Les Sauvages, la géniale fresque de Sabri Louatah

Par défaut

          « L’avenir, c’est maintenant » , c’est ce que promet le favori à la présidentielle à des millions de français. Pour la première fois, un homme issu de l’immigration pourrait diriger le pays. Un vrai bouleversement dans la vie politique. Pendant ce temps, à Saint-Etienne, la famille Nerrouche prépare un mariage. Deux histoires qui vont entrer en collision.

          A Noël dernier on m’a offert les 3 premiers tomes de cette série (les seuls sortis pour le moment). J’ai lu le premier presque immédiatement mais je ne sais pour quelle obscure raison, j’ai complètement oublié de vous en parler. Une fois le troisième tome refermé, je peux corriger cette terrible erreur. Les Sauvages, c’est une grande fresque sociale et politique conçue comme une série télé : une myriade de personnages, des rebondissements à revendre et une histoire forte pour cimenter tout ça. On suit les joies et les déboires (surtout les déboires) de la famille Nerrouche, des immigrés qui vivent paisiblement dans un quartier calme de Grenoble. En même temps, le pays vit un moment majeur de son histoire avec la possible élection à la tête de l’état du premier président arabe.

sauvages_sabri_louatah (1)

          Dès les premières pages, j’ai a-do-ré ce roman. L’écriture est nerveuse et fluide à la fois et on se laisse prendre au jeu de cette histoire à tiroirs. Les personnages sont tantôt touchants, tantôt agaçants, recréant au mieux une famille réelle. J’ai beaucoup aimé cette idée de politique-fiction où le paysage politique français serait bouleversé. Mais ce n’est pas là le seul aspect passionnant de ce texte qui est aussi roman d’aventure et fresque familiale avec quelques aspects tirant sur le polar. De plus, l’écriture n’est pas dénuée d’une certaine ironie tout à fait délectable. Les personnages sont hauts en couleurs et j’ai pris beaucoup de plaisir à suivre leurs mésaventures. Le premier tome de cette série m’a rendue totalement accro !

9782081282957

          Le deuxième tome m’a paru légèrement en deçà du premier, mais l’effet de surprise n’y était plus. Je l’ai toutefois dévoré, tout comme le premier. J’ai aimé retrouver cette foule de personnages attachants et suivre la suite de leurs aventures. Peut-être étais-je mieux lunée en m’attaquant au troisième et dernier tome paru car il m’a semblé meilleur que le précédent, renouant avec une plume plus acérée et une histoire plus rythmée. En avançant dans l’histoire, les tomes se font plus longs, ça me donne toujours un peu l’impression d’une écriture moins travaillée. Il faut dire aussi que les auteurs ont tout le temps qu’ils souhaitent pour écrire un premier tome alors qu’une certaine pression arrive avec le succès et la nécessité de rendre la suite rapidement pour ne pas faire attendre les lecteurs. Il en résulte souvent une légère baisse de qualité qui se ressent surtout au niveau de la concision, avec des textes un peu moins retravaillés et par là-même moins mordants. C’est à la fois tout à fait compréhensible et un peu dommage. Mais on est déjà tellement conquis dès le premier tome qu’il faut admettre qu’on n’y prête guère attention.

1403

          Bien que l’effet de surprise s’estompe et que le style se fasse un peu moins nerveux après le premier tome, on ne peut plus lâcher cette série une fois qu’on l’a commencée. On y retrouve vraiment le côté série télé que voulait lui donner son auteur. On aime la variété des personnages (même si on s’y perd un peu au début, on s’y retrouve vite), les rebondissements à répétition et le suspens quant au sort qui attend chacun. Cette série est très riche et offre le portrait d’une France nouvelle hyper crédible. Un mélange de réalisme et de fiction qui enchante. J’ai lu chacun de ces titres plus vite que le précédent. Je n’ai plus qu’une hâte, que le quatrième sorte en librairies. Initialement prévu pour la rentrée, il a été reporté à une date indéterminée. Une série aux multiples facettes qui ne ressemble à aucune autre et rend accro. Avec son premier essai, le jeune Sabri Louatah signe un coup de maître.

sabri_louatah1

Krim ne savait jamais comment réagir aux grandes déclarations. Sa mère en faisait souvent elle aussi, avec ces mêmes grands yeux dilatés qui essayaient de vous convaincre qu’on faisait tous partie du même grand chou-fleur de l’espèce humaine.

_______________

Au fin fond de chaque être humain il y avait un réservoir aussi vaste et lumineux qu’un ciel ouvert. Une source vive dont on avait soi-même verrouillé l’accès. C’était ce verrou qui devait sauter. Il fallait s’attacher à ça, à des trésors que personne ne pouvait nous confisquer.

________________

Croyez-moi, il y a quelque chose de sacré dans la civilisation française. L’énergie nationale… est irriguée par un courant mystique intarissable, par une colère sainte, qui prend sa source dans le fond des âges. Cette colère, vous la verrez se déchaîner dans les jours qui viennent, et vos « preuves » seront aussi utiles qu’un carnet de chèques au milieu du désert de Gobi.

"

  1. Pingback: Bilan 2014 | Madimado's Blog

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s