Blancanieves

Par défaut

Drame espagnol de Pablo Berger avec Maribel Verdú, Daniel Gimenez-Cacho, Ángela Molina

Blancanieves_-_drame_de_Pablo_Berger

          Dans les années 20 en Andalousie, Carmen est la fille dont célèbre torero dont la femme est morte en couches. Sa belle-mère acariâtre l’empêche de voir son père et elle grandit, heureuse, avec sa grand-mère. Quand celle-ci meurt, la jeune fille va devoir aller s’installer dans la demeure familiale. Elle finira par fuir dans des circonstances tragiques et sera recueillie par des nains qui vont de ville en ville pour toréer. Avec eux, elle deviendra Blancanieves et connaîtra le succès, mais surtout, elle renouera avec son douloureux passé.

critica-blancanieves-pablo-berger-2

 blanca2Le succès de The Artist a donné des idées à certains et le muet revient au cinéma. Si j’aime beaucoup le cinéma muet pour les comédies, j’ai beaucoup plus de mal lorsqu’il s’agit de drames, j’étais donc quelque peu réticente. A vrai dire, je ne saurai toujours pas dire au juste si j’ai aimé. Ce film est extrêmement déroutant. Etant donné le titre, je m’attendais à une Blanche-Neige revisitée. Pourtant, ce n’est pas tout à fait le cas : l’inspiration est lointaine et d’autre contes viennent s’y mêler, comme Cendrillon. Ce mélange inattendu m’a dans un premier temps quelque peu déstabilisée. La musique m’a également laissée perplexe. Si j’ai aimé les moments enlevés, les passages typés « suspens » m’ont parfois hérissée ; un mélange violon/contrebasse qui m’a mise mal à l’aise et m’ont surtout fortement agacée (oui, je vous l’ai déjà dit, depuis quelques temps je suis parfois un peu sensible avec les musiques de film…). En revanche, beaucoup de bonnes choses du côté de l’image. Je craignais le côté hyper-esthétisant qui accompagne souvent le noir et blanc et m’avait notamment gênée dans Taboumais ici les plans sont bien moins appuyés et le réalisateur nous régale de nombre de trouvailles visuelles.

blancanieves2

Blancanieves         Comme je vous le disais, j’ai eu un peu de mal à accrocher au début. Malgré quelques très beaux moments, avec la grand-mère notamment, je me suis ennuyée ferme durant une (très) grosse première moitié du film. Les passages avec le père sont très réussis mais n’ont pas suffi à me sortir totalement de la léthargie dans laquelle j’étais plongée. Et puis, la rencontre avec les nains. Blancanieves se met à toréer et la magie opère enfin ! C’est beau à pleurer. Une deuxième partie exceptionnelle qui rattrape un début un peu long. Sans doute aussi parce qu’elle s’affranchit un peu du conte traditionnel et l’utilise de manière plus subtile, parvenant à trouver un ton plus percutant. Un petit bémol sur la toute fin, qui retombe un peu trop directement dans le conte pour réussir à me convaincre. Ce film est très intéressant visuellement et sort clairement du lot. Il se trouve que ce n’est pas nécessairement le type de cinéma qui me touche, d’où surement cette difficulté à rentrer dans cet univers. Toutefois, malgré cette petite réticence toute personnelle, je ne peux que reconnaître la créativité et l’intelligence de ce cinéma qui sort de l’ordinaire et fait rêver en revisitant les classiques qui peuplent notre inconscient. Un film dans lequel je n’ai pas tout aimé mais qui quand il fonctionne est vraiment magique. Un cinéma inventif qui vaut clairement le détour.

"

  1. ah je n’aime pour ma part pas assez le cinéma muet pour m’etre laissé tenter par ce Blancanieves ou par Tabou malgré les critiques qui sanglotaient de bonheur devant ces deux oeuvres…franchement la bande annonce m’avait laissé de glace, trop esthétisant et trop lente pour moi et moi qui aime avant tout à qq exceptions pres, les films bavards ( drames et comédies) j’ai vraiment craint d’etre pris par une léthargie encore plus violente que la tienne…peut etre ais je tort mais je passe mon chemin…trop d’autres bons films à voir en ce début d’année…bonne soirée Madimado

    • Blancanieves est finalement assez rythmé, ç’a été plutôt la bonne surprise de ce film, en revanche, j’ai mis beaucoup de temps à accrocher, je ne sais pas, je trouvais cet univers un peu froid alors que pour moi le conte est au contraire un espèce de cocon douillet. Par contre si mon sentiment d’ensemble reste du coup un peu mitigé, je ne regrette pas de l’avoir vu, la partie avec les nains frôlant la perfection cinématographique (oui oui, rien que ça) : c’est poétique, c’est beau, c’est enlevé et les images sont tellement parlantes que toute parole serait superflue. Dommage que la magie n’ait pas marché tout le temps ! Mais toi qui aimes les beaux dialogues, c’est sûr que tu as sans doute mieux à voir en ce moment de ce côté-là 🙂 Bonne journée Filou !

  2. J’ai beaucoup aimé Blancanieves malgré quelques longueurs. Je voulais juste rajouter ceci: j’ai lu dernièrement que ce film avait pris une dizaine d’année à son réalisateur. Il a été pensé et travaillé donc bien avant The artist. Le réalisateur a donc été devancé. A mon avis il surpasse The artist plus commercial.

    • Je pense que ce n’est pas vraiment le même genre de films, « The artist » a eu le mérite de remettre le muet au goût du jour et de le rendre accessible au plus grand nombre, c’est du cinéma grand public de qualité. Quant à « Blancanieves » c’est techniquement irréprochable (sauf pour la bande son peut-être…) et très inventif mais c’est un cinéma plus exigeant et donc forcément plus confidentiel. C’est important que les deux cohabitent, c’est ce qui fait toute la richesse du cinéma.

  3. Pingback: Février, le bilan | Madimado's Blog

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s