Mes lectures

Le Tripode

Je voudrais profiter de ce confinement pour vous présenter certains de mes éditeurs favoris. Évidemment, difficile de choisir. Mais j’ai essayé de faire une sélection de petites ou moyennes maisons d’édition dont j’ai le plus apprécié le travail ces dernières années. Liste non-exhaustive donc. Je commence par Le Tripode.

Le Tripode est une maison d’édition fondée en 2012 par Frédéric Martin, éditeur ayant auparavant travaillé aux éditions Viviane Hamy et co-fondateur des éditions Attila. En quelques années, ils ont réussi à se faire une place à part dans le paysage éditorial français. Ce que j’aime chez eux ? Leurs couvertures colorées et leur sélection exigeante et décalée. Mais aussi l’ardeur avec laquelle ils défendent leurs ouvrages. Ils s’inspirent du travail de l’éditeur Jean-Jacques Pauvert qui disait que l’éditeur doit « ouvrir un lieu d’asile aux esprits singuliers »

Je n’aime pas tout dans leur catalogue. Il y a eu des déceptions et des bonnes surprises, quelques chefs-d’œuvre également. Mais une chose lie tous ces textes en apparence si différents : ce sont toujours des voix qui résonnent d’une manière particulière. Le fondateur décrit son travail comme « Faire entendre l’importance des livres que nous aimons est donc la seule ambition qui nous guide. Dans un monde en surchauffe, où les mots s’anémient et les questions se multiplient, comment transmettre le temps de ressentir ? Comment faire résonner des livres fondés sur la richesse des autres quand tant, aujourd’hui, nous pousse à l’immédiateté et la défiance ? Ce sont les questions que nous nous posons chaque jour »

Couvertures Le Tripode

Quelques livres du Tripode que j’ai lu et que vous pouvez retrouver sur le blog (je me rends compte au passage que quelques lectures sont passées à la trapper et n’ont pas eu droit à leur article… oups) :

Le tyran meurt au 4e coup de Jorge Ibargüengoitia
La grande panne de Hadrien Klent
Le femme au colt 45 de Marie Redonnet
Le sillon de Valérie Manteau
Esther d’Olivier Bruneau

Et trois énorme coups de cœur :

Dirty Sexy Valley d’Olivier Bruneau
De pierre et d’os de Bérangère Cournut
L’homme qui savait la langue des serpents d’Andrus Kivirähk

Pour en apprendre plus sur cette maison et son catalogue, leur site internet est ici

3 commentaires sur “Le Tripode

  1. J’aime beaucoup aussi cette maison d’édition.
    J’ai offert à mon père « De pierre et d’os » quand on pourra à nouveau se déplacer l’année prochaine, je lui emprunterai 🙂
    Merci du partage

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.