José Carlos SOMOZA, Clara et la pénombre

Par défaut

Attention ! Attention ! Lecture absolument essentielle !

          Nous sommes en 2006 et depuis la fin de la seconde guerre mondiale, l’art tel que nous le connaissons disparaît peu à peu pour faire place à l’hyperdramatisme : les toiles qui s’exposent sont des êtres humains. Quand une des oeuvres les plus célèbres du grand artiste Bruno Van Tysch est détruite, une question se pose : le drame tient-il plus à la disparition d’un objet de valeur ou à l’assassinat de l’adolescente qui lui servait de support ? Les êtres humains peuvent-ils être traités comme des objets ? L’art peut-il valoir plus qu’une vie humaine ? Et la jeune Clara Reyes, toile si prometteuse, serait-elle prête à donner sa vie pour créer une oeuvre immortelle ?

         Ce livre est extrêmement perturbant. Le lisant dans le cadre d’un cours d’esthétique, je m’attendais à une sorte de traité sur l’art légèrement romancé, en clair, à un truc chiant. Finalement, dès les premières pages, je me suis trouvée face à une réalité parallèle, sorte d’oeuvre de science-fiction, très troublante. La fluidité de l’écriture m’a plu d’emblée mais ce léger décalage avec notre réalité m’a mise mal à l’aise.Pendant de nombreuses, très nombreuses pages, je n’ai pu décider si j’aimais ou non ce livre. Et puis, peu à peu, on bascule dans le roman policier : un premier meurtre, une enquête, un second meurtre, l’étau qui se resserre… On découvre aussi l’héroïne, attachante, dont on se demande quel lien elle peut bien avoir avec tout ça. Le suspense monte, jusqu’à devenir insoutenable, et on ne peut plus lâcher le livre.

          Si les premières pages sont un peu difficiles, la suite mérite largement ce petit effort. J’ai rarement été autant happée par un livre. Un passage m’a tellement surprise que j’ai passé 10 minutes la bouche grande ouverte dans le métro, choquée par ce qui venait d’arriver. Que les détracteurs du roman policier lisent celui-là ! Car oui, il s’agit bien d’une trame policière classique, mais sur laquelle viennent se greffer des considérations esthétiques passionnantes. A la fois roman d’anticipation, roman policier et traité esthétique, ce livre ne ressemble à aucun autre ! Je ne suis pas du tout calée en art ni en philosophie et si je ne suis pas sure d’avoir toujours bien compris le fond du propos, j’ai trouvé les réflexions de l’auteur extrêmement intéressantes. Notons toutefois que si ce livre est absolument exceptionnel, il n’est pas à la portée de tous : à la fois long et très dense, il s’adresse plutôt aux lecteurs aguerris.

           Je ne saurais dire à quel point cette lecture a été intense, comment vous donner envie d’ouvrir vous aussi ce livre. Il y a des ouvrages qui marquent le vécu d’un lecteur. Pour moi, il y a eu le Seigneur des anneaux à 11 ans, mon premier « livre de grands », qui m’a fait découvrir qu’on pouvait créer un monde avec des mots. Puis Les démons de Dostoïesvki, qui m’ont ouvert de nouveaux horizons, me faisant découvrir les merveilleuses fresques de la littérature russe. Je pense que Clara à son tour fera partie de ces lectures marquantes, même s’il est bien trop tôt aujourd’hui pour savoir dans quelle mesure. Une lecture qui me semble essentielle. Un sentiment d’angoisse en pensant que j’aurais pu (que j’aurais dû même sans doute) ne jamais ouvrir ce livre. En littérature comme ailleurs, les chefs-d’oeuvres sont rares, ce livre en est un.

Etait-il possible qu’une oeuvre se retouchât elle-même après le décès de son créateur ? Et si oui, devait-on considérer le résultat comme une oeuvre posthume ou comme une falsification ? Etranges questions.

_______________

Il faut de temps en temps affronter ce que nous n’aimons pas. Ce que nous n’aimons pas est comme un ami honnête : il nous offense en nous disant la vérité.

_______________

Vous et moi ne nous connaissons pas, mais nous nous sommes déjà fait une idée l’un de l’autre. Vous ne vous connaissez pas vous-même, mais vous vous êtes déjà fait une idée de vous.

_______________

Du moins avait-il réussi à se pendre correctement : le noeud de cravate était parfait.

"

    • Ah contente de t’avoir convaincue ! C’est très très long à lire, ça peut décourager, et c’est très étrange aussi. Je pense que si je n’avais pas été obligée par la fac, je n’aurais pas eu le courage de me lancer dans l’aventure. C’aurait été un immense tort, ce livre m’a totalement bluffée ! Ca ne ressemble à rien de connu. J’ai adoré, je pense courir vite à la librairie acheter les autres livres de l’auteur.

    • Oui !!! Il m’a fallu du temps pour rentrer dans l’histoire. Ca ne se lit pas tout seul. Mais une fois que tu es habitué à ce truc bizarre de tableaux vivants, c’est vraiment bien. C’est pas un livre facile, mais franchement, ça vaut le coup ! Je pouvais plus le lacher tellement j’avais envie de savoir ce qui allait se passer. Un des meilleurs livres que j’aie lu.

  1. Très intriguée. A la fois par le sujet (je fais partie de ces gens qui lisent peu ou pas de policiers), par ton enthousiasme très communicatif. Je note ce livre.

    • A vrai dire, ce n’est pas du tout classé en polar, c’est moi qui trouve que ça en est un, et un très bon même. Mais à l’intrigue policière n’est pas tout à fait au centre de l’histoire, c’est plutôt l’Art qui est au coeur du sujet. Ca fait partie des livres inclassables et c’est ce qui fait son charme.

  2. Ma mère l’a acheté l’année dernière au Salon du livre et elle me l’a laissé en prêt dernièrement. Malheureusement, je ne l’ai pas encore lu et ton article me fait regretter de ne pas mettre jeter dessus !!

    • Elle l’avait aimé ? J’avoue que moi non plus je ne me suis pas franchement jetée dessus. J’y suis même allée à reculons… Mais au final, c’a été une découverte exceptionnelle.

      • Elle l’a commencé mais elle s’est très vite arrêtée ; c’est peut-être pour cela que je repousse sa lecture…

      • Le début est assez difficile. Si je n’avais pas étée obligée par la fac, je me demande si je n’aurais pas abandonné aussi.

  3. Ce soir j’ai parlé de ce livre à de amis. J’essayais de leur expliquer qu’il s’agit d’un polard qui remet en question l’art. Un livre qui est en train de m’étonner sans cesse. Merci pou votre commentaire, je reprends intégralement vos mots. Il ne faut pas rater Clara et le pénombre.

  4. Pingback: Top ten tuesday (2) | Madimado's Blog

  5. Pingback: Top ten tuesday (17/10) « Madimado's Blog

  6. Pingback: Top ten tuesday (19/06) « Madimado's Blog

  7. Pingback: Top ten tuesday « Madimado's Blog

  8. Pingback: Sunshine blogger award | Madimado's Blog

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.