Chien-loup, Serge Joncour

Par défaut

          L’idée de passer tout l’été coupés du monde angoissait Franck mais enchantait Lise, alors Franck avait accepté, un peu à contrecœur et beaucoup par amour, de louer dans le Lot cette maison absente de toutes les cartes et privée de tout réseau. L’annonce parlait d’un gîte perdu au milieu des collines, de calme et de paix. Mais pas du passé sanglant de cette maison que personne n’habitait plus et qui avait abrité un dompteur allemand et ses fauves pendant la Première Guerre mondiale. Et pas non plus de ce chien sans collier, chien ou loup, qui s’était imposé au couple dès le premier soir et qui semblait chercher un maître.

          Si vous suivez ce blog depuis longtemps, vous le savez peut-être : je suis une inconditionnelle des écrits de Serge Joncour. J’ai découvert ses romans il y a une quinzaine d’années, si je ne les ai pas tous lus, j’attends toujours impatiemment la sortie des nouveaux. Même si cette fois j’ai attendu un peu avant de me lancer dans cette lecture. J’ai d’abord aimé chez cet auteur l’humour grinçant et le délicieux cynisme de ses textes, et puis, il y a quelques années, le ton a changé du tout au tout, des textes plus intimes, plus profonds aussi et je dois admettre que ça lui réussit, son œuvre se bonifie avec le temps. L’amour sans le faire est sans doute celui que je préfère. J’avais donc hâte de commencer ma lecture.

Couverture du roman Chien-Loup de Serge Joncour

          Eh bien pour tout vous dire, c’est le premier Joncour qui me déçoit un peu. Enfin, pas que ce soit mal écrit mais je n’ai pas trop accroché avec l’histoire, j’ai trouvé tout ça très vain. La narration alterne entre deux époques et deux récits qui ont en commun le lieu où ils se déroulent, l’un aujourd’hui, l’autre durant la première Guerre mondiale. Si j’ai eu un peu de mal à rentrer dedans au début, j’ai finalement beaucoup aimé l’histoire du dresseur de fauves qui a échappé à la guerre avec ses lions en se réfugiant dans une maison isolée du causse.

          En revanche, l’histoire de ce couple se retrouvant là un siècle après m’a laissée de marbre. Ou plutôt devrais-je dire m’a profondément agacée. Cas typique de bobo parisien. Elle veut retourner à la nature, lui ne la supporte. Disons que le comportement du mec méprisant envers la campagne et ses habitants est très bien rendu mais ça m’horripile. On en voit déjà assez tous les jours, je n’ai pas spécialement envie de les recroiser dans mes lectures.

          Plus j’ai avancé dans cette lecture et plus une forme d’ennui s’est installée. J’ai trouvé que ça peinait à trouver son rythme et que sa manquait parfois de crédibilité. Je n’ai pas été happée, j’ai eu le sentiment constant d’un décalage, sans que je puisse le formuler, quelque chose qui fait que certes c’est pas mal, mais ce n’est pas totalement convaincant. Heureusement, la plume de Serge Joncour est aussi agréable qu’à l’accoutumée, il a un certain talent de conteur et à défaut de réellement croire à cette histoire, elle reste dans l’ensemble plutôt plaisante. Petite déception avec ce texte en demi-teinte dont seul un des deux pans m’a séduite quand l’autre m’a profondément ennuyée. Bien qu’il ne soit pas exactement raté, à mes yeux le roman le moins réussi de cet auteur ces dernières années.

Portrait de Serge Joncour

La nature de l’homme est de vite oublier les catastrophes passées, autant que de ne pas voir celles qui s’amorcent.

_______________

Et si l’on dit des voyages qu’ils forment la jeunesse, les lectures font bien plus, elles apprennent à envisager le monde depuis mille points de vue dispersés.

"

  1. Je te rejoins sur le ressenti en demi-teinte mais pas totalement pour la même raison : moi ce qui m’agace c’est la tendance actuelle qui consiste à cracher sur la ville pour encenser la campagne, parce qu’au final évidemment le citadin va se rendre compte qu’on est mieux au grand air… On dirait que ça devient interdit d’aimer la ville en littérature de nos jours.

    • Je vois ce que tu veux dire, les deux personnages sont tellement caricaturaux de ce côté là que je n’arrive même pas à savoir ce qu’il faut en penser.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.