Archives de Tag: films

Cannes 2013, Le Palmarès

Par défaut

          Après deux semaines de compétition, le jury du festival de Cannes, présidé cette année par Steven Spielberg, a rendu son verdict. Voici les heureux élus du côté des longs métrages :

cannes-2013-nominations-announced-132562-a-1366281484-470-75

La Palme d’or revient à La vie d’Adèle d’Abdellatif KECHICHE. Ce film inspiré de la BD Le bleu est une couleur chaude raconte une histoire d’amour entre deux adolescentes.

Le Grand Prix est pour les frères Cohen avec Inside Llewyn Davis. La vie d’un jeune chanteur de folk dans l’univers musical de Greenwich Village en 1961.

– Amat Escalante reçoit le Prix de la mise en scène pour Heli. Au Mexique, la famille d’Estela, une jeune fille de 12 ans est prise dans un engrenage de violence lorsqu’elle celle-ci tombe amoureuse d’un jeune policier impliqué dans un détournement de drogue.

Le Prix du Jury revient à Kore-Eda Hirokazu pour Soshite chichi ni naruLa vie de Ryoata et sa femme bascule le jour où ils apprennent que leur enfant a été échangé avec un autre bébé à la naissance.

Le Prix du scénario est pour Jia Zhangke avec Tian zhu dingQuatre personnages, quatre provinces, un seul et même reflet de la Chine contemporaine : celui d’une société au développement économique brutal peu à peu gangrenée par la violence.

Le Prix d’interprétation féminine a été remis a Bérénice Béjo pour sa prestation dans Le passé d’Asghar Farhadi. Après quatre années de séparation, Ahmad arrive à Paris depuis Téhéran, à la demande de Marie, son épouse française, pour procéder aux formalités de leur divorce. Lors de son bref séjour, Ahmad découvre la relation conflictuelle que Marie entretient avec sa fille.

Le Prix d’interprétation masculine a quant a lui été décerné à Bruce Dern pour Nebraska d’Alexander Payne. Un vieil homme, persuadé qu’il a gagné le gros lot à un improbable tirage au sort par correspondance, cherche à rejoindre le Nebraska pour y recevoir son gain. Sa famille, inquiète de ce qu’elle perçoit comme un début de sénilité.

festival-de-cannes-bijoux-vole

          Vous pouvez retrouver l’intégralité du palmarès, avec les prix du court métrage, le palmarès Un certain regard et les prix de la Cinéfondation ici.

Sorties ciné 2013

Par défaut

          On est en janvier, le temps des bilans et des projets. L’occasion de vous présenter avec un peu de retard quelques uns des films que j’attends impatiemment en ce début d’année 2013. Toutes les sorties ne sont bien sûr pas encore annoncées et je ne suis pas à l’abri de fâcheux oublis… Voici tout de même une petite sélection des films à venir.

1) Lincolnde Steven Spielberg

Biopic américain avec Daniel Day-Lewis, Sally Field, David Strathairn. Un film sur les derniers mois du mandat de Lincoln où il tente de mettre fin à la guerre civile qui déchire le pays et d’abolir l’esclavage. Un sujet passionnant, un grand réalisateur et un très bon acteur en Lincoln, ça fait rêver. Sortie le 30 janvier.

2) Hitchcock, de Sacha Gervasi

Biopic américain avec Anthony Hopkins, Helen Mirren, Scarlett Johansson. Au sommet de sa carrière, Alfred Hitchcock, le maître du suspens, veut monter un nouveau film sur un tueur en série. Pourtant, personne ne le suit sur ce projet, à part sa femme qui mettra tout en oeuvre pour que le film voie le jour ; de leur obstination naîtra Psychose. Evidément, le sujet ne peut que me tenter, surtout avec un acteur pareil en tête d’affiche ! Sortie le 6 février.

3) Gatsby la Magnifique, de Baz Luhrmann

Drame américain avec Leonardo DiCaprio, Carey Mulligan, Tobey Maguire. En 1922, Nick Carraway, jeune écrivain, rencontre Jay Gatsby, qui écume les fêtes mondaines. Il va vite être fasciné par son nouvel ami et le monde de milliardaires qu’il fréquente, avec son lot de mensonges et de trahisons. Je n’avais pas du tout accroché avec le livre, ce qui étrangement me donne encore plus envie de voir le film, qui me réconciliera peut-être avec ce classique. Sortie le 15 mai.

4) Les amants passagers, de Pedro Almodovar

Comédie espagnole avec Carlos Areces, Raúl Arévalo, Javier Cámara. Des passagers vivent leurs dernières heures à bord d’un avion. Chacun va faire des aveux inattendus pour échapper à l’angoisse. Pedro Almodovar, que j’avais un peu délaissé dernièrement, semble revenir à ses premières amours, avec des personnages hauts en couleurs. On ne peut que s’en réjouir ! Sortie le 27 mars.

5) L’écume des jours, de Michel Gondry

Comédie dramatique française avec Romain Duris, Audrey Tautou, Gad Elmaleh. Colin rencontre Chloé, ils s’aiment mais la romance vire au drame quand la jeune femme tombe gravement malade. J’avais beaucoup aimé la poésie du roman et Michel Gondry possède tout le talent nécessaire pour le porter à l’écran. J’attends le résultat avec impatience ! Sortie le 24 avril.

6) Promised Land, de Gus Van Sant

Drame américain avec Matt Damon, Rosemarie DeWitt, Frances McDormand. Steve est représentant d’une compagnie énergétique ; il pense qu’avec la crise il sera facile de convaincre les habitants d’une petite ville de forer le sol pour en extraire les ressources. Mais c’était sans compter sur l’opposition d’un enseignant qui va combattre activement ce projet. Le genre de sujet d’actualité que j’apprécie, avec un bon réalisateur eton bon premier rôle, ça peut faire un grand film. Sortie le 13 mars.

7) Les chevaux de Dieu, de Nabil Ayouch

Drame belge, acteurs inconnus. Yassine est un jeune marocain qui enchaîne les petits boulots. Quand son frère sort de prison, il le convainc de rejoindre les « frères » avec ses copains. Une longue préparation les attend pour devenir martyrs. Un sujet difficile assez rarement porté à l’écran. En espérant que le film sera à la hauteur de la profondeur de son thème. Sortie le 20 février.

8) Elefante Blanco, de Pablo Trapero

Drame argentin avec Ricardo Darin, Jérémie Renier, Martina Gusman. A Buenos Aires, deux prêtres s’efforcent d’aider la population. Peu à peu les tensions augmentent dans le bidonville et l’annulation des travaux de l’hôpital vont mettre le feu aux poudres. Là aussi, un sujet qui m’intéresse et typiquement le genre de film que j’apprécie ! Sortie le 20 février.

9) The company you keep, de Robert Redford

Drame américain avec Robert Redford, Shia LaBeouf, Brit Marling. Un avocat voit ressurgir son passé quand un jeune journaliste commence à enquêter sur lui. De et avec Redfort, rien que ça, ça suffit à donner envie ! La bande-annonce n’est pour le moment disponible qu’en VO. Sortie le 1° mai.

10) Jappeloup, de Christian Duguay

Biopic français avec Guillaume Canet, Marina Hands, Daniel Auteuil. Au début des années 80, Pierre abandonne sa carrière d’avocat pour se consacrer au saut d’obstacle. Il décide de s’entraîner avec un cheval auquel personne de croit : Jappeloup. Trop petit et très caractériel, il est pourtant capable de belles performances. Au fil des compétitions, leur complicité va se renforcer et va les mener aux JO de Séoul. Mes années d’équitation parlent et me donnent envie d’aller voir se film dont la bande-annonce n’est pas encore disponible mais les 1° images m’ont convaincues. Sortie le 13 mars.

rubon379

Mais aussi :

Happyness Therapy, comédie dramatique américaine avec Bradley Cooper et Robert de Niro. Pat a tout perdu et doit retourner vivre chez ses parents. Pourtant, il garde un moral à toute épreuve. Sa rencontre avec une jeune femme va l’aider à reprendre sa vie en main. A priori pas le genre de film qui m’inspire plus que ça mais les très bonnes critiques m’ont convaincue. J’ai même hâte de la voir ! Sortie le 30 janvier.

Effets secondaires, de Steven Soderbergh avec Jude Law et Catherine Zeta-Jones. Un film sur l’effetdes drogues sur l’esprit humain. Soderbergh a réussi à me convaincre avec un film sur les chippendales, tout est possible maintenant ! Sortie le 3 avril.

A la merveille, de Terrence Malick avec Ben Affleck et Javier Bardem. J’avais détesté le dernier Malick (pourtant Palme d’Or), je suis donc curieuse de voir s’il a retrouvé ses esprits. Le casting fait envie et la bande-annonce est pas mal, ça s’annonce plutôt bien…

Gangster squad, avec Ryan Gosling. Los Angeles, 1949, dans le monde de la mafia. Les membres d’une petite brigade vont essayer de démanteler un gros réseau. Un scénario classique mais alléchant. Quand on aime les films de gangsters, ça ne peut que donner envie. Sortie le 6 février. Sortie le 6 mars.

The Lone Ranger, avec Johnny Deep. Un ancien Texas se bat auprès d’un indien (désolée, je n’en sais pas plus…). Après les pirates, Disney et Johnny Deep s’attaquent aux indiens, on ne doute pas que son talent en fasse un nouveau personnage culte. Sortie le 7 août.

Cannes 2012, le palmarès

Par défaut

          En ce 65° festival de Cannes, le jury présidé par Nanni Moretti a récompensé un cinéma plutôt classique et visiblement assez austère. Un retour à une certaine sobriété que pour ma part j’apprécie après l’originalité débordante des années précédentes. Extrait des récompenses :

  • Palme d’Or

    AMOUR réalisé par Michael HANEKE

  • Grand Prix

    REALITY réalisé par Matteo GARRONE

  • Prix de la mise en scène

    Carlos REYGADAS pour POST TENEBRAS LUX

  • Prix du scénario

    Cristian MUNGIU pour DUPÃ DEALURI (AU-DELA DES COLLINES)

  • Prix d’interprétation féminine

    Cristina FLUTUR dans DUPÃ DEALURI (AU-DELA DES COLLINES) réalisé par Cristian MUNGIUCosmina STRATAN dans DUPÃ DEALURI (AU-DELA DES COLLINES) réalisé parCristian MUNGIU

  • Prix d’interprétation masculine

    Mads MIKKELSEN dans JAGTEN (LA CHASSE) réalisé par Thomas VINTERBERG

  • Prix du Jury

    THE ANGELS’ SHARE (LA PART DES ANGES) réalisé par Ken LOACH

          La plupart de ces films me tentent, vous les retrouverez donc surement bientôt sur ce blog. Et tpour le reste du palmarès, c’est par là.

Voyage, voyage

Par défaut

          Je vous avais promis en début d’année des dossiers thématiques afin d’approfondir certains sujets et de remettre en avant quelques vieux articles oubliés. Comme vous aurez pu le constater, cette promesse n’a pas totalement été tenue. Pour ma défense, j’ai été pas mal occupée et c’est le genre d’article qui l’air de rien prend du temps. Mais me revoici avec un 2° thème : le voyage. J’ai toujours été attirée par les écrivains-voyageurs, leurs vies d’aventures me font rêver. Le cinéma aussi offre de belles escapades, même si l’omniprésence de l’image laisse trop peu de place à l’imagination et émerveille sans doute plus les yeux que l’esprit. Voici donc quelques exemples de voyageurs dont j’ai dévoré les récits.

Du côté des mots :

Jack London : Pour moi il reste l’écrivain-voyageur par excellence. Une vie de vagabondages dont il s’est servi de matière pour ses romans. Ce qui le distingue des autres c’est à la fois l’incroyable richesse de ses expériences (aussi bien de longues traversées en mer que des mois en solitaire dans le Grand Nord) et surtout l’inégalable qualité de sa plume. Une écriture à la fois rude et d’une incroyable sensibilité. Emotions fortes garanties. Parmi les textes que j’ai lu et particulièrement aimés, Martin Eden, L’amour de la vie et Construire un feu. Ce que je n’aime pas chez Jack London ? Savoir que son oeuvre est close, pour garder quelques années encore le plaisir de la découverte de ses textes (fort heureusement nombreux), je dois freiner ma boulimie de lecture.

Sylvain Tesson : un voyageur des temps modernes. L’esprit d’aventure est moindre et la plume, bien qu’aiguisée, ne saurait atteindre les sommets londoniens. Un écrivain dont la lecture est toutefois très agréable. J’apprécie beaucoup sa culture et son humour. Un parisien à ses heures perdues qui n’a de cesse d’échapper à la grisaille en allant user ses semelles de par le monde. J’aime beaucoup les documentaires sur ses explorations, que je connais mieux que ses textes. J’ai passés de douces heures en lisant Dans les forêts de Sibérie. J’ai moins aimé Petit traité sur l’immensité du monde.

Nicolas Bouvier : un grand voyageur qui est parti avant tout à la rencontre de cultures qui n’étaient pas sienne. Il a ensuite raconté ses rencontres dans différents livres dont le célèbre Usage du monde et le moins connu mais passionnant et très accessible Chronique Japonaise. J’aime beaucoup sa manière très humble d’envisager le voyage et de tente d’assimiler les us et coutumes des pays qu’il visite. Un rythme moins effréné, où la culture prend le pas sur l’aventure. J’aime moins : j’aime beaucoup ses écrit mes c’est vrai que spontanément je vais plutôt vers l’action, une paresse intellectuelle qu’il faudrait que je songe à réparer.

Mais aussi : Joseph Kessel, je n’ai lu que Vent de sable qui m’a laissée sur ma faim. Saint-Exupéry, comme pour Kessel, Vol de nuit ne m’a pas particulièrement convaincue. Alexandra David-Neel, je n’ai encore rien lu d’elle mais ai vu de nombreux reportage et compulsé nombre d’articles, sa vie est tout à fait fascinante. Pierre Loti, dont l’oeuvre raconte ses aventures marines avec une douceur et délicatesse. Stevenson a également célébré le voyage, réel ou imaginaire. Jack Kerouac, La route est un classique qui sort au cinéma la semaine prochaine, je compte le lire avant d’aller le voir dans les salles obscures. Côté poésie, Victor Segalen est également un grand nom d’écrivain voyageur. Joachim Du Bellay, est quant à lui plus une exilé malgré lui qu’un aventurier. Baudelaire à également célébré le voyage dans son célèbre poème « L’invitation au voyage ». Et la liste pourrait être encore longue avec par exemple les récit d’alpinistes ou de marins.

L’invitation au voyage, Charles Baudelaire

Mon enfant, ma soeur,
Songe à la douceur
D’aller là-bas vivre ensemble !
Aimer à loisir,
Aimer et mourir
Au pays qui te ressemble !
Les soleils mouillés
De ces ciels brouillés
Pour mon esprit ont les charmes
Si mystérieux
De tes traîtres yeux,
Brillant à travers leurs larmes.

Là, tout n’est qu’ordre et beauté,
Luxe, calme et volupté.

Des meubles luisants,
Polis par les ans,
Décoreraient notre chambre ;
Les plus rares fleurs
Mêlant leurs odeurs
Aux vagues senteurs de l’ambre,
Les riches plafonds,
Les miroirs profonds,
La splendeur orientale,
Tout y parlerait
À l’âme en secret
Sa douce langue natale.

Là, tout n’est qu’ordre et beauté,
Luxe, calme et volupté.

Vois sur ces canaux
Dormir ces vaisseaux
Dont l’humeur est vagabonde ;
C’est pour assouvir
Ton moindre désir
Qu’ils viennent du bout du monde.
– Les soleils couchants
Revêtent les champs,
Les canaux, la ville entière,
D’hyacinthe et d’or ;
Le monde s’endort
Dans une chaude lumière.

Là, tout n’est qu’ordre et beauté,
Luxe, calme et volupté.

La magie des images :

          Je crois bien que tous ces films sont des adaptations de livres mais les ayant découvert dans les salles obscures et n’ayant pas lu les ouvrages correspondant (à une exception près), je les ai naturellement classés ici.

Carnets de voyage, de Walter Salles : le film qui raconte le voyage qui a fait d’Ernesto Guevara un révolutionnaire, ou comment le petit Ernesto est devenu le Che. Les paysages sont absolument splendides, ce qui est bien sûr l’incontestable point fort du film. Il permet également de découvrir le jeune homme avant le révolutionnaire. une humanisation du personnage qui permet de mieux le comprendre et s’avère très intéressante. J’ai lu les carnets du Che, dont le film est tiré, et une fois n’est pas coutume, le film est bien meilleur que le livre. Ca donne terriblement envie de se lancer à son tour dans un périple au coeur de l’Amérique latine.

Into the wild, de Sean Pennl’histoire de Christopher McCandless, un brillant étudiant qui, son diplôme en poche, décide d’aller parcourir le vaste monde en solitaire. Il fera sur la route des rencontres passionnantes qui ne le détourneront pas pour autant de son projet d’aller vivre seul en Alaska durant plusieurs mois. Il y rencontrera selon ses souhaits la nature sauvage, aussi belle que dangereuse. Un film qui divise. Certains l’adorent, certains pensent que – je cite – « On dirait une pub Hollywood chewing-gum ». Un film initiatique teinté de nostalgie soixante-huitarde. Quoi qu’on en pense, il s’est imposé comme un incontournable du voyage et des grands espaces.

Le voyage de Chihiro, de Hayao Miyazaki :  un petit film d’animation pour la route. On est plus ici dans la voyage initiatique que dans le voyage tout court à proprement parler. La petite Chihiro se retrouve projeté dans une ville fantôme et elle va devoir affronter bien des épreuves pour sauver ses parents pris au piège. Une très belle fable empreinte de poésie.

          Pour une raison que j’ignore, je suis visiblement moins inspirée par les films sur les voyages que par les livres. J’ai beau me creuser la tête, j’ai beaucoup de mal à trouver des films convaincants sur le voyage, j’attends donc vos suggestions avec impatience ! Dans la catégorie plutôt « aventure » on pourrait citer La mort suspendue ou 127 heures mais le zone géographique couverte reste très limitée et le mouvement quasi inexistant (surtout dans le second…), on est donc très très en marge du genre (à défaut de voyage il reste les grands espaces quoi…). Indian palace pourrait surement se rattacher vaguement au genre aussi. Ou The trip, bien qu’il y manque une sérieuse part de rêve.

Et la musique alors ? 

Voyage voyage, Desireless. Bien sûr la première chanson qui me vient à l’esprit en la matière !

Emmenez-moi Charles Aznavour. Une invitation à partir se griller au soleil à l’autre bout du monde.

Bernard Lavilliers. Je n’ai pas de titre particulier en tête mais cet infatigable baroudeur partage constamment ses aventures à travers ses chansons.

Quelques expositions ?

Le musée du Quai Branly est un petit voyage à lui tout seul.

L’exposition Phares au Musée national de la Marine, car après tout, que serait le voyageur solitaire sans points de repères ?

          J’aurais pu prendre bien d’autres exemples, avec des beaux livres autour de voyages ou d’aventures, j’aurais pu publier des extraits de documentaires filmés au bout du monde, vous donner de bonnes adresses pour organiser votre prochain départ, ou encore vous faire partager quelques vieilles photographies ramenées d’escapades lointaines (ou moins lointaines). Le sujet est vaste et il est impossible d’en faire le tour. Un genre majeur brille toutefois ici par son absence : le carnet de voyages. La raison en est simple, bien que je trouve souvent ses carnets splendides, je me rends compte que je ne fais que les feuilleter en librairie et n’en ai jamais lu un seul. Encore un manque à réparer donc, j’attends vos suggestions ! Sachez toutefois que le salon Etonnants voyageurs du livre et du film de voyage se tiendra du 26  au 28 mai à Saint-Malo.

          Et vous, quels livres ou films avez-vous vu sur le voyage ? Quels sont ceux qui vous ont donné envie de sauter dans le premier avion ? Etes-vous déjà partis au bout du monde après qu’un livre vous en ait donné envie ? J’attends avec impatience vos expériences !

Top ten tuesday (01/05)

Par défaut

          Top Ten Tuesday, un rendez-vous hebdomadaire dans lequel on liste notre top 10 selon le thème littéraire défini. Initialement créé par The Broke and the Bookish, il est désormais repris en français par Iani et son carnet de lecture.

Cette semaine, le thème est :

Les 10 meilleures adaptations cinématographiques ou télévisuelles de livres.

Voici une sélection tout à fait arbitraire, dans le désordre :

1) Le Seigneur des Anneaux. Le livre reste pour moi une référence absolue, une des fresques les plus incroyables jamais écrites. Impossible de reproduire à l’écran tous les détails imaginés par l’auteur et amplifiés par mon imagination. Pourtant l’adaptation, aussi casse-gueule fut-elle, est à la hauteur du roman. Si elle n’est pas aussi riche, elle ne trahit pas l’histoire et est devenue tout aussi culte.

2) Le liseur. J’ai moyennement aimé le livre, un peu pareil pour le film mais pour des raisons différentes. Pas assez de sentiments dans le 1°, un peu trop dans le 2°. Les deux se complètent bien et l’histoire comme les personnages y sont bien respectés.

3) Carnets de voyage. Le film est infiniment meilleur que le journal dont il est extrait. Le Che était meilleur révolutionnaire qu’écrivain. Un film qui rend joliment hommage à Ernesto Guevara et donne envie de filer sur les routes sud-américaines.

4) Ensemble c’est tout. Le film est aussi insipide que le livre. Un exploit !

5) Le journal de Bridget Jones. La même légèreté, le même humour décalé. Une adaptation réussie même si je garde un petit penchant pour le livre.

6) Les liaisons dangereuses. L’adaptation avec John Malkovich est très bonne. En revanche, celle avec Gérard Philippe restera comme un des plus gros ratages en matière d’adaptation.

7) Stupeur et tremblements. J’ai vu le film en premier, que j’ai beaucoup aimé, puis j’ai lu le livre et j’ai eu l’impression que c’était exactement la même chose. J’ai rarement vu un film retranscrire aussi précisément un texte. Impressionnant !

8) Le hussard sur le toit. Je garde une nette préférence pour le livre, mais le film, même s’il y manque quelques passages important, lui reste assez fidèle. Olivier Martinez en Angelo est un excellent choix.

9) Cyrano de Bergerac. Depardieu en Cyrano, une performance exceptionnelle. Sans doute un de ses plus beaux rôles. Je ne me lasse pas de le voir et le revoir. Le texte y est mis à l’honneur avec brio. Sans doute une des plus belles adaptations de théâtre au cinéma.

10) Zazie dans le métro. Ce n’est pas là mon Queneau préféré (c’est même un de ceux que j’aime le moins). Je n’ai pas aimé le film non plus, que je trouve particulièrement agaçant. Toutefois, il reste fidèle au texte et donne chair au personnage de Zazie. Un film culte.