Cinéma

Detachment, de Tony KAYE

          Drame américain de Tony Kaye avec Adrian Brody, Marcia Gay Harden, James Caan.

          L’histoire d’un professeur remplaçant qui arrive dans un nouveau lycée, avec de nouveaux monstres à supporter pendant un mois. Des adolescents difficiles, parfois violents et souvent profondément malheureux. Il fait de son mieux pour les aider et les intéresser à la littérature classique, sans pour autant se faire beaucoup d’illusions. C’est d’autant plus compliqué qu’il a lui-même une vie un peu chaotique. Au fond n’est-il pas aussi paumé que ceux qu’il essaie de sauver ?

          Autant le dire de suite : LE chef-d’oeuvre de ce début d’année. Ce film est magnifique, profond, bouleversant. La critique lui a reproché un trop grand idéalisme. Certes, le personnage principal est un homme bien comme il n’en existe (presque) que dans les films (oui, je veux croire qu’il existe aussi des hommes bien pour de vrai) mais il est suffisamment désabusé et torturé pour être crédible. Quand on connaît mon peu de complaisance avec les histoires larmoyantes, je crois qu’on peut raisonnablement supposer que si je n’y ai pas vu de mièvrerie c’est qu’elle doit être très bien cachée… ou que le critique était amer face à la perfection d’Adrian Brody, au choix.

          Parce que oui, Brody est exceptionnel. On a dit que c’était son meilleur rôle depuis Le pianiste, eh bien oui ! Le rôle est magnifique et il est parfait dedans. Son interprétation est d’une intensité rare. Cet homme est incroyable, j’étais déjà sous le charme mais là je suis totalement bouche-bée devant un tel talent. J’ai trouvé cette histoire très sensible. Les questions posées sont universelles et il n’y a pas de volonté d’imposer de réponses préfabriquées, simplement d’ouvrir à la réflexion. La mise en scène est très réussie, originale et inventive. A vrai dire je n’ai rien à reprocher à ce film (j’ai juste noté une incohérence dans une scène, histoire de chipoter un peu) : on frôle la perfection. J’ai été au bord des larmes du début à la fin, pas que ce soit particulièrement triste ou larmoyant mais c’est poignant. Ca m’a un peu rappelé un film sorti il y a quelques années, Half Nelson, en mieux encore. Un film bouleversant qui aurait mérité qu’on en parle plus et mieux.

12 commentaires sur “Detachment, de Tony KAYE

  1. Deuxième article sur ce film qui me donne très très envie de le voir. Il faut absolument qu’il passe dans un cinéma près de chez moi ! Et avant de lire un premier commentaire sur un blog, je n’en avais jamais entendu parler.

    1. Je crois qu’il a 2 raisons à ça : on voit que tout le monde se pose plus ou moins les mêmes questions et ses élèves sont encore bien pires que les tiens !

  2. effectivement, ta critique est une des plus enthousiastes que j’ai pu lire sur le film….la critique institutionnelle est quand même très sévère sur le film, notamment les inrocks ou libé, particulièrement haineux envers le film…
    personnellement il me tente beaucoup sur un sujet proche d’entre les murs je suis sur qu’il est plus fort…bon j’ai gagné des places pour le voir, mais les salles lyonnaise qui le diffusent ne sont pas légions…je vais qd meme essayer de trouver un créneau…le chef d’oeuvre de 2012 quand même ca m’embeterait de le rater…bonne soirée à toi

    1. Il y a quand même quelques critiques positives, heureusement. Mais c’est vrai que les reproches ne manquent pas : trop mièvre, pas assez original, outrancier dans la violence. Je ne suis pas d’accord. Certes, le principe de départ fait plutôt dans le bon sentiment, mais à part 2/3 choses moyennement crédibles (quoi que…), c’est assez finement mené. Côté originalité, un prof/des élèves/un film qui se veut réaliste, ça ne laisse pas des tas de possibilités. L’originalité passe plus par le traitement de l’image que par les situations mais je ne trouve pas ça gênant, de la simplicité réussie, c’est bien aussi. Et pour la violence en milieu scolaire, il me semble même inutile d’argumenter, il y a suffisamment de faits divers qui donnent raison au réalisateur. Je n’ai pas eu l’impression de voir le même film que les critiques, c’est très étrange… J’aimerais bien avoir un avis qui ne vienne pas d’un journaliste, si tu y vas, dis-moi ce que tu en as pensé. Pour ce qui est du meilleur film de 2012, on n’est qu’en février, il a encore le temps d’être détrôné !

  3. C’est marrant, j’ai fait le même parallèle que toi avec « Half Nelson » en sortant du cinéma…
    Et je suis contente que tu aies aussi beaucoup aimé (même si mon enthousiasme n’est pas aussi grand que le tien^^) c’est vraiment un film très bien fait, très touchant et quand on sort de là, on a vraiment envie de crier un grand MERCI à tous ces enseignants, conseillers pédagogiques qui se cassent pour aider les jeunes et qu’on ne reconnaît pas.
    Et d’accord aussi avec toi, dommage que la promo n’a pas été faite correctement : à Aix-en-provence, il est resté à peine deux semaines ! Il mériterait d’être montré aux lycéens et collégiens pour qu’ils voient l’autre face de leurs enseignants

    1. Contente que ça t’ait plu aussi et qu’on aie les mêmes références, Half Nelson n’avait pas non plus franchment marqué les foules, c’est bien dommage !

  4. Je viens de voir ce film dans mon ciné de campagne un peu par hasard, et je regrette vraiment pas, c’est un film très touchant et brody est simplement sublime. Cela faisait presque 2 ans que j’avais pas mis les pieds au ciné, et bien ce film m’a redonné envi d’y retourner.
    un vrai coup de coeur pour moi également!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.