce qui permet de bien comprendre la manière dont s’est construite la silhouette au fil des siècles. Les panneaux explicatifs sont très  bien conçus avec à la fois pour chaque vitrine un présentation assez vaste du contexte, et d’autres, plus brèves, de l’utilité de chaque pièce. Il y a également des montages multimédias avec différentes représentations picturales qui montrent des effets donnés par chaque sous-vêtement et qui animent le parcours. La lumière est tamisée et met en avant les pièces exposées, qui ainsi nues sous l’éclairage dévoilent des formes pures semblables à des squelettes abandonnés. A la fin un espace est aménagé où il est possible d’essayer crinolines et autres corsets. Sans doute plus destinée aux férus d’histoire qu’aux adeptes du shopping , une exposition instructive, fascinante et ludique que je vous recommande. 

684d73e7735a8d4b51414690f7345114

La mécanique des dessous, une histoire indiscrète de la silhouette

Musée des Arts Décoratifs

107 rue de Rivoli, 75001 Paris

Du mardi au dimanche 11h-18h, nocturne jusqu’à 21h le jeudi pour les expositions

9,5€

Félix Ziem – J’ai rêvé le beau, au Petit Palais

Par défaut

          Félix Ziem a peint l’Orient et les Mille et une nuits mais ce sont surtout ses peintures de Venise qui l’ont rendu célèbre. Un voyageur à la longue carrière qui a tenu une place à part dans la peinture du XIX° siècle. Une peinture entre ciel et eau inondée de lumière.

affiche-ziem-698x1024

          Je ne connaissais absolument pas Félix Ziem et quand j’ai vu que le Petit Palais lui consacrait une exposition, j’ai été très étonnée de constater qu’il s’agissait d’un peintre du XIX°. C’est ensuite le style entraperçu à travers l’affiche et la description faite sur le site du musée qui m’a surprise et m’a réellement donnée envie d’en savoir plus sur ce peintre dont j’ignorais tout. Quand j’ai essayé d’y aller la première fois, j’ai eu la bonne idée de me pointer le jour de fermeture et, comme souvent en ce moment, j’ai finalement attendu le tout dernier moment pour m’y rendre. Et je le regrette franchement car j’aurais aimé pouvoir y retourner et la voir une seconde fois tant au premier coup d’œil je suis tombée amoureuse du coup de pinceau de Félix Ziem ! Il y a même un tableau que j’aurais bien embarqué pour l’accrocher dans mon salon, mais bon, on peut toujours rêver…

ziem_p10

          Félix Ziem est né en 1821 à Beaune. Il entre aux Beaux-Arts de Dijon en section architecture en 1837. Il est rapidement exclu de l’école et part pour Marseille où il pratique le dessin et l’aquarelle et ouvre rapidement son atelier. En 1841 il qui Marseille pour Nice et en 1843, il séjourne pour la première fois en Russie. Il est alors pris d’une passion pour les voyages qui ne le quittera plus. Il partagera plus tard son temps entre sa maison de la butte Montmartre, le Sud et ses voyages, notamment Venise, ce qu’on retrouve dans les thèmes de ses peintures. Ses œuvres seront présentées au Salon de 1850 à 1868 et très vite les acheteurs s’arrachent ses toiles qui après 1970 atteignent des prix élevés. Il a connu de son vivant une véritable réussite commerciale. Près de la moitié des peintures vendues représentaient Venise. En 1901, Félix Ziem est nommé peintre officiel de la Marine. C’est vers cette époque que sa production jusqu’alors très fournie va commencer à ralentir en raison de crises de rhumatismes. Il s’est éteint en 1911 à l’âge de 90 ans. Il est enterré au Père Lachaise et une copie du Lion de Saint Marc est placé sur sa tombe. Actif de 1845 à 1910, Félix Ziem a laissé derrière lui plus de 10 000 dessins et de 6 000 peintures.

209079_felix-ziem-j-ai-reve-le-beau-peintures-et-aquarelles-paris-08

         Un coucher de soleil sur la lagune avec un voilier au premier plan, voilà sans doute ce qui représente le mieux la peinture de Félix Ziem. Mais ce serait réducteur de la résumer à cela. Si la vue de la lagune a connu un réel succès et est très largement représentée, l’horizon du peintre ne se limite pas à si peu et on trouve également des toiles représentant le Sud de la France, Paris ou l’Orient. En revanche, c’est un peintre de paysage, la nature représente la quasi-totalité de son oeuvre à travers deux grands axes : la mer (et notamment les navires) et l’Orient. Si la peinture à l’huile prédomine, au début de sa carrière Félix Ziem a également réalisé quelques aquarelles et les dessins issus de ses carnets de voyages sont également exposés. Ses premières toiles sont assez classiques mais on note peu à peu un travail très intéressant sur la lumière. Félix Ziem peint beaucoup de paysages où la présence du ciel et de l’eau prédomine, permettant ainsi un jeu de reflets. Il choisit souvent de peindre l’aube, le crépuscule ou les cieux orageux afin de rendre ces lumières particulières et parfois un eu irréelles dans ses tableaux aux couleurs chatoyantes. Une exposition magnifique où j’ai passé beaucoup de temps à découvrir le peintre et ses toiles colorées et lumineuses qui m’ont laissée sous le charme. Je n’ai qu’un regret, ne pas avoir pu y revenir. 

galerie_de_souzy_le_quai_des_esclavons_12405600473405

Il n’est pas toujours nécessaire pour voyager, de monter en wagon, ou de prendre le bateau à vapeur, et la preuve en est que nous venons sans quitter notre fauteuil, de revoir Venise, Marseille, la Méditerranée, Barbizon, la Hollande, et même un coin d’Egypte.

Théophile Gauthier

Que fait-on cet été à Paris ?

Par défaut

          Vous vivez à Paris, vous n’avez pas de vacances et vous vous demandez comment occuper votre week-end ? Vous n’êtes pas le (/la ?) seul(e) ! Voici quelques pistes pour vous occuper et donner un air de fête à ce qui aurait pu être un banal été dans la capitale. Allez, on chausse ses tong et on décolle de son canap’ !

          Pour commencer je vous propose un peu de musique avec le festival Sin Fronteras au Cabaret Sauvage : au programme cette année, Inde, Cuba, USA, Tziganie et Jamaïque. Il y en a pour tous les goûts ! Comptez 10 à 15€ l’entrée. Du soleil plein la tête jusqu’au 31 juillet. Pour les danseurs, on ne présente plus les quais de Seine et leurs incontournables soirées salsa. Depuis plus de 10 ans, les amateurs de danses latines se donnent rendez-vous les soirs d’été Quai Saint-Bernard, devant l’Institut du Monde Arabe. Vous avez envie de vous dégourdir les jambes ? N’hésitez pas à aller jeter un œil aux horaires, vous y ferez surement de belles rencontres.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

          L’été, les cinémas de plein air fleurissent. Quoi de plus agréable quand il fait chaud que de profiter d’un bon film sous les étoiles ? En plus c’est gratuit, ce serait bien dommage de s’en priver ! La mairie du 11° propose 5 projections le vendredi soir durant l’été. Ciné Quartier 13 reprend du service les samedi soirs de juillet/août autour du thème de la mémoire. Autre grand rendez-vous de l’été, le Cinéma en plein air au Parc de la Villette, vous pouvez en profiter du 24 juillet au 28 août. Le Batofar fait également son cinéma du 1° au 15 août à 22h. Sans oublier Cinéma au clair de Lune, qui propose du 1° au 11 août des projection dans des lieux mythiques de la ville.

          Pourquoi ne pas faire un peu de sport ? Certaines piscines parisiennes sont découvertes en été et permettent de nager au soleil, d’autres sont pourvues d’un solarium, la liste est à découvrir sur le site de la mairie de Paris. Plus ludique, avec ses nombreux toboggans et divers bassins, le parc aquatique Aquaboulevard où aller s’amuser en famille ou entre amis. Plus original en plein cœur de Paris, le Parc floral propose des parcours accrobranches, une activité surprenante les plus aventureux ! On se retrouve bientôt pour les expos de l’été et une manière originale de découvrir Paris.

Bon été à tous ! 

Ca sent l’été à la capitale

Par défaut

          Météo France nous prédit la canicule pour le début de la semaine prochaine et en effet, ça commence à sentir bon l’été jusqu’à Paris où l’année fut pourtant bien morose. Voilà maintenant deux semaine que le ciel est bleu et la température idéale : on croit rêver ! J’en profite donc pour vous signaler que Paris plage ouvrira ses portes demain (pour les non-parisiens, des initiative similaires existent dans d’autres villes, sans compter qu’il y a des chanceux qui ont de vraies plages, eux).

          Comme tous les étés, le Châteaux de Versailles propose de grandes eaux nocturnes de toute beauté que je vous recommande chaudement (voir l’article que je leur avait consacré ici) ! Le jardin d’été du Musée du Quai Branly propose des animations gratuites comme des lectures ou des séances de sport. Pour les amateurs de fête foraine, c’est bien sûr la fête des loges qu’il ne faut pas manquer ! Découvrez également de la danse, de la musique, ou du cirque avec Paris quartier d’été. Plein d’idées pour occuper votre week-end ! La suite la semaine prochaine…