Archives de Tag: sida

Ma vie avec Liberace

Par défaut

Drame, biopic américain de Steven Soderberg avec Michael Douglas, Matt Damon, Dan Aykroyd

Affiche-Ma-Vie-avec-Liberace-Behind-The-Candelabra-french-poster-Michael-Douglas-Matt-Damon-Steven-Soderbergh

          Liberace, pianiste virtuose et artiste exubérant qui affectionne les plateaux télé et cultive la démesure. En 1977, il rencontre Scott, un beau jeune homme avec qui il entame une liaison secrète qui va durer cinq ans. Récit d’une relation passionnée et orageuse.

ma-vie-avec-liberace_scaledown_450

          J’attendais beaucoup de ce film qui est annoncé comme le dernier de Steven Soderbergh, réalisateur peut-être un peu inégal mais capable de très belles choses. Le duo d’acteurs était également des plus alléchant. Enfin, le film n’ayant pas trouvé de distributeur en raison de son sujet, n’est pas sorti en salle aux Etats-Unis, ça ne pouvait donc que m’intriguer. Plein de bonnes raisons donc d’aller voir de quoi il retournait, d’autant plus que les critiques étaient élogieuses. Pourtant, je suis ressortie assez mitigée et, alors que je l’ai vu il y a déjà un certain temps, j’ai encore un peu de mal à me faire un avis sur ce film.

Michael-Douglas-Matt-Damon-Ma-vie-avec-Liberace-Behind-the-Candelabra-movie-film-Steven-Soderbergh

          Je dois avouer que j’ai été un peu déçue, comme souvent quand j’en attends beaucoup. Toutefois, les points positifs ne manquent pas. Je ne connaissais pas le personnage de Liberace et je dois admettre qu’il a un côté fascinant et torturé à la fois. Quant aux deux acteurs, ils sont largement à la hauteur de ce que l’on est en mesure d’attendre d’eux. Mickael Douglas livre ici une très belle prestation pour son retour à l’écran et Matt Damon est tout simplement éblouissant dans ce rôle. Ils nous offrent quelques beaux moments d’émotion. En revanche, je ne m’attendais pas à une histoire aussi sombre mais à quelque chose d’à la fois plus subversif et plus enlevé, ce qui m’a manqué pour réellement apprécier ce film qui m’a toutefois fait passer un bon moment en compagnie de ces deux acteurs d’exception. 

Cargo vie – Pascal de Duve

Par défaut

          En 1992, Pascal de Duve se sait atteint du sida. La maladie est déclarée et il ne lui reste que quelques mois à vivre. Il décide alors de faire un dernier voyage et s’embarque sur un cargo pour traverser l’Atlantique dans les deux sens. Il nous livre son journal, carnet de bord aussi bien de sa traversée que de la maladie. Un véritable hymne à la vie.

cargo-vie-1023352

        Il y avait longtemps que je voulais lire ce texte. Comme certains le savent déjà, j’ai écrit un mémoire sur Hervé Guibert et son rapport à la maladie. Dans les nombreux ouvrages consacrés à la littérature sur le sida, le nom de Pascal de Duve revient souvent et les extraits que j’en avais lu me semblaient très prometteurs. Je n’ai pas pu me procurer le livre à temps pour l’intégrer à mon travail mais je comptais bien le lire un jour où l’autre et j’ai été ravie quand je l’ai enfin trouvé. Je me suis vite lancée dans cette lecture que j’attendais depuis si longtemps ! Bien qu’en ayant beaucoup entendu parler, j’ai été surprise par la forme, ne sachant pas qu’il s’agissait d’un journal. Il  se présente en courts paragraphes qui se succèdent parfois sans lien direct, au fil de la pensée. Une spontanéité qui donne des choses très intéressantes.

          Ce texte est une vraie merveille. Pascal de Duve nous livre ses Lire la suite

Jo, Derib

Par défaut

          Jo est une BD de prévention sur le sida. Elle s’adresse aux adolescents afin de mettre à mal les préjugés sur la maladie et expliquer sans démagogie les modes de transmission, les moyens de se protéger et la manière dont évolue la maladie. Un moyen original de traiter un sujet difficile et encore largement tabou.

          Je ne sais trop comment parler de cette bande-dessinée. A première vue, ni les dessins, ni le sujet ne m’inspiraient des masses. Je lai d’ailleurs longuement laissée trainer dans ma bibliothèque avant de m’y attaquer. Finalement, bien que j’ai eu un peu de mal à rentrer dans l’histoire, elle s’est avérée plus intéressante et plus subtile que ce que je pensais. J’y ai retrouvé beaucoup de réflexions propres à la littérature sur la sida. On échappe au pathos par une mise en avant de l’envie de vivre pleinement ses derniers instants qui peut accompagner la découverte de la maladie. A travers des thèmes tels que l’amour, la famille ou la drogue, le texte s’inscrit pleinement dans l’univers adolescent et en aborde les principales facettes.

          J’ai moins aimé la façon très romantique dont est traitée l’histoire. J’ai trouvé ça presque simpliste par moments, les personnages auraient mérité plus de nuance et de profondeur. Toutefois, même si cela m’a gênée, le texte fonctionne plutôt bien et me semble tout à fait adapté à son public. Un mode de prévention moins agressif et plus subtil que ceux auxquels on est habitués. Une initiative intéressante et réussie.

La littérature et le sida

Par défaut

          Comme promis, voici une première page thématique. Pour la première, je ne vais pas faire dans l’originalité mais reprendre le thème qui a marqué mon année 2011 : la littérature et le sida. Je sais, on va encore me dire que c’est déprimant mais pas du tout ! La littérature sur le sida est étonnamment optimiste. L’occasion de revenir un peu sur les livres qui ont marqué mon année et de clôturer ainsi ce travail.

          La littérature sur le sida est née au début des années 90, au moment où la maladie s’est transformée en véritable pandémie et a décimé le milieu homosexuel. C’est aussi à cette époque que des chercheurs français identifient le virus, lui donnent un nom, et que les premiers traitements font leur apparition. Cette maladie, dont on sait alors très peu de choses, crée un véritable vent de panique et est à la naissance d’une forte création artistique. La littérature a voulu dire cette impuissance face à un fléau méconnu. Hervé Guibert fut un des premiers à oser avouer qu’il en était atteint et a placé la maladie au centre de son oeuvre. À l’ami qui ne pas sauvé la vie retrace l’annonce de la maladie et décrit aussi bien les symptômes physiques que la douleur psychologique. Étrangement, il apparaît que si la maladie et la mort certaine qu’elle entraîne fait bien sûr peur, elle est aussi accueillie comme une incitation à profiter d’autant plus du temps qu’il reste pour parachever son oeuvre. Une idée qu’on retrouvera chez bien d’autres artistes. Le protocole compassionnel est la suite du premier et se centre plus sur le traitement, les espoirs, la vie avec la maladie. Deux livres forts, non dénués d’humour, où la maladie apparaît avant tout comme le meilleur des sujets.

          Autre très beau livre, Ce sont amis que vent emporte d’Yves Navarre. Ici la maladie est presque secondaire, elle s’efface devant une fabuleuse histoire d’amour entre deux hommes en phase terminale du sida. Un texte très émouvant et totalement dénué du pathos qu’on pourrait attendre dans ce type de sujet. Un livre que je classe sans hésiter parmi les beaux qu’il m’ait été donné de lire. Plus surprenant encore, un livre drôle. Oui oui, un livre sur le sida qui nous fait rire (jaune, certes, mais tout de même !). Air conditionné est un roman contemporain qui se passe dans la milieu de l’édition. Un homme vient de perdre son compagnon du sida et veut lutter contre l’exclusion qu’il a vécu. Une dénonciation à la fois de la manière dont la société traite ses malades mais aussi et surtout du terrible milieu de l’édition. Le cynisme dont fait preuve l’auteur m’a ravie.

          Inclassable, Alexandre Bergamini avec Sang damné. Un livre d’une grande complexité et d’une rare maîtrise. L’auteur mêle autobiographie, poésie, extraits d’articles ou de procès verbaux. C’est extrêmement bien écrit, on se laisse totalement porter par la force de cette écriture. Un texte très personnel et pour le moins original. On  retrouve une fascination pour la maladie qu’on pouvait déjà voir chez Hervé Guibert. Un texte déroutant qui met à mal bien des préjugés. Il permet également d’informer sur l’avancée des traitement et la vie d’un séropositif aujourd’hui. Une dédramatisation qui peut surprendre. Un texte un peu difficile sans doute mais qui mérite le détour, pour un livre qui peut se comparer aux plus grands.

          Voilà pour mes coups de coeur. Il y a d’autres livres qui m’ont moins convaincue. Parmi eux Les quartiers d’hiver de Jean-Noël Pancrazi, qui a reçu le prix Médicis. Ecrit au début des années 90, il retrace l’histoire d’un homme dont les amis meurent les uns après les autres du sida. Un texte tout en retenu que j’ai trouvé un peu ampoulé. Dans un tout autre genre, un témoignage, celui de Barbara Samson, On n’est pas sérieux quand on a 17 ans. Le récit d’une écervelée inconsciente qui se victimise à souhait. Un livre qui a cependant beaucoup ému et semble continuer aujourd’hui. Enfin, un livre que j’ai aimé mais dans lequel le sida me semble très en retrait par rapport à l’histoire d’amitié qui constitue le fil conducteur de l’histoire, Kyoko, de Ryû Murakami.

          En définitive, le sida en littérature est souvent un prétexte à l’écriture. Les autobiographies ont souvent tendance à se pencher sur l’aspect médical, ce qui leur donne un aspect informatif. Mais ce sont aussi dans ces textes personnels qui offrent des approches de la maladie souvent surprenantes. On imagine la détresse que doit être l’annonce d’une mort certaine et pourtant, beaucoup de ces auteurs transforment la maladie en « chance ». Elle permet de découvrir des horizons nouveaux, de se dépasser tant qu’il est encore temps. L’écriture devient un exutoire. Etonnamment, ce qui ressort de cette proximité de la mort, c’est avant tout la fureur de vivre.

          Bien sûr cette liste n’est pas exhaustive, je suis loin d’avoir tout lu sur le sujet. Des ouvrages critiques sont également parus sur cette littérature un peu particulière. Le cinéma c’est aussi penché sur le sujet. Je suis plus ignorante encore sur la question. Toutefois, je peux vous signaler le documentaire d’Hervé Guibert, La pudeur ou l’impudeur. Un film extrêmement poignant. Les images sont souvent insoutenables. A ne regarder que si vous n’êtes vraiment pas impressionnable. Côté fiction, le plus connu est Les nuits fauves de de Cyril Collard, que je n’ai malheureusement toujours pas vu. Je pense que le seul film que j’ai sur le sujet est Les témoins d’André Téchiné que j’avais plutôt aimé. J’y avais trouvé quelques longueurs me semble-t-il mais c’est un film qui m’a tout de même marquée.

          Le mois prochain, c’est promis, je choisirai un sujet plus porteur. En attendant, j’espère que vous partirez à la découverte de quelques uns de ces auteurs qui ont illuminé mon année.

Hervé Guibert : 20 ans

Par défaut

          Il y a tout juste 20 ans, le 27 décembre 1991, s’éteignait Hervé Guibert. En phase terminale du sida, il est mort quelques jours après une tentative de suicide. Le grand public le connaît pour ses textes sur la maladie, la critique littéraire pour son travail sur l’autofiction. Un artiste qui a connu un succès fulgurant avec le livre révélant qu’il était atteint du sida : À l’ami qui ne m’a pas sauvé la vie. 

          Les habitués de ce blog le savent, j’ai travaillé cette année sur son oeuvre, il a donc été l’objet ici même de nombreux articles. Les voici aujourd’hui réunis, en espérant que certains vous donneront envie de découvrir ou redécouvrir son oeuvre.

          À l’ami qui ne m’a pas sauvé la vie, Le protocole compassionnel et L’homme au chapeau rouge. La « trilogie sida ». L’auteur y raconte son combat contre la maladie à travers une incroyable volonté de continuer à écrire, jusqu’au bout.

           Mais aussi des textes moins connus. Parmi eux, son premier, La mort propagande, un texte extrêmement subversif ; et deux de ses derniers, Mon valet et moi, un roman burlesque et Cytomégalovirus, son journal d’hospitalisation. Je me rends compte au passage que j’ai totalement oublié de faire un article sur le journal de l’auteur, Le mausolée des amants et sur de ses textes que j’aime le plus, Fou de Vincent. Oublis honteux que je compte bien réparer.

          Enfin des articles autour d’Hervé Guibert avec des livres parus à l’occasion de l’exposition de ses photos à la MEP, Hervé Guibert, une leçon de photographie et Hervé et le numéro de La revue littéraire qui lui est consacré. Enfin, un très bon article paru sur le blog de Paris à l’air libre. 20 ans près, un auteur qui fascine encore.