Contre-enquête sur la mort d’Emma Bovary – Philippe Doumenc

Par défaut

          Et si Emma Bovary ne s’était pas suicidée ? Des marques sur le corps laissent penser qu’il pourrait s’agir d’un meurtre. Sans compter que le professeur Larivière affirme avoir entendu la jeune femme à l’agonie murmurer « assassinée, pas suicidée ». La police est dépêchée sur les lieux pour enquêter en toute discrétion sur l’affaire. 

contre_enquête

          Je dois admettre que je n’étais que moyennement emballée à l’idée de lire ce livre. Madame Bovary n’est déjà pas mon roman préféré, je ne me précipite donc pas sur ce qui s’y rapporte. Mais surtout, je n’aimais pas trop l’idée de cette enquête. Pour moi un roman est un roman, si le personnage se suicide, l’affaire est close, il n’y a pas à discuter étant donné qu’il n’existe que dans l’imagination de son auteur : il n’y a pas d’erreur possible. Aussi bien ficelé que soit ce livre, je ne voyais donc pas bien comment il pourrait parvenir à me convaincre puisque c’est sur son principe même que j’étais réticente. Pourtant, même si je n’ai pas réellement changé d’avis quant au bien fondé du procédé, j’ai été plutôt agréablement surprise.

accueil01

          Le début m’a laissée quelque peu sceptique. Ca m’a fait un peu bizarre de replonger dans l’univers du roman de Flaubert mais avec un style différent. C’est assez étrange de retrouver les personnages après la fin de l’histoire. Ca m’a donné l’impression de me placer un peu en voyeuse, ce que j’ai trouvé malsain et excitant à la fois. Le roman est construit comme un polar et finalement, même si parfois j’ai été un brin agacée par certains traits un peu forcés des personnages, je me suis assez vite laissée prendre au jeu. Le style est plaisant et on prend plaisir à déterrer les petits secrets de tout le village. D’ailleurs, pour ce livre, l’auteur s’est penché sur celle qui a inspiré Flaubert et essaie de rétablir la vérité sur son histoire ; il joue ainsi entre réalité et fiction. Un roman prenant qui se lit avec plaisir.

bovary

Il le trouva en robe de chambre et en bonnet de nuit, assis débonnairement avec sa mère dans la pièce à demi démeublée où d’Herville avait fait l’autopsie d’Emma et où maintenant, seul signe d’animation, le balancier de la grande horloge paysanne brune à longue caisse continuait de battre avec l’obstination domestique d’un bœuf qui rumine ou d’un feu qui brasille.

_______________

Les amours de jeunesse ressemblent à cette vaccine de Jenner que les médecins vous injectent contre la variole : elle vous immunise; mais en même temps qu’elle vous immunise, elle vous communique un peu de la maladie.

"

  1. Ca alors je ne connaissais pas l’existence de ce truc là!!! Ma foi ça fait un complément au texte pas inintéressant c’est ainsi que l’on donne une nouvelle vie aux oeuvres!

    • Je n’aime pas beaucoup qu’on touche aux œuvres mais en l’occurrence l’auteur est parti des rapports de police sur la mort de la vraie Emma Bovary, j’ai trouvé que c’était intéressant comme idée.

    • Oui, c’est intéressant comme continuation, c’est un bon complément à l’œuvre, l’auteur parvient à ne pas le dénaturer ; j’étais un peu sceptique au début mais finalement j’ai apprécié aussi.

  2. Intéressant comme concept, j’aime bien l’idée qu’on « détourne » une oeuvre sans être irrévérencieux, en lui donnant une nouvelle vie (ou en tout cas, aux personnages).
    Dans le cas présent, ce qui m’embête c’est que je n’ai jamais réussi à finir Madame Bovary, que c’était il y a longtemps, et qu’il me faudrait donc m’y remettre pour pouvoir lire celui-ci. Crottte de zut. Bon, en même temps, ça fait longtemps aussi que je dis que je m’y remettrai, c’est peut-être l’occasion, non ?
    (et Anna Karénine, et la Princesse de Clèves…)

    • C’est vrai que c’est aussi l’occasion de s’y remettre ! A vrai dire je ne l’avais moi-même pas bien en tête et ça ne m’a pas gênée outre mesure même si des fois je me demandais un peu d’où sortaient certains personnages que j’avais totalement oubliés (heureusement que je l’ai lu deux fois…). Après tout pourquoi pas l’aborder dans l’autre sens et commencer par la fin si le cœur t’en dit ? Finalement, le gros de l’histoire est tellement connu que ça me semble faisable (quoique peu protocolaire) et que ça te donnerait peut-être envie de lire l’original après. En matière de littérature il y a si peu de règles !

  3. Pingback: Gemma Bovery : un livre, un film | Madimado's Blog

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s